Processus d’intégration de l’Uemoa : Le Ctds pour une implication des acteurs non étatiques

176

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

 

Le Conseil du travail et du dialogue social (Ctds), mis en place par Acte additionnel N° 02/2009/Cceg/Uemoa du 17 mars 2009, se veut un véritable outil de réalisation de l’implication effective de tous les acteurs non étatiques dans le processus d’intégration de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa). Ainsi, depuis sa création, d’importants paliers ont été franchis.

A la faveur d’une rencontre d’échanges et de sensibilisation des journalistes sur les grands chantiers de l’Uemoa, le Conseil du travail et du dialogue social (Ctds) a été présenté aux professionnels des médias. Si sa création est perçue comme un acte de haute portée politique et technique, elle vient en réponse à une demande des partenaires sociaux de prendre part, de façon active, au processus de décision de l’Uemoa, comblant ainsi un vide qui, à terme pourrait engendrer un désintérêt pour les mesures communautaires. Entre autres missions assignées au Conseil, l’examen et l’appréciation de toute question susceptible d’avoir un impact social dans l’Union, le renforcement des mécanismes de consultation, de concertation tripartite, l’appui à la consolidation des processus et des structures de dialogue social dans les pays membres. Composé de 78 membres représentant les 8 pays de l’Union, le Conseil, à travers son Assemblée générale, rend des Avis, émet des recommandations ou formule des propositions. Ainsi, une dizaine de résolutions ont été déjà adoptées dont des Avis sur le Pacte de convergence, de stabilité, de croissance et de solidarité de l’Union ; sur le processus d’élaboration et d’adoption des actes communautaires. Toutefois, dans sa dynamique de promotion du dialogue, le Ctds fait face à des difficultés notamment la persistance des crises sociales dans les secteurs de l’éducation, de la santé ; l’extension des crises à d’autres secteurs, le non respect des accords signés etc. D’où la nécessité de renforcer les capacités des Cadres nationaux de dialogue social (Cnds) et des partenaires sociaux, promouvoir le dialogue et la concertation sociale, améliorer la gestion des relations individuelles et collectives de travail en actualisant les codes de travail. Face au fait, le Ctds s’inscrit dans une dynamique de prévention des crises sociales dans les États membres, l’accélération et le bouclage de la mise en place des Cnds, le renforcement de la démocratie sociale.

Aziz BADAROU

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite