Déscolarisation des enfants et entrepreneuriat des jeunes dans l’Ouémé : Les concernés appellent leur Préfet à l’aide

869

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

 

( La Représentante de l’Unicef au Bénin aux côtés de ces enfants et jeunes )

 

À la onzième étape du Relai de Plaidoyer pour le respect des droits des enfants et des jeunes organisé par l’Unicef au Bénin, le département de l’Ouémé était à l’honneur. Ainsi, son Préfet a reçu mardi 30 novembre 2012 à la préfecture de Porto-Novo, les enfants et jeunes du département avec l’onction de la Représentante de l’Unicef au Bénin, pour sacrifier à cette tradition de Plaidoyer. Dans ses mots introductifs, Djanabou Mahondé, première autorité donc de l’organisme au Bénin est revenue sur les raisons qui fondent sa participation à cette campagne, tout en remerciant le Préfet pour l’accueil. << L’objectif de ce Relai de plaidoyer est donc tout simplement de donner aux enfants et aux jeunes non seulement une place mais aussi une voix. Votre présence et participation aujourd’hui signale donc un engagement fort de votre part pour la cause des enfants et des jeunes. Sans vous, ce relai n’aurait pas pu voir le jour. Je vous remercie donc encore une fois très sincèrement de permettre à cet espace d’échange d’exister. Je vous remercie également pour toutes les actions que vous avez déjà prises pour améliorer la vie des enfants et des jeunes, en tant que représentante du Chef de l’Etat dans votre dėpartement >>, a-t-elle annoncé. Pour le représentant des enfants, Espérance Kouakou et sans langue de bois, l’exploitation de ces enfants qu’il défend est une réalité dans l’Ouémé. Ceci, développe-t-il, avec comme corollaire un accès très limité à l’éducation pour ceux de moins de 14 ans qui inondent les centres d’apprentissage. Face à ce fléau, il dit avoir mal et par ce canal, plaide auprès du Préfet pour une sensibilisation des parents et patrons des ateliers d’apprentissage, sur la dangerosité de cette option de non-droit. Il n’a pas manqué d’appeler l’autorité à la prise de mesures contraignantes à l’encontre des auteurs de ce viol des droits des enfants, au besoin. À sa suite, le représentant des jeunes et U-Reporter, Gérard Minanflinou, a déploré l’inflation, la Covid-19 et autres facteurs qui déteignent sur l’épanouissement des jeunes de l’Ouémé, malgré l’environnement favorable créé par l’État, selon lui, pour leur promotion. << C’est la raison pour laquelle, nous, jeunes du département de l’Ouémé conscients de cet environnement favorable, plaidons pour la promotion de l’entrepreneuriat dans les domaines du tourisme et du numérique par la mise à disposition d’outils nécessaires pour la tenue de nos activités la mise a disposition de financement pour les idées de projets innovants la programmation de formations sur le numérique et le tourisme >>, a-t-il énuméré. Dans sa réponse, le Préfet, Docteur Marie Akpotrossou a salué l’engagement de l’Unicef au Bénin aux côtés de ces enfants et jeunes. Dans son engagement, l’autorité préfectorale a promis veiller au respect des droits évoqués. << Au nom de cette population je voudrais dores et déjà prendre l’engagement de créer un creuset qui sera placé sous mon autorité avec des relais dans chacune des neuf Communes de mon département pour recenser, transmettre et dénoncer les cas de violation des droits des enfants. Ce système d’alerte et de suivi aura l’appui des membres de la Conférence administrative départementale >>, a-t-elle fait savoir.

Janvier GBEDO

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite