Au sujet de la loi sur l’avortement au Bénin: « C’est une dénégation de la vie », dixit Noël Chadaré

588

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

La loi sur l’interruption volontaire de la grossesse continue de susciter une vague de réactions. Intervenu sur la chaîne de télévision privée Golfe TV, le Secrétaire général de la Confédération des organisations syndicales indépendantes du Bénin ( Cosi-Bénin), Noël Chadaré se dit scandalisé par cette loi qui promeut des anti valeurs.

 

Noël Chadaré n’approuve pas la loi sur l’interruption volontaire de la grossesse votée par l’Assemblée nationale du Bénin. Le Secrétaire général de la Confédération des organisations syndicales indépendantes du Bénin se dit scandalisé par cette loi qui légalise l’infanticide. Il pointe en l’occurrence d’un doigt accusateur, l’article 17-1 de ladite loi qui dispose : «  A la demande de la femme enceinte, l’interruption volontaire de grossesse peut être autorisée lorsque la grossesse est susceptible d’aggraver ou d’occasionner une situation de détresse matérielle, éducationnelle, professionnelle ou morale incompatible avec l’intérêt de la femme et/ou de l’enfant à naître ». Noël Chadaré s’est voulu incisif : « C’est un article qui m’a donné la chair de poule », s’est-il exclamé. Il en exige donc la suppression pure et simple : « On doit expurger cet article », s’insurge t-il. Pour le Sg/Cosi-Bénin, « nous avons une société qui a des valeurs, et cet article promeut les anti valeurs ». À  en croire ses propos, la loi « fait la promotion des anti valeurs de nos sociétés ». La vie est sacrée et on ne peut denier la vie à un enfant, affirme-t-il. « C’est une dénégation de la vie », fait-il remarquer. Il en appelle donc à la responsabilité de l’Assemblée nationale. Selon Noël Chadaré, « la femme majeure ou mineure qui décide d’avorter, au moment où elle prenait du plaisir avec son partenaire, devrait se rendre compte qu’il y a détresse ». Elle devrait donc éviter la conception : « C’est une porte ouverte à tous les abus, et à la d’ébauche » conclut-il.

 

Th. A.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite