Examen du budget général de l’État exercice 2022: José Tonato et Raphaël Akotègnon étaient à la barre

296

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Le Ministre du cadre de vie et du développement durable José Tonato et le Ministre de la décentralisation Raphaël Akotègnon étaient hier, mardi 16 novembre 2021, devant la commission budgétaire parlementaire afin de présenter le budget de leur ministère. Ils ont  tour à tour planché avant de se confier aux hommes des media du parlement à la  » Tribune du Réjap ».

 

« Pour 2022, nous sommes venus défendre un budget pour lequel nous demandons des ressources d’à peu près 170 milliards Fcfa. Je voudrais rappeler qu’entre 2021 et 2022, nous demandons un accroissement qui peut paraître élevé et qui est de l’ordre de 68% puisqu’en 2021, c’était un budget de 101 milliards Fcfa pour intervenir dans les secteurs que vous connaissez très bien ; le secteur environnement et climat avec tout ce qui est eau, forêts et chasse et le secteur du cadre de vie, développement urbain, habitat et construction. Globalement, nous allons poursuivre la construction de la résilience du Bénin vis-à-vis des effets pervers du changement climatique par des programmes de protection côtière, des programmes de reboisement, des programmes de restauration des forêts classées, des programmes de reboisement intensif allant jusqu’à la gestion des aires protégées (…) Et après, tous les programmes emblématiques que nous avons connus comme le programme d’aménagement de la voirie urbaine dans nos villes, le programme asphaltage, le programme assainissement pluvial qui sera à la fois au niveau de Cotonou et dans les principales villes secondaires, la poursuite de la construction des infrastructures administratives. Cette année, nous avons lancé la construction de la cité ministérielle et de la cité administrative (…) Cet accroissement de 68% se justifie par le fait que le Programme d’actions du gouvernement (PAG2) est basé sur les études que nous avons conduites dans le PAG 1. La plupart des études sont prêtes et ses projets vont immédiatement démarrer. Nous sommes en capacité technique et humaine de consommer les ressources que nous demandons (…) Le programme asphaltage, je peux vous le dire, sur la base des instructions que le Chef de l’Etat a données va se poursuivre. Il va s’étendre également, mais il va être déployé de façon méthodique à commencer par la grande ville de Cotonou et ensuite les pôles de développement que sont les chefs-lieux de départements qui sont les villes secondaires. Vous savez que sur la réforme de la décentralisation, on parle de Communes à statut particulier, de Communes à statut intermédiaire et de Communes ordinaires. On va éviter le saupoudrage.   On va travailler sur les grandes villes et arriver progressivement à impacter les autres villes. Nous allons poursuivre la construction des marchés, poursuivre la construction des bâtiments administratifs. Ils se sont également préoccupés des questions de pollution sous toutes ses formes et des mesures que nous prenons pour lutter contre. Nous leur avons répondu que c’est pour une démarche méthodique que le gouvernement a opté et que les choses se passent bien  »  a confié José Tonato

Quant à Raphaël Akotègnon, Ministre de la décentralisation et de la gouvernance locale, le  budget du Ministère de la décentralisation et de la gouvernance locale au titre de l’année 2022 : « Si les honorables députés l’autorisaient, sera de l’ordre de 39,6 milliards Fcfa contre 42 milliards Fcfa pour l’année 2021. Comme vous pouvez le noter, il y a une diminution de 6% environ, mais cette diminution n’est qu’en apparence parce que ce budget ne tient pas compte de la réforme structurelle dans le secteur de la décentralisation très chère au Chef de l’Etat et au gouvernement et qui consacre l’amélioration des conditions de vie et de travail des Maires, des adjoints aux Maires et tous les acteurs de la gouvernance locale. Cette rémunération additionnelle, si elle ajoutait au projet de budget, on sera même au-delà de 50 milliards Fcfa. Les actions phares à mener par le ministère, c’est surtout les actions éditées dans le cadre de la réforme sur la décentralisation. Nous voulons faire de nos communes, des espaces de vie agréables à nos populations et dans ce cadre, il faut impulser à la base la bonne gouvernance et il faut que tous les exploits qu’on note actuellement au sommet de l’Etat soient répercutés à la base par la mise à disposition des communes d’un personnel de qualité payé de manière adéquate pour que les gens s’adonnent avec fierté, avec assiduité et avec efficacité à leurs tâches. Nous pensons que les potentialités de chaque commune seront vraiment exploitées pour que le développement local dans notre pays prenne vraiment son envol. Les préoccupations des députés étaient multiples et multiformes, mais celle qui est revenue avec insistance concerne la délimitation des communes, des arrondissements et les unités administratives (quartiers de villes et villages). J’ai expliqué aux députés qu’actuellement, le Ministère de la décentralisation et de la gouvernance locale est en voie de contractualisation avec l’Institut géographique national (Ign) qui nous aidera à faire les délimitations ensemble avec l’Assemblée nationale puisqu’il y a beaucoup de pétitions sur la table des députés. On mettra tout ça ensemble pour que l’Ign nous aide à tout clarifier. Ça prendra du temps, mais nous sommes à pieds d’œuvre. Nous sommes à la phase pilote avec le département du Borgou pour l’étendre après à tout le pays » a expliqué Raphaël Akotègnon.

Kola PAQUI Br/Ouémé-Plateau

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite