Législatives de 2023: Ravip et Léi : Azannaï désormais rassuré ?

1 504

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

À l’issue du Conseil des Ministres du 24 novembre 2021, le gouvernement a annoncé l’expiration de la Liste électorale permanente informatisée (Lepi), désormais remplacée par la Liste électorale informatisée (Lei). Si la plupart des partis politiques ont d’ores-et-déjà exprimé leurs opinions à propos de cette nouvelle, Candide Azannaï et son Restaurer l’Espoir (Re) demeurent taiseux. Premier homme politique à mettre pourtant en doute le Recensement administratif à vocation d’identification de la population (Ravip), reste à savoir s’il garde toujours sa position, du moment où ce Ravip devient le bras armé de la Lei.

 

La Lepi, c’est désormais finie ! Après dix ans service voire de sujétion au profit du corps électoral béninois, cette Liste qui n’a jamais fait l’unanimité au sein de la classe politique a expirée. « Conformément aux dispositions légales, la Liste électorale permanente informatisée (Lepi) a expiré à l’occasion de l’élection présidentielle d’avril 2021 », confirme le gouvernement, au terme du Conseil des Ministres du 24 novembre. Ainsi, comme le prévoit le code électoral en vigueur, les élections, rappelle le communiqué final de cette rencontre hebdomadaire, doivent avoir lieu désormais sur la base d’une liste électorale informatisée à extraire du Registre national des personnes physiques. Autrement, les béninois iront désormais voter, sur la base de la Lei. Aussitôt la nouvelle annoncée, beaucoup de partis politiques par le truchement de certains de leurs responsables, ont réagi. De l’Union progressiste (Up) aux « Démocrates », passant par la Force cauris pour un Bénin émergent (Fcbe), le Bloc républicain (Br) ou encore le Mouvement populaire de libération (Mpl), les réactions divergent. Si pour certains d’entre eux la Lei sera fiable, pour d’autres, il faut associer l’Opposition. Mieux, dans le lot, il y a ceux qui émettent déjà des réserves avec à la clé, des justifs qui renforcent leurs opinions. En clair, beaucoup de propositions sont faites par ces formations politiques surtout celles de l’Opposition, pour une Lei la plus unanime que possible.

 

Azannaï, grand taiseux…

Si les béninois devront désormais choisir leurs candidats sur la base de la Lei, l’autre chose à ne pas perdre de vue, c’est la provenance de cette Liste. En effet, à en croire le compte-rendu du même Conseil des Ministres, cette Lei sera extraite du Registre national des personnes physiques. Autrement, l’on aura besoin forcément de recourir au Ravip, pour l’établissement de la Liste, d’où l’implication immédiate de l’Anip dans tout le processus. Éternel homme politique actif et activiste après qu’il a rejoint l’Opposition à Patrice Talon, Candide Azannaï avait dénoncé depuis l’idée du Ravip, beaucoup de choses. Lesquelles se résument, selon lui, à des entraves graves liées aux tenants et aboutissants de ce Recensement. « (…) Il y a les vices liés aux conditions de passation des marchés ayant pour objet le Ravip ; les vices liés aux non-dits concernant la fiabilité du projet Ravip ; les vices liés à l’hybridation du recensement administratif et l’actualisation de la lepi (…). Nous évoquons l’intérêt à se pencher sur le Ravip, parce que pouvant être nuisible à l’organisation des élections transparentes, donc crédibles et concurrentielles. L’un des critères majoritaires d’une démocratie, c’est les élections mais pas n’importe quelle élection, libre, transparente, fiable et véritablement égalitaire et concurrentielle (…) », affirmait entre autres propos, le Président de Re dans une interview au journal « La Nouvelle Tribune », le 3 novembre 2017. Tout ceci, sans oublier les conditions de passation du marché du Ravip, qu’il avait également jugées précipitées et floues. Certes la Lepi a expiré puis qu’ayant fait conformément à la loi, ses dix ans d’existence. Mais est-ce qu’à partir de ces nouvelles donnes, l’on peut dire que les conditions sont réunies pour une Lei fiable, sans suspicions ? En d’autres termes, quelle est la désormais position ou lecture de l’homme de la Résistance nationale qui visiblement, a opté pour l’omerta depuis quelques mois ? À l’instar des acteurs politiques ayant donné déjà leurs points de vue sur cette option de Lei qu’il a déjà envisagée depuis trois ans, sa réaction nouvelle serait aussi la bienvenue. Même s’il ne dit plus subitement rien.

 

J.G

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite