Présentation des budgets par secteur aux députés: Les derniers ministres ont sacrifié à la tradition

304

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Le passage des ministres et des responsables des institutions devant la Représentation nationale afin de présenter le budget de leur secteur d’activité a été clôturé hier, mardi 30 novembre 2021. Cécile de Dravo Zinzindohoué, présidente de la Haute Cour de justice, Hervé Yves Hêhomey, Ministre des Infrastructures et des Transports et le  Médiateur de la République, Pascal Essou ont été les derniers reçus par les députés. À la fin de la séance avec les députés, ceux-ci se sont confiés à la presse.

 

Cécile de Dravo Zinzindohoué, présidente de la Haute Cour de justice

« Comme vous le savez, c’est un rituel auquel on se livre souvent parfois avec quelques appréhensions, quelques inquiétudes et c’est une fois après avoir franchi les grilles du Palais des gouverneurs qu’on est rassuré. Quand on trouve l’écoute, des soutiens, on se dit qu’on n’a pas été ambitieux pour rien. Un budget, c’est de l’ambition  et c’est légitime parce qu’à chaque institution, la Constitution a assigné des missions. Une mission régalienne ne pourrait se réaliser et ne saurait être fructueuse sans les moyens qui accompagnent. Je dirai que nous sommes au-delà d’un peu plus du demi-milliard Fcfa comme budget de la Haute Cour de justice pour 2022. Pourquoi ?  Parce que la Haute Cour de justice a comme projet pour l’année qui vient, de se manifester à l’occasion des 20 ans d’existence de l’institution. Ce n’est pas rien. Malgré les hauts et les bas,  les flottements dans l’environnement institutionnel, la Haute Cour de justice tient. C’est donc bien de faire partager à cette occasion, ce qu’elle a fait pendant les 20 ans. Ensuite les écueils et le bonheur que la présence de cette institution a connus à travers la contribution à la consolidation de la bonne gouvernance et à la lutte contre la corruption. Il n’y a pas que cette ambition. Il y a aussi qu’il faut outiller les juges en les amenant à s’exercer dans les missions futures qui sont les leurs, celles de juger. Vous savez bien que la Haute Cour de justice n’est pas composée que de juges professionnels. Il y a des députés et les membres de la Cour constitutionnelle. Outiller les juges, c’est organiser des audiences de simulation dans un contexte un peu plus réel qui permet aux juges d’avoir l’habilité, de mieux maîtriser les textes. Nous l’avons déjà fait en octobre dernier à Natitingou, mais les juges en redemandent parce que nous avons été confrontés à la réalité et nous nous sommes rendus compte que quand bien même il n’y a pas encore de grain à moudre, il faut huiler le moulin afin que quand le grain arrive, que ça soit une bonne farine… »

 

Hervé Yves Hehomey, Ministre des Infrastructures et des Transports

« Je viens de présenter à  la Commission budgétaire de l’Assemblée nationale le projet de budget du Ministère des infrastructures et des transports pour l’exercice 2022. Alors, ce budget pour 2022 est établi à 155 milliards 699 millions 451 mille Fcfa. Il se décompose en 3 milliards 863 millions 553 mille Fcfa pour le fonctionnement et en termes d’investissement, nous sommes à 151 milliards 835 millions 899 mille Fcfa. Par rapport à l’année 2021, ce budget est en accroissement de 46%. Les dépenses de fonctionnement ont connu une légère augmentation de 2% tandis que les investissements ont connu une hausse de 48%. Vous comprenez donc que nous avons mis beaucoup plus dans les investissements compte tenu des nouveaux projets à démarrer au cours de l’année 2022, de la nécessité de poursuivre et d’achever les actions engagées au cours de l’année 2021 et surtout aujourd’hui, nous avons une question de maintenance et d’entretien du réseau routier. Vous savez que les dernières pluies ont été particulièrement intenses. Ceci a impacté notre réseau routier et il est urgent pour nous de procéder à la réhabilitation, parfois à la reconstruction de certains ouvrages et même de certains axes routiers (…) Les Béninois devront attendre de nous, mieux que par le passé. Nous allons poursuivre sur la même lancée. Nous allons attaquer quelques projets emblématiques. Il y a le contournement Nord de Cotonou pour lequel nous avons quasiment fini les études. Nous comptons au cours du premier semestre de l’année prochaine lancer les premiers appels d’offres pour les travaux. Il y a le dédoublement en deux fois deux voies de la route inter-Etats N°2 (La section Cotonou-Bohicon-Dassa). Il va avoir un échangeur à Sica Toyota en partenariat avec la Coopération japonaise et à la descente de cet échangeur, nous avons le point zéro du projet dont je parle (…) Il y a également la liaison Sèmè/Porto-Novo en deux fois deux voies avec la construction d’un nouveau pont sur la lagune de Porto-Novo. Nous avons d’autres projets, notamment Nikki-Kalalé, Kota-Kouandé-Pèhunco, Parakou-Béroubouay, Ouidah-Kpomassè, Tiélé-Matéri-Cobly, Guéné-Karimama, Godomey-Pahou-Ouidah, Anséké-Ouèssè, Bohicon-Tindji-Zakpota, Djougou-Pèhunco-Kérou-Banikoara, Béroubouay-Kandi-Malanville, Adounko-Porte du non retour, Banikoara-Kérémou, Bétérou-Tchaourou, Ouèdo-Tori, Pahou-Tori, Wadon-Adjarra-Mèdédjonou-Porto-Novo et ses bretelles, Guessou Sud-Fo Bouré-Sinendé, Kétou-Idigny-Igbodja-Savè, Porto-Novo-Avrankou-Igolo…etc (…) Les axes sont nombreux. Il y a des axes en terre, des axes aménagés bitumés, des réhabilitations…’

 

Le  Médiateur de la République, Pascal Essou

« …Les crédits ouverts au profit du Médiateur de la République pour la gestion 2022 s’établissent à la somme de 460.393.000 Fcfa  contre 400.803.000 Fcfa pour l’exercice 2021 (…)  Le Cadre de dépenses à moyen terme 2022 permettra l’atteinte des objectifs de modernisation et de sécurisation de l’administration du Médiateur de la République si les dépenses suivantes sont prises en compte. Il s’agit de:

-l’appui institutionnel au niveau des délégations régionales pour leur fonctionnement et équipement en matériels roulants à quatre roues ;

-l’appui institutionnel pour le financement de la réfection des bâtiments du siège et des délégations régionales du Médiateur de la République ;

-l’appui institutionnel pour permettre aussi bien au niveau du siège qu’au niveau de ses délégations régionales, la mise en œuvre efficiente de certaines activités de visibilité ».

Propos recueillis par Kola PAQUI

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite