Examen du budget général de l’État exercice 2022: Jean-Michel Abimbola, Eléonore Yayi Ladékan, Séverin Quenum étaient devant les députés

265

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

La présentation des budgets des ministères et des institutions étatiques continue au Palais des Gouverneurs à Porto-Novo. Hier, lundi 22 novembre 2021, Jean-Michel Abimbola Ministre du tourisme, de la culture et des arts; le Ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique Éléonore Yayi Ladékan et celui de la justice  et de la Législation  Séverin Quenum ont sacrifié à la tradition. Ils se sont confiés à la presse parlementaire à la sortie des travaux en commission.

 

Jean-Michel Abimbola, Ministre du tourisme, de la culture et des arts

« Je viens de passer devant la Commission budgétaire présidée par l’honorable Gbénonchi Gérard. Je voudrais ici remercier l’ensemble des députés qui étaient présents. Nous avons présenté pour le compte du budget 2022, un projet qui se chiffre à 48 milliards 600 millions Fcfa. Ce budget est en hausse de 12% grosso modo par rapport à l’exercice 2021. C’est la preuve que le tourisme, la culture et les arts continuent d’être des secteurs prioritaires, phares et essentiels pour le gouvernement. Vous savez que dans le programme d’actions du gouvernement, nous avons un certain nombre de secteurs pour impulser le développement. Il y a l’agriculture, le tourisme en lien avec la culture et les arts. Le  budget de 48 milliards Fcfa est essentiellement d’investissement avec un peu plus de 36 milliards Fcfa pour le tourisme, à peu près 10 milliards Fcfa pour la culture et les arts et 2 milliards Fcfa pour l’administration, le fonctionnement et les soutiens. Ce budget va nous permettre de continuer les investissements dans les infrastructures touristiques à Ouidah, à Abomey, à Allada, à Ganvié, à Porto-Novo, à Nikki, à Cotonou et ailleurs. Je voudrais également dire que ce budget va nous permettre de continuer dimplanter les différentes réformes pour pouvoir faire du tourisme, de la culture et des arts, des secteurs essentiels pour la création des richesses et d’emplois.

À Eléonore Yayi Ladékan, Ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique d’expliquer que l’exercice a été très concluent avec un budget de 71 milliards 522 millions 208 mille Fcfa. « C’est un budget que nous sollicitons auprès de la représentation nationale pour son autorisation pour ce qui concerne nos actions de l’année prochaine. En termes d’ambitions l’année prochaine, vous savez que le sous-secteur de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique a été un sous-secteur très en vue en ce qui concerne les réformes. Donc les actions du gouvernement ont été fortement représentées dans le projet de budget à travers déjà la fonctionnalité des conseils d’administration, à travers la qualité même des offres de formation dans leur dynamisation. Les offres de formations doivent désormais être attrayantes de façon à ce que les apprenants et les diplômés que nous sortons soient compétitifs. Chaque fois que nous finissons leurs formations, ils sont nombreux à se chercher et à chercher des points de chute. Donc, ce côté de dynamisation des offres de formation a été un point fort. Il y a également un point fort en ce qui concerne la qualité du personnel enseignant. Il faut que ce personnel enseignant soit accompagné et appuyé en renforcement de capacités surtout en matière de pédagogie. Il ne s’agit pas d’avoir juste le doctorat pour prendre en charge la formation de nos apprenants. Il faut être qualifié et nous avons constaté que cet aspect là manque un tout petit peu. Nous allons donc mettre en place des modules de formation pour renforcer le personnel enseignant. Il en sera de même pour le personnel administratif qui est quasiment inexistant. Pour ce qui concerne les infrastructures, il s’agit d’un point essentiel parce que sans infrastructure, sans dispositif technique, nous ne pouvons pas justifier une formation de qualité. C’est pour cela que nous avons prévu quelques actions d’infrastructures au niveau de notre budget » a-t-elle fait savoir.

Pour Séverin Quenum, Ministre de la justice et de la législation,  le projet de budget, exercice 2022 du ministère de la justice et de la legislation, s’élève à 21 milliards 439 millions Fcfa contre 20 milliards 254 millions Fcfa pour l’année 2021. « Il sagit donc d’un léger accroissement de 5,85%. Si ce budget nous est alloué, il nous permettra d’aller plus en avant dans tout ce que nous entreprenons pour l’amélioration non seulement de l’accès de nos compatriotes à la justice, mais également pour améliorer le sort des détenus de nos prisons, notamment construire de nouveaux tribunaux et renforcer le potentiel en ce qui concerne les établissements pénitenciers et surtout équiper nos services. Nous avons procédé à la dématérialisation d’un certain nombre d’activités, notamment la délivrance des actes. Nous voulons aller plus en avant pour permettre à nos concitoyens, en restant chez eux, de se faire délivrer rapidement les actes nécessaires à leur vie courante. Nous avons regardé les performances réalisées au cours de l’année 2021 et nous nous sommes rendu compte qu’avec un peu plus d’argent, nous pouvons mieux faire. Le budget du ministère de la justice et de la législation fait moins d’un pour cent du budget général de l’Etat, mais ce n’est pas le montant qui est intéressant. C’est ce que nous en faisons qui importe. Sur cette base, nous avons l’intention d’améliorer l’accès à la justice. Améliorer l’accès à la justice avec la construction de nouveaux tribunaux et également permettre la mise en œuvre rapide des procédures et des décisions par l’équipement des juridictions. Il faut recruter du personnel pour permettre le bon fonctionnement de ces institutions » a-t-il expliqué.

Kola PAQUI

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite