Lutte contre la Covid-19 dans l’Atacora, Borgou et la Donga: La GIZ renforce les capacités des agents de santé et de police des postes de contrôle des frontières terrestres

317

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Un atelier de renforcement de capacités sur la lutte contre la Covid-19 de trois jours réunit les agents de santé et de la police républicaine des postes de contrôle des frontières terrestres des départements de l’Atacora, du Borgou et de la Donga. Cet atelier est organisé par l’Agence nationale des soins de santé primaires par le biais de son bras opérationnel la Direction de la promotion de l’hygiène et de l’assainissement de base avec l’appui financier de la GIZ.

 

Rôles et responsabilités des agents de la police républicaine et agents de santé des postes de contrôle des frontières face à la propagation de la Covid-19. C’est le thème central autour duquel vont tourner les trois jours de travaux de cet atelier de sensibilisation. L’objectif visé est d’impliquer davantage ces agents dans la lutte contre la Covid-19 en approfondissant leurs connaissances. Un accent particulier sera mis sur la vaccination anti Covid qui est la dernière mesure mise en œuvre par le gouvernement dans la riposte contre cette pandémie.

Plusieurs communications sont prévues au cours de la formation afin de mieux aguerrir les participants. Il s’agit entre autres des généralités sur la Covid-19 ; les mesures de protection du personnel ; les grandes décisions prises par le gouvernement ; les mesures spécifiques au niveau des frontières terrestres ; rôles et responsabilités des acteurs des frontières dans la lutte contre la Covid-19 ; nettoyage et désinfection de l’environnement et hygiène des mains et préparation des différentes solutions de décontamination. Tous ces différents aspects seront passés en revue avec les participants.

Pour Tahiratou Alassane,  représentante de la GIZ à cet atelier, les frontières terrestres sont les portes d’entrées et de sorties de différentes maladies, c’est pour cela que la GIZ a jugé utile d’accentuer la sensibilisation des acteurs de ces frontières afin de diminuer ou de rompre les contaminations au Covid-19 pour le bien-être des populations. Quand à Benjamin Adé de la Direction de la promotion de l’hygiène et de l’assainissement de base, l’atelier va permettre de renforcer les capacités d’intervention sur le terrain des agents de police et agents de santé en poste au niveau des frontières terrestres pour une riposte à la Covid-19.  Il espère une bonne restitution de la formation reçue au moment de la phase pratique de terrain qui interviendra le troisième et dernier jour de la formation à Ouaké.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite