Retour des trésors royaux et décrispation: Il semble qu’on n’y est pas encore

1 276

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Ces derniers jours, le gouvernement de la Rupture est engagé sur deux fronts. A l’externe, c’est le retour des trésors royaux qui occupe toute l’attention du chef de l’Etat. Depuis la première demande effectuée en 2016, ce n’est que 5 ans après que le Bénin se voit restituer 26 œuvres d’art sur les milliers pillées et encore dans les mains du pays colonisateur. A l’interne, la décrispation de la situation politique nationale est en chantier  avec la libération, à compte-gouttes, d’opposants au régime arrêtés durant la période électorale et post-électorale. D’un côté comme de l’autre, même si les efforts sont à saluer, il  reste encore du chemin pour parfaire l’œuvre.

 

Les biens culturels sont de retour depuis hier. Une haie de l’aéroport jusqu’au Palais de la présidence. Le corps diplomatique, les têtes couronnées, présidents d’institutions et autres, vêtus de leurs apparats des grands jours, sont venus saluer, avec le chef de l’Etat et ses ministres, le retour des 26 œuvres, lors d’une cérémonie solennelle tenue dans le jardin de la présidence de la République. Dans l’apparence, du moins pour l’image projetée à l’extérieur, la  » fête » autour de l’accueil a été belle. Mais dans les cœurs de nombre de Béninois, ce n’est pas encore ça. 26 œuvres sur près de 3000 recensés. Pour les uns, l’heure ne devrait pas être à la fête même s’ils reconnaissent que c’est un début. Pour d’autres, « s’il est bien de demander aux occidentaux de nous rendre nos œuvres d’art, il serait aussi bien que nous leur rendions leurs noms et leur religion ». Un commentaire, entre autres, d’internautes comme pour fustiger l’habillement vestimentaire des autorités béninoises tout au long du processus de restitution des œuvres d’art.

D’autres, par contre, ont établi un parallèle entre le retour des 26 trésors royaux et celui souhaité des opposants au régime en exil. Pour eux, ce retour des 26 objets royaux devrait être célébré dans la communion, la fraternité, l’union retrouvée des fils et filles du Bénin du nord au sud et de l’est à l’ouest. Mais le constat, c’est déjà l’absence au Palais des deux anciens chefs de l’Etat, Yayi Boni et Nicéphore Dieudonné Soglo alors même qu’ils y étaient attendus comme l’ont annoncé plusieurs titres. L’ambiance politique tendue au pays n’y a-t-il pas contribué? Même si par ailleurs, il a été dit que Yayi n’y serait pas pour raison de check up sanitaire hors du territoire.

S’il est vrai que depuis quelques jours, au compte-gouttes, les détenus qualifiés de politiques sont en train de bénéficier d’une mise en liberté (sous convocation pour certains), pour nombre de Béninois, on n’y est pas encore puisqu’ils sont des centaines à être embastillés au cours de la période électorale (présidentielle d’avril 2021) et les plus en vue y sont toujours et rien ne présage encore de leur relaxe. Il s’agit de l’ancienne ministre Garde des sceaux Reckya Madougou et de l’Universitaire Constitutionnaliste Joël Aïvo, tous deux candidats recalés de l’opposition à ce scrutin. En dehors de ces deux, sur la toile depuis quelques jours, plusieurs internautes réclament la libération de l’ancien syndicaliste Laurent Metongnon condamné pour cinq ans depuis 2018. Et pour boucler la boucle du mécontentement qui se note aisément dans les posts sur les réseaux sociaux, il y a le retour de plusieurs figures en exil qui fâche. Nombre de Béninois estiment que ce moment historique qui constitue la célébration de la restitution des trésors royaux pillés par la France, il y a 130 ans, ne les émeut guère tant que des fils et filles du pays à l’instar de Sébastien Ajavon, Komi Koutché, Valentin Djénontin, Léhady Soglo, Simplice Codjo, Nadine Dako, Fatouma Amadou Djibril…ne peuvent pas rentrer au pays pour participer à son développement. Ils veulent que, comme les trésors royaux, ces Béninois aussi puissent retrouver la terre de leurs ancêtres afin d’apporter leur pierre à l’édification d’une nation unie et prospère.

 

M.M

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite