Houngbédji maintenu à la tête du parti: Arc-en-ciel Prd : entre déni de démocratie et résistance

521

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Houngbédji encore et encore ! Dimanche dernier, au 5e congrès ordinaire du Parti du renouveau démocratique, Adrien Houngbédji est reconduit à la tête du Prd. A 79 ans, avec plus de 30 ans de vie politique, le triple ancien président de l’Assemblée nationale rempile à nouveau à la tête du parti arc-en-ciel. Pas d’alternance au sommet, alors même que les démembrements du parti sont chaque fois renouvelés. Toutes les fois que l’opinion publique juge venue l’heure de retraite politique pour le leader des Tchoco-tchoco, Adrien Houngbédji s’accroche. A telle enseigne qu’on commence par se demander si la Démocratie a encore un sens au Parti du renouveau démocratique. Si l’on suppose que l’alternance est l’essence dont se nourrit la démocratie, la situation qui prévaut au Prd va à l’encontre des principes démocratiques que le parti même a toujours défendus.  « L’Afrique n’a pas besoin d’hommes forts; elle a besoin d’institutions fortes », avait pourtant affirmé Barack Obama, l’ancien président des Etats-Unis. Cette pensée est loin d’être une réalité au Prd, avec Adrien Houngbédji toujours au poste. C’est comme si il y a un déni de démocratie chez les Tchoco-tchoco qui, vaille que vaille, essaient de résister à la volonté de grands ensembles prônée par le chantre de la Rupture.

Houngbédji pour résister à Talon ?

A la décharge de Me Adrien Houngbédji, la volonté de demeurer président du Prd peut être la réponse à la nouvelle donne politique. Nul n’ignore le désir ardent du chef de l’Etat de réduire au strict minimum le paysage politique national. Le Prd devrait fondre dans le Bloc républicain à l’avènement de la réforme du système partisan. Il s’est retiré au dernier moment. Pour certains analystes, cet « affront » aurait été la cause de sa disqualification aux Législatives de 2019. Mais qu’à cela ne tienne. Le Prd a recollé les morceaux avec le régime de la Rupture. Mais qui peut jurer que la volonté de faire fondre le Prd dans le Br n’est plus d’actualité ? A bien décrypter, ce énième maintien de Me Adrien Houngbédji à la tête du parti n’est-il pas la réponse aux assauts du pouvoir en place ? Autrement dit, les Tchoco-tchoco ne voient-ils pas en Adrien Houngbédji l’homme de la situation, le seul capable de résister à cette velléité de faire disparaître le Prd de l’échiquier politique national? En plébiscitant à nouveau le triple ancien président du Parlement à la tête du parti  » Ayido hwêdo »,  les militants du Prd  ne réaffirment-ils pas leur attachement à l’identité Prd, toute chose en contradiction avec la volonté du chef de l’Etat Patrice Talon qui, au nom de la réforme du système partisan, voudrait que les anciennes formations politiques se fondent prioritairement dans les deux blocs Up et Br qui le soutiennent ?

 

M.M

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite