Europe: La fille de l’opposant russe Navalny reçoit le prix Sakharov et appelle l’UE à affronter Poutine

390

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Le Parlement européen a remis mercredi 15 décembre le prix Sakharov à l’avocat et militant politique russe Alexeï Navalny. En son absence, sa fille Daria Navalnya, accompagnée par des proches, s’est rendue au Parlement européen à Strasbourg pour une cérémonie et a profité pour appeler l’Union européenne à cesser de ménager le président russe et s’opposer plus frontalement à ses attaques.

 

C’est dans un hémicycle pas tout à fait au complet, la faute à la pandémie, qu’a été décerné le prix Sakharov 2021, le 34e depuis sa création comme l’a rappelé David Sassoli, le président du Parlement européen. Car le prix porte le nom du scientifique et dissident soviétique Andreï Sakharov, qui avait obtenu le prix Nobel de la paix en 1975 pour son combat en faveur des droits de l’homme, les libertés civiles et la réforme dans son pays.

Cette année, un compatriote étant décerné cette récompense, David Sassoli n’a pas hésité à faire le rapprochement entre les deux : « Sans aucun doute Sakharov serait très fier de la ténacité avec laquelle Alexeï Navalny lutte en faveur des droits de l’homme et les libertés fondamentales. »

En l’absence du lauréat, c’est sa fille Daria Navalnya qui est venue à Strasbourg. Une fille qui se dit fière et qui souhaite que ce prix inspire ses compatriotes :

 « Lorsque j’ai appris que mon père Alexei Navalny avait reçu le prix Sakharov, j’étais très heureuse pour deux raisons. Tout d’abord, c’est un immense honneur qu’on reconnaisse les mérites du travail qu’il a réalisé et qu’il continue d’accomplir avec ses collègues. Et puis, c’est aussi un message aux dizaines de millions de concitoyens dans mon pays qui continuent de se battre pour un meilleur avenir en Russie. »

Alexeï Navalny est actuellement incarcéré. Condamné à trois et demi de prison pour avoir violé son contrôle judiciaire, l’opposant russe doit désormais faire face à d’autres chefs d’inculpation qui pourraient bien prolonger son séjour derrière les barreaux.

Pour Daria Navalnya, les Européens doivent cesser de ménager Vladimir Poutine sous couvert de « pragmatisme » et s’opposer plus frontalement à ses attaques contre les droits de l’homme. « La pacification des dictateurs et des tyrans ne fonctionne jamais », a déclaré l’étudiante de 20 ans, se tenant dans l’hémicycle à côté d’une chaise vide, symbolisant l’absence de son père.

« Sous l’argument du pragmatisme, il y a du cynisme, de l’hypocrisie et de la corruption », a critiqué Daria Navalnaya, fustigeant « le désir d’apaiser encore et encore le dictateur, de ne pas le mettre en colère, d’ignorer ses crimes le plus longtemps possible. »

« Tous types de pression et de tortures sont infligés » à Navalny

En plus de sa fille Daria Navalnya, le proche de Navalny et son conseiller politique Léonid Volkov était également présents à Strasbourg. Ce dernier a également appelé lundi 13 décembre l’Union européenne à plus de fermeté contre Vladimir Poutine et davantage de sanctions contre les « cleptocrates » de son régime. Il en a également profité pour aborder la question des conditions de détention du militant russe.

 

rfi.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite