Covid-19: Les Allemands «vaccinés, guéris ou morts» à la fin de l’hiver

191

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

L’Allemagne enregistre chaque jour depuis deux semaines de nouveaux records de contamination. De nombreux hôpitaux sont débordés. Angela Merkel et son tonitruant ministre de la Santé Jens Spahn tirent la sonnette d’alarme.

 

 « Les restrictions actuelles ne sont pas suffisantes. La situation actuelle est hautement dramatique et dépasse tout ce que nous avons pu connaître depuis le début de la pandémie. » Rapportés par la presse allemande, les propos d’Angela Merkel durant une réunion des instances dirigeantes du parti chrétien-démocrate ce lundi matin sont alarmistes.

Jeudi dernier, une nouvelle loi et une rencontre entre la chancelière et les régions ont engendré des mesures plus strictes, au détriment notamment des non-vaccinés, exclus de l’accès à différents lieux. Angela Merkel avait le même jour estimé qu’elle jugeait ce dispositif insuffisant, rappelle notre correspondant à Berlin, Pascal Thibaut.

Obligation vaccinale nationale en discussion

Lors d’une conférence de presse ce lundi, le ministre de la Santé Jens Spahn a eu recours à une formule choc pour résumer la situation actuelle et ses inquiétudes pour les semaines à venir : « Il est probable qu’à la fin de cet hiver, presque tout le monde sera ou vacciné ou guéri ou mort. Cela est très probable avec le variant Delta et c’est pourquoi nous plaidons pour la vaccination. »

L’Allemagne, tout particulièrement les régions du sud et de l’est, est frappée de plein fouet par une nouvelle vague de contaminations que les experts et les responsables politiques attribuent notamment à un taux de vaccination (68%) parmi les plus faibles de l’Europe occidentale. Le pays a recensé ces derniers jours des chiffres de contaminations inégalés depuis le début de la pandémie, dépassant la semaine dernière les 65 000 en 24 heures. Lundi le taux d’incidence sur sept jours était de 386,5, un record. La situation devient très tendue dans les hôpitaux où des premiers transferts de malades ont eu lieu.

La Saxe et la Bavière ont décidé de confinements partiels pour les non-vaccinés. Vont-ils s’étendre ? Une obligation vaccinale pour le personnel soignant, longtemps taboue, doit entrer en vigueur. Un débat est en cours sur son extension à l’ensemble de la population. Sept Allemands sur dix y sont favorables, d’après un sondage.

rfi.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite