Retour des trésors royaux: Pourquoi férier mercredi ne serait pas trop demander !

707

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Le Bénin s’apprête à vivre l’un des grands moments de son histoire. Le retour des patrimoines royaux pillés par le colonisateur français et conservés en France depuis des décennies. L’évènement mobilise les autorités au plus haut niveau et le Chef de l’Etat béninois est attendu à Paris ce jour 9 novembre pour, ensemble avec son homologue français, acter le retour au bercail des 26 œuvres parmi tant d’autres qui attendent d’être rapatriées. Au Bénin, une cérémonie solennelle d’accueil aura lieu ce mercredi 10 novembre 2021 au Palais de la Marina (Présidence du Bénin) en présence du Président de la République, Patrice Talon, pour marquer le retour des 26 trésors royaux du Bénin, après plus de 129 ans de rétention en France. L’événement ne semble cependant pas susciter le même engouement au sein de la population qui semble y être indifférente. Dans ces conditions, il ne serait pas superflu qu’au-delà de la retransmission en direct de la cérémonie d’accueil, le gouvernement puisse chômer cette date historique. Agir ainsi, serait une manière d’engager tous les Béninois, et pour leur permettre d’y accorder un intérêt particulier. Cette date historique mérite d’être remémorée tous les ans. Et pour en faire une date historiquement nationale et même internationale pour la postérité, il est de bon ton qu’on en fasse un événement majeur à l’image de Ouidah 92. Soglo en a même profité pour instituer la célébration les religions endogènes. Une autre manière de  valoriser ces œuvres donc pour en faire connaître au citoyen lambda qui n’y comprenait rien. Vu la perspective de la promotion touristique qui entoure le retour des œuvres, chômer le 10 novembre serait également une belle occasion de marquer élèves et étudiants, en l’occurrence, ceux dont les programmes sont axés sur l’histoire nationale, pour une bonne orientation des sorties pédagogues. Le fait pour les parents et enfants, d’abandonner écoles et services pour un tel événement, pourra également susciter le débat dans les familles pour éclairer ceux qui n’y comprenaient pas grand-chose. Le gouvernement est donc invité à se pencher sur la question, en vue de parfaire l’œuvre qui force déjà l’admiration.

Th. A.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite