Système partisan au Bénin: Prd, Moele Bénin : la dernière chance?

599

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Sur le plan politique, au Bénin, ce qui sonnait comme impossible au départ en 2018, commence par être une réalité aujourd’hui. Des ténors de certains partis politiques qui soutenaient mordicus que leurs  » entreprises », montées et entretenues au prix de grands sacrifices, ne sauraient disparaître du jour au lendemain sont parvenus à céder in fine. Le week-end écoulé, l’Union pour le développement d’un Bénin nouveau (Udbn) de Claudine Prudencio a finalement rejoint les rangs en se fusionnant dans le Bloc républicain (Br). C’est ce qu’avait voulu le président de la République Patrice Talon avec la réforme du système partisan : former de grands ensembles politiques d’envergure nationale. Pendant que d’autres micro partis soutenant le pouvoir en place avaient accepté disparaître au profit des Blocs Br et Up (Union progressiste), d’autres à l’instar de l’Udbn, du Prd (Parti du renouveau démocratique) ont décidé de maintenir la dénomination et les attributs desdites formations politiques mais en se conformant aux nouvelles dispositions de la Charte des partis. Sauf qu’au premier challenge électoral, les législatives de 2019, devant leur permettre de se jauger pour savoir ce qu’ils valent sur l’échiquier politique national, ces deux partis politiques n’y étaient pas parce que recalés à la Céna, organe en charge de l’organisation de l’élection. Il en est de même pour le Mouvement des élites engagées pour l’émancipation du Bénin (Moele-Bénin), parti politique de la mouvance présidentielle, créé dans la foulée. Un an plus tard, aux Communales de 2020, le Prd et l’Udbn ont vu leurs dossiers acceptés et ont donc pris part à cette compétition électorale. Contrairement à Moele Bénin qui s’est vu obligé de travailler avec l’Up, l’autre grand bloc soutenant le pouvoir. À l’arrivée, ni le Prd, ni l’Udbn n’auront réussi à satisfaire au critère des 10% au moins de voix à engranger au plan national pour se voir attribuer des sièges. En effet, le Prd en avait réuni 5% tandis que l’Udbn n’avait que 2%. Aucun conseiller communal ou municipal élu dans leurs escarcelles sur les 77 communes pendant que l’Up et le Br totalisaient respectivement presque 40% et 37% contre 14% pour la Fcbe se réclamant de l’opposition. Voilà que le Prd et l’Udbn avaient déjà loupé les élections législatives de 2019. Or, suivant la loi 2018-23 du 17 septembre 2018 portant Charte des partis politiques en République du Bénin, notamment en son Article 27, << les partis politiques sont tenus de participer aux élections législatives, communales et locale. Tout parti politique perd son statut juridique s’il ne présente pas de candidats à deux (02) élections législatives consécutives >>. 2023, c’est déjà les secondes élections législatives consécutives après la réforme du système partisan et l’entrée en vigueur des lois électorales adoptées à cet effet. Le Prd, l’Udbn et le Moele Bénin pourront-ils jurer de leur participation effective à ces joutes électorales prochaines ? Rien ne le prouve puisqu’en 2019, les membres de ces formations politiques n’étaient pas moins sûrs qu’ils ne le sont aujourd’hui. Et pourtant, leurs dossiers ont été rejetés pour défaut de pièces. Et si en 2023, c’est à un bis repetita qu’on assiste, le requiem de ces formations politiques sera simplement chanté par le ministère de l’Intérieur. La présidente d’honneur du parti du maïs nourricier l’a visiblement compris après les expériences amères successives faites, et a donc décidé de se mettre désormais dans les rangs. << Il nous faut de la realpolitique en adaptant nos stratégies au contexte nouveau >>, a-t-elle déclaré à la cérémonie d’officialisation de l’acte d’adhésion de l’Udbn au Br. Quid du parti arc-en-ciel de Me Adrien Houngbédji et du Moele Benin dirigé par Jacques Ayadji. Que vont-ils faire? Maintenir leur position, celle de ne pas fondre leurs partis dans l’un des deux Blocs de la mouvance et continuer de voler de leurs propres ailes ? Ou bien vont-ils d’ici là se plier en confirmant les rumeurs qui annoncent leur fusion bientôt, en s’évitant ainsi une mort subite ? D’ailleurs, ça ne va plus surprendre outre mesure puisque Lazare Sèhouéto, ancien ministre et Conseiller politique du chef de l’Etat puis le député Orden Alladatin avaient tendu la perche déjà à Moele Bénin même si au niveau du parti dirigé par M. Ayadji on continue de démentir l’existence d’un tel projet. Le dernier démenti date seulement du week-end écoulé et vient de Juste Agnoro, Secrétaire général de Moele Bénin. « Nous nous inscrivons en faux contre cette information à tout point de vue », a-t-il laissé entendre. Au Prd, il n’y a pas encore de son de cloche sur cette rumeur relayée tout de même par une certaine presse. Ce qui préoccupe pour l’heure chez les  » Tchoco tchoco  », c’est l’Université de vacances du 30 octobre 2021 que le parti s’apprête à organiser. De toute façon, la suite des événements, les semaines et mois à venir, nous situera.

 

W.B

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite