Bref passage au parti Les Démocrates: Ces faits qui restent collés à Moise Kérékou

771

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Dans un post où il tente de s’expliquer, Moïse Kérékou claque la porte du parti Les Démocrates, pour un retour éventuel à la Force cauris pour un Bénin émergent (Fcbe). S’il est libre de son choix, il reste à noter que des faits restent collés à l’ancien Ambassadeur et qui par ricochet rendent blafard et pas élégant ce départ, de son désormais ex parti.

 

<< Mes chers compatriotes, je profite de l’occasion pour vous informer que j’ai démissionné, en début de ce mois, du Parti Les démocrates. Ma démission est une suite logique de ma suspension des activités du Parti intervenue dans une décision du 05 février 2021. Le Parti me reproche d’avoir été candidat sur une autre liste autre que celle du Parti. C’est peut-être l’occasion de clarifier les choses >>, a entre autres propos annoncé jeudi 23 décembre, Moïse Kérékou sur sa page Facebook. En résumé, les nombreuses raisons qu’a évoquées l’ancien Ambassadeur du Bénin près la Turquie tournent autour d’une désignation partiale du duo du parti Les Démocrates, à la présidentielle dernière. Laquelle désignation n’a pas été de son goût puisque sans l’onction du parti, il s’est quand-même porté candidat avec Joël Aïvo. Une attitude qui a d’ailleurs valu sa suspension de cette formation politique. Une suspension non levée, ce qui pour lui a concouru à son départ. Déjà que sa décision est actée, il revient désormais au  parti d’en prendre acte et de lui répondre au besoin. En attendant que l’homme ne rejoigne éventuellement la Fcbe qu’il a quittée pour rejoindre Les Démocrates, il convient de noter que l’ancien chargé de mission de l’ex Maire Aboubacar Yaya  de Parakou a entretenu et continue d’entretenir le flou, sur plusieurs sujets sur lesquels, l’honneur de certains opposants dépend de sa parole. Au nombre de ces sujets autour desquels les béninois auront gardé de Moïse Kérékou des souvenirs stupéfaits et qui demeurent d’ailleurs collés à lui, reste l’affaire Reckya Madougou-Modeste Kérékou et dans laquelle, son nom avait été cité en témoin par l’opposante en prison. Curieusement, jusqu’à ce départ annoncé du parti, Moïse Kérékou n’a semblé se prononcer sur ce qui s’est réellement passé dans ce dossier hautement médiatisé à dessein par son jeune frère Ministre, Modeste Kérékou. Mieux, dans sa parution du 2 avril, votre quotidien n’a pas également manqué d’interpeller Moïse Kérékou, sur comment son silence curieux plonge Reckya Madougou, déjà incarcérée pour financement de terrorisme. Malgré toutes ces incitations à rompre le silence, le fils du Feu Général Mathieu Kérékou est resté imperturbable dans son repaire, loin de tous et même de ses compagnons de lutte. Un deuxième fait qui ne milite pas en faveur de l’intéressé, c’est son attitude pendant et après ces tractations pour la présidentielle. Puisqu’en effet, contre la dynamique du groupe, il n’a pas présenté sa démission du parti, avant de s’allier à Joël Aïvo, alors qu’il était protestataire. Pour un cadre de son rang qui, en plus de bafouer la discipline du groupe au gré de ses propres désidératas, n’a pas pu quitter le parti pour légitimer sa candidature, il est évident qu’il a laissé des plumes. Et, ces faits collés à sa personne ne font pas bon ménage avec la vision qu’il dit avoir. Trop taiseux sur des sujets qui coûtent des dizaines d’années de prison à une opposante, Moïse Kérékou a manqué de punch. Et tout ce qu’il explique aujourd’hui n’effacera pas cette page de son parcours politique.

J.G

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite