Arrestation d’un avocat par la police: Le procureur spécial de la Criet clarifie

472

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Le procureur spécial de la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (Criet), Mario Mètonou s’est prononcé sur les faits relatifs à l’arrestation d’un avocat par les agents de la Police républicaine. C’était  à travers une déclaration de presse ce mardi 9 novembre 2021.

 

Selon les explications du procureur spécial de la Criet, l’arrestation et la garde à vue de l’avocat Me Enosch Chadaré mercredi 29 septembre 2021, un peu après quinze heures,  sont liées à la découverte de 2,575 tonnes de cocaïne dans un entrepôt sis au PK10 route de Porto-Novo. Les agents de la Police républicaine ont fait venir sur les lieux, le propriétaire dudit entrepôt aux fins d’identification et de constatations contradictoires. L’avocat s’est présenté sur les lieux à bord de son véhicule et avait en sa possession tous ses téléphones portables étant entendu qu’en ce moment-là il n’était pas encore en état d’arrestation, informe le procureur.

Le juge signale avoir reçu entre temps, des informations très précises sur les propriétaires de la cargaison, « un cartel très violent aux méthodes expéditives » et a ordonné la mise en place d’un double cordon de sécurité autour des lieux. L’équipe de la Police républicaine, ajoute Mario Mètonou, a été renforcée par des militaires armés. Cette mesure de sécurité dit-il, a été prise non seulement en raison de la crainte légitime suscitée par ce cartel, mais aussi en raison de ce que plus tôt dans la journée, « le groupe avait dépêché à deux reprises des individus sur les lieux avec de fortes sommes d’argent pour tenter de corrompre les agents en charge de l’enquête ».

Au sujet de l’arrestation de l’avocat

D’après le magistrat, le chef d’équipe a aperçu de loin une altercation entre ses éléments et un individu qui venait de franchir le premier cordon de sécurité et forçait le deuxième en dépit de l’opposition des forces de l’ordre. Le chef d’équipe s’est rapproché de lui pour lui signifier qu’il ne pouvait rester sur les lieux.

Cependant déclare le procureur, pour toute réponse, « l’avocat lui a opposé une violence d’abord verbale puis physique ». Il a soutenu être le conseil juridique du propriétaire de l’entrepôt et avait à ce titre le droit d’être sur les lieux, mais a été sorti du périmètre de sécurité. « Curieusement, une fois près de son véhicule, il a entrepris de filmer l’opération en cours », informe Mario Mètonou. Selon lui, cette attitude de l’avocat a fini par semer le doute sur ses réelles motivations « d’autant plus que celui qu’il prétendait assister et qui à cette hauteur de la procédure n’était même pas encore interpelé, avait formellement indiqué n’avoir sollicité les services d’aucun avocat ». C’est donc suite à cette scène, que Maître Enosch Chadaré sera conduit au commissariat d’Ekpè pour les besoins de l’enquête. Ayant appris au téléphone par Maître Michel Ahoumenou que la personne en cause était un avocat en l’occurrence Maître Enosch Chadaré, le procureur affirme avoir ordonné qu’il soit mis sous convocation pour la suite de l’enquête. Ce qui a été fait dès la fin des opérations d’identification et de sécurisation de l’entrepôt.

 Depuis son départ du commissariat, soutient le procureur spécial, l’avocat qui ne s’est pas encore constitué, n’a jamais répondu à la convocation qui lui avait été remise pour le 04 octobre 2021. D’ailleurs, apprend le magistrat, le chef de l’équipe d’intervention a déposé une plainte contre lui et a été entendu sur procès-verbal.

 

Th. A.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite