Unicef/ Non-scolarisation des enfants initiés aux couvents Vodoun et raccrochage des jeunes: Des sujets en débat avec le Préfet du Mono

484

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Les enfants et jeunes du Mono à travers leurs représentants demandent l’indulgence du Préfet pour lutter contre la mobilité et la traite des enfants, la non-scolarisation des enfants initiés aux couvents Vodoun, le raccrochage des jeunes handicapés et orphelins…. Ces demandes qui entrent dans le cadre du Plaidoyer pour le respect des droits des enfants et des jeunes ont été formulées, vendredi 26 novembre 2021 à la Préfecture de Lokossa.

Le Préfet du Mono échange avec enfants et jeunes de son département. À travers le Relai de Plaidoyer initié par l’Unicef afin de leur permettre de défendre leurs droits, beaucoup de doléances ont été mises sur tapis, par les représentants de ces enfants et jeunes. En ce qui concerne celles des enfants, Mireille Amankpassa, la mobilité et en particulier la traite vers le Nigeria ou autre pays voisin est une gangrène qui déteint sur le droit des enfants du Mono. Ajoutant que cette traite est un crime, elle souhaite que les textes de lois en la matière soient vulgarisés et que davantage de contrôles soient effectués au niveau des frontières, surtout pendant la période des vacances. Attestant également que beaucoup d’enfants sont victimes d’abus dans les couvents Vodoun avec une non-scolarisation, la représentante plaide pour qu’une sensibilisation accrue soit faite auprès des Chefs traditionnels et que des mesures soient renforcées, pour ramener ces enfants à l’école. À son tour, la représentante des jeunes a estimé que des handicapés et orphelins dans leur rang, abandonnent les études pour faute de moyens. Ginette Otti va par ailleurs plaider pour une implication des jeunes dans des instances de prise de décisions, les concernant. Ayant foi que le Préfet ne les laissera pas tomber, elle dit garder espoir, pour un lendemain meilleur. Quant à lui, le Préfet Bienvenu Dêdêgnon Milohin a remercié l’Unicef pour cette initiative, tout en reconnaissant la pertinence de leurs doléances. Confiant que la Préfecture a déjà pris beaucoup d’initiatives pour pallier cette mobilité et traite des enfants, l’autorité de tutelle annonce que d’autres mesures sont en instance dont l’inscription par exemple dans les budgets prochains des Maires du département, des questions relatives à la santé sexuelle et reproductive. Attestant qu’il suit de près toutes les autres doléances, le Préfet du Mono a pour finir invité ces enfants et jeunes à également penser à leurs devoirs, en plus des droits. Aussi, n’a-t-il pas manqué de conseiller ceux-ci à ne point baisser les bras, quelles que soient les difficultés auxquelles, ils font face.

Janvier GBEDO

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite