Menaces d’attaques terroristes au Bénin: Urgence d’une coproduction de la sécurité

650

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

(Honorer la mémoire des soldats tombés les armes à la main)

 Le Bénin n’est plus à l’abri des menaces terroristes. Entre le 30 novembre et le 02 décembre 2021, le Bénin a subi deux attaques dans la partie nord du pays. Des pertes en vies humaines ont été déplorées dans le rang des soldats ainsi que des assaillants. Alors que l’armée béninoise renforce sa présence sur le terrain pour garantir l’intégrité du territoire national, il importe que la population collabore pour une véritable quiétude.

 

L’armée béninoise a plus que jamais besoin d’une franche et totale collaboration de la population pour traquer jusque dans leur dernier retranchement, ces individus qui constituent une véritable menace sécuritaire. Faut-il le souligner, l’armée béninoise a essuyé, il y a quelques jours, deux attaques. Très tôt, la possibilité d’une menace a été évoquée même si l’armée n’en fait pas encore cas. Dans un communiqué rendu public dans la soirée de jeudi dernier, l’Etat-Major des Forces armées béninoises a rassuré que la situation est sous contrôle après deux attaques à Banikoara et Porga. « L’Etat-Major des forces armées béninoises tient à rassurer la population béninoise, qu’il met tout en œuvre pour assurer la défense du territoire national contre toute forme d’agression d’où qu’elle vienne, ainsi que la sécurité des personnes et des biens », a déclaré le Colonel Didier Ahouanvoedo, porte parole des forces armées béninoises et directeur du matériel des armées. Les unités des forces de défense et de sécurité sont en alerte pour faire face à toutes velléités des ennemis, précise le communiqué. Selon ses dires, des individus armés ont attaqué des forces de défense et de sécurité en surveillance dans la zone frontalière à Banikoara et Porga. Ces individus ont été repérés nuitamment, alors qu’ils essayaient de contourner ou de surprendre le dispositif de prévention mis en place. « Les individus armés ont ouvert le feu sur les militaires, s’en est suivi un échange de tirs, qui s’est soldé par 2 morts dans le rang des soldats et des blessés. En face, il est à signaler deux corps d’assaillants abandonnés, l’un à Porga et l’autre à Banikoara, de même que des traces de sang ont été aperçues, laissant penser que d’autres blessés ou morts ont été traînés dans le sens de replis vers un pays voisin où sévissent les groupes terroristes », explique Colonel Didier Ahouanvoedo.

Face à la menace, des dispositions urgentes ont été prises pour renforcer la présence de l’armée à Banikoara et Porga. Selon les informations relayées par des médias locaux, des patrouilles des forces de défense et de sécurité ont été aperçues dans les deux régions. Les forces de défense sont en alerte pour faire face à l’ennemi et à toute menace. Plus important, les populations auraient été sensibilisées sur la situation afin qu’elles restent non seulement vigilantes mais qu’elles collaborent avec l’armée pour mettre hors d’état de nuire ces personnes armées.

 Urgence d’agir….

Depuis les attaques, les réactions fusent de toutes parts et l’urgence d’agir face à la menace est évoquée. Le ministre de l’intérieur et de la sécurité publique, Alassane Seidou a également souligné qu’il est impératif d’agir dans l’immédiat au risque que laisser ces assaillants gagnent du terrain. « Comme nous avons l’habitude de dire, ça n’arrive pas qu’aux autres et nous sommes en train d’avoir la preuve que ça peut nous arriver aussi », a confié le ministre lors de son déplacement dans le département de l’Atacora pour s’enquérir de la situation. La situation pourrait être encore plus dramatique si le gouvernement n’avait pas anticipé, a-t-il poursuivi. La réaction des soldats a été prompte parce qu’ils s’attendaient à cette éventualité. Le gouvernement étant conscient que les terroristes ont des ambitions territoriales illimitées.« Ils ont déjà frappé plusieurs fois en Côte d’Ivoire, ce n’est pas aujourd’hui qu’ils tentent de venir vers notre pays », indique l’autorité ministérielle. « Ils sont nombreux aujourd’hui dans nos mains, mais malgré cela ils ont insisté jusqu’à frapper. Ça veut dire que si on ne fait rien, ils ont l’ambition d’aller très loin>>, alerte le ministre. Notons que la réplique des forces armées béninoises a été fatale pour les assaillants. Selon l’armée, deux corps d’assaillants ont été abandonnés, l’un à Porga et l’autre à Banikoara, de même que des traces de sang ont été aperçues, laissant penser que d’autres blessés ou morts ont été traînés dans le sens de replis vers un pays voisin.

Les Etats-Unis d’Amérique, par une déclaration de presse de l’Ambassadeur Patricia Alice Mahoney, ont condamné cette violence et réaffirmé leur soutien au gouvernement du Bénin. Les Etats-Unis ont exprimé leurs «condoléances les plus attristées aux familles des soldats tués » et condamné cette violence. « Nous nous engageons à soutenir le gouvernement du Bénin dans ses efforts de promotion de la sécurité et de la lutte contre le terrorisme, notamment à travers une assistance aux Forces Armées Béninoises dans le but de mieux sécuriser les frontières du pays. » peut-on lire dans la déclaration de presse de l’Ambassadeur Patricia Alice Mahoney.

Des voix se sont élevées pour condamner les attaques et apporter leur soutien à l’armée béninoise.

Ce qu’en pense Expédit Olougou

Intervenant sur Radio France Internationale, Expédit Ologou, politologue et spécialiste des questions de sécurité a décrypté la situation. «Ce sont des zones qui ont été pendant longtemps en proie à l’absence de l’Etat où des activités illicites avaient souvent lieu. Des activités qui sont instrumentalisées en général par les acteurs terroristes…chemin faisant les mouvements en provenance des pays voisins de certains groupes ont accéléré ce que nous sommes en train de voir aujourd’hui…il est extrêmement difficile de se prononcer exactement sur le profil de ces personnes…ce qui est probable, c’est que c’est un mélange d’acteurs crapuleux qui en même temps auraient des liens avec des groupes djihadistes tout à fait bien organisés qui existent et qui recherchent de l’expansion (…) ça fait longtemps que le mélange des genres a commencé dans la région. Et c’est cela qui rend encore plus difficile l’appréhension de cet espace aujourd’hui sensible» a-t-il laissé entendre.

Notons que le convoi du ministre de la défense a été victime d’un accident mortel jeudi alors qu’il se rendait sur les lieux de l’attaque. L’accident serait survenu sur la route RNIE2 entre le village Tamarou et Banhounkpho. « Le véhicule éclaireur du convoi a fait plusieurs tonneaux suite à l’éclatement de son pneu arrière gauche. De sources sécuritaires, l’accident a fait un mort sur place et cinq (05) blessés. La victime accidentée est un Caporal de l’armée. Dans le lot des blessés, on retrouve un Capitaine, un Sergent-chef, deux Sergents et un Caporel-chef. Tôt dans la matinée de ce vendredi, un deuxième décès a été signalé parmi les blessés conduits à l’hôpital ; ce qui porte le nombre total de morts à deux » renseigne beninwebtv.

Honorer la mémoire des soldats tombés…

Si la situation semble sous contrôle avec le renforcement de la présence de l’armée sur le terrain, des soldats sont tombés en défendant la patrie. Au péril de leur vie, ils ont combattu pour garantir l’intégrité du territoire national. Il est alors souhaitable qu’un véritable hommage soit rendu à ces derniers et que leur mémoire soit honorée. Le gouvernement béninois sait bien témoigner la reconnaissance du peuple et c’est une nouvelle occasion de le démontrer. Ceci, en mémoire des vaillants fils du pays tombés les armes la main.

A.B

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite