Relai de Plaidoyer: Droit à l’éducation, création de lieux de distraction et réorganisation du commerce de l’essence kpayo; préoccupent enfants et jeunes du Plateau

482

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

À l’étape du Plateau où les représentants des enfants et des jeunes de ce département ont rencontré leur Préfet lundi 29 novembre 2021 à la préfecture de Pobè, ils n’ont pas lésiné sur les mots, pour extérioriser leurs plaidoiries. Profitant donc de ce Relai de Plaidoyer de l’Unicef, ils ont demandé à l’autorité le respect du droit à l’éducation pour les enfants, la création des lieux de distraction et d’activités ludiques saines pour les jeunes et la réorganisation du commerce de l’essence dite frelatée, toujours au niveau de ces jeunes.

Le Relai de Plaidoyer pour le respect des droits des enfants et des jeunes est à son dixième round. Et, c’est le tour du département du Plateau d’accueillir la délégation de l’Unicef conduite par Hyppolite Djiwan, son Chargé de Communication. Ainsi, devant l’autorité préfectorale, le représentant des enfants de ce département, Anthony Hounton, après avoir caricaturé la situation de non respect du droit des enfants à l’éducation dans le Plateau, a estimé que beaucoup de ces enfants n’ont pas droit de fréquenter au moins l’école primaire. Une situation qui n’est pas de son goût car, dit-il, étant de non-droit. Pour cette raison, les enfants du Plateau par sa voix plaident pour le respect du droit à l’éducation des enfants à travers : Un contrôle accru de l’obligation faite à tout enfant de fréquenter au moins l’école primaire; Le renforcement de la sensibilisation des parents sur le suivi de leurs enfants dans tous les écoles et centres d’apprentissage et Le soutien de l’Etat aux enfants les plus pauvres pour leur scolarisation. Pour le représentant des jeunes, Rachad Mounirou, deux demandes vont à l’endroit du Préfet. << La première : c’est la réorganisation et l’équipement des maisons de jeunes du département du Plateau. En effet, Monsieur le Préfet, la jeunesse de notre département manque cruellement de lieux de distraction et d’activités ludiques saines. La plupart des maisons de jeunes dont nous disposons dans notre département sont dépourvues des équipements et matériels adaptés aux besoins des jeunes et susceptibles de les motiver à les fréquenter. Il s’agit de connexion wifi, salles de jeux, sonorisation, salle de musique, matériels de projection. Les jeunes sont ainsi poussés à aller vers d’autres lieux, et dans certains cas exposés à des activités malsaines. La jeunesse de cette commune n’a pas depuis 7 ans une maison des jeunes digne du nom.Faites donc quelque chose pour nous, Monsieur le préfet. Monsieur le Préfet, La seconde chose que nous voudrions vous demander, c’est la mise en place d’un mécanisme d’accompagnement des jeunes qui font le commerce de l’essence de contrebande en provenance du Nigéria afin qu’ils créent des stations légalement reconnues par l’Etat et exercent leurs activités dans des conditions sécurisées >>, a-t-il évoqué. Quant au Préfet Daniel Valère Setonnougbo, l’État central depuis 2016 fait beaucoup d’efforts, dans la perspective du respect des droits des enfants et des jeunes. Conscient des problèmes évoqués par ces derniers qu’il va d’ailleurs remercier, l’autorité préfectorale rappelle que des efforts se font également à son niveau, pour pallier ces situations évoquées. Pour finir, le Préfet a pris l’engagement d’accompagner ces enfants et jeunes du Plateau, dans la lutte pour le respect de leurs différents droits.

Janvier GBEDO

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite