88e Assises du Conseil Scientifique et Technique de l’AAE: Les acteurs passent en revue le programme SAO-CWIS et le plan d’actions de l’APA

262

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

A l’instar des deux autres commissions aux assises du CST 2021, les membres de la 3e commission spécialisée sur l’assainissement se sont retrouvés pour passer en revue les activités du programme SAO-CWIS avant d’échanger sur les acquis et perspectives de l’Association Panafricaine des Acteurs de l’Assainissement (APA).

 

En introduisant le débat sur le niveau de mise en œuvre du programme SAO-CWIS, le Coordonnateur de l’assainissement de l’AAE, Dr Mbaye Mbégué, a rappelé que le programme vise l’assainissement inclusif à l’échelle des villes. Il s’agit concrètement pour lui, d’amener les citadins des villes cibles, à avoir des services d’assainissement adéquats et abordables à travers une bonne gestion des excréta, la prise en compte du genre et de l’équité sociale, une gamme d’approches commerciales et technologiques, une planification à long terme et l’avènement d’une volonté politique forte.  « L’assainissement inclusif va au-delà de la gestion des boues de vidange parce que toutes les solutions doivent être revisitées ». En termes de résultats attendus, il a précisé que le programme ambitionne d’impacter près de 10 millions de personnes dans 52 villes de 14 pays en Afrique au sud du Sahara, avec un financement assuré par la fondation Bill Gates (30 villes) et l’USAID (20 villes).

Faisant le point des activités menées, il a indiqué l’organisation du lancement du programme et des projets au niveau des pays cibles pour assurer une mobilisation des acteurs en vue d’une participation active. Également, il a signalé l’étude sur les profils d’assainissement déjà faits, les sessions de formation des formateurs en vue et la mise en place de la communauté des pratiques. En ce qui concerne la composante 4 relatif au plaidoyer, il a souligné le plan de communication en cours d’élaboration sans oublier au niveau de la composante 5, la stratégie genre qui sera développée. Au nombre des défis évoqués, il a cité le renforcement des capacités des acteurs et partie, la faible réactivité de certaines villes, la situation de la pandémie de Covid 19, la mobilisation des ressources pour financer les défis liés au Genre.

Pour faciliter un meilleur suivi du programme, Dr Mbaye Mbégué a suggéré la tenue de discussions régulières avec les membres de commission spécialisée afin de recueillir les avis et suggestions des acteurs.

Acquis et perspectives de l’Association APA

Dans un 2e atelier, les participants ont eu droit à un exposé sur l’Association Panafricaine des Acteurs de l’Assainissement (APA). Une association qui s’est donné comme mandat, d’aider les pays à mieux faire face aux défis de l’assainissement autonome. Elle accompagne les acteurs locaux à pouvoir s’imprégner des systèmes d’assainissement qui existent dans leurs pays et être des interlocuteurs afin de contribuer à régler des problèmes d’assainissement autonome.

Avec le Plan d’actions d’Abidjan, l’APA s’emploie désormais à monter des projets pour chaque pays pour réaliser la chaîne de valeur de l’assainissement. Elle travaille actuellement sur l’initiative, « une ville une station ».  A travers cette initiative, l’Association s’investit à promouvoir la construction de stations de traitement des boues de vidange qui n’existent dans les pays. Aujourd’hui, l’ambition c’est de labéliser le projet pour le présenter au prochain forum mondial de l’eau de Dakar et d’encourager les membres à venir avec des projets de construction et d’exploitation de station de boues de vidange.

Par ailleurs, l’association travaille aussi à se donner plus de visibilité avec la création d’un site web de l’APA pour permettre à tous les membres des pays de se connecter. Comme perspectives, il a indiqué la réunion en vue du bureau au Cameroun pour préparer la prochaine AG à Dakar. En somme comme acquis, on retient essentiellement la mise à jour des statuts et règlement intérieur, le renforcement de capacités des membres et le plaidoyer en cours de l’initiative une ville, une station.  Au cours des échanges, les participants sont revenus sur le niveau de mise en œuvre du Plan d’actions d’Abidjan et les acquis du plaidoyer une ville, une station, la pérennisation du financement.  A toutes ces questions, le représentant de l’APA a apporté des réponses.

Au total, les participants ont souligné la nécessité pour l’APA, de continuer le plaidoyer auprès des gouvernements, l’actualisation des données et la mutualisation de certaines initiatives afin de donner plus de crédibilité et de confiance aux bailleurs et partenaires. Enfin, pour les années à venir, il convient de mieux organiser les vidangeurs pour qu’ils se positionnent en potentiels gestionnaires ou exploitants des stations de gestion des boues de vidange.

 

Alain TOSSOUNON (Cool.)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite