Exécutions extrajudiciaires sous la Rupture: Les langues se délient à Avrankou

913

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Six personnes exécutées en l’espace de  cinq jours par des éléments de la police républicaine en cagoule. C’est le drame que vit la commune d’Avrankou en cette fin d’année selon le compte rendu de Crystal News.

 

Des présumés voleurs, des suspects d’activités criminelles ou subversives sont enlevés et abattus aux yeux et à la barbe de tous. Un modus operandi qui n’est pas du goût des conseillers communaux d’Avrankou qui en ont fait une préoccupation  majeure au cours de la session du conseil communal qui s’est achevée mercredi 24 novembre 2021.

 « Le monsieur n’est pas catholique. Tout le monde le reconnaît mais ça ne donne  droit à aucune force de la République d’opérer ce qui se passe », fustigent les Conseillers exaspérés par le fonctionnement des forces de l’ordre.  « On dit que ce sont des voleurs, des receleurs. Non ! On peut régler des comptes. On peut dire que l’un d’entre-nous ici est receleur alors qu’il ne l’est pas », avertissent-ils, redoutant par ailleurs un soulèvement populaire.

 Ces exécutions extrajudiciaires faut-il le rappeler, gagnent du terrain d’après nos soins. « J’ai deux connaissances qui ont été exécutées la semaine surpassée à Adjarra. Après leur exécution, ils sont venus perquisitionner mais n’ont rien vu. C’est un monsieur cagoulé qui est venu les chercher », confie une source. Et à l’arrivée, une question se pose. Est-ce à ce prix-là qu’on pense nous garantir la sécurité ? En devenant une menace ?

 

M.M

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite