Adoption du projet de loi sur l’asile au Bénin: Amnesty définit une stratégie de plaidoyer

452

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Amnesty international Bénin a mobilisé vendredi, 15 octobre 2021, des acteurs de la société civile autour d’un atelier pour le plaidoyer et action de communication médiatique en vue de l’adoption du projet de loi sur l’asile au Bénin. La présente rencontre qui s’est déroulée à Golden Tulip hôtel a permis aux participants de mener des réflexions pour définir une stratégie de plaidoyer…

 

Organisé dans le cadre du projet “Appui et assistance juridique aux réfugiés et demandeurs d’asile au Bénin“, le présent atelier a permis aux participants d’harmoniser leurs expériences et connaissances pour définir une stratégie de plaidoyer. Ceci, dans l’optique d’œuvrer pour l’adoption, par l’Assemblée nationale, du projet de loi sur l’asile. Dans son intervention, le Directeur exécutif d’Amnesty international Bénin, Dieudonné Dagbéto a souligné la nécessité de doter le Bénin d’une législation qui prend en compte tous les contours du droit d’asile, des réfugiés et des apatrides. Dans sa communication sur l’état des lieux du contexte juridique béninois relatif aux réfugiés et demandeurs d’asile, Mélanie Yekpe  de la Commission nationale en charge des réfugiés a fait savoir que le Bénin se révèle être une terre d’accueil en raison de la stabilité et de l’hospitalité le caractérisant. Ainsi, la population asilaire au Bénin est estimée à 2189 dont 1612 réfugiés et 577 demandeurs d’asile. La plupart sont des centrafricains, burkinabés, ivoiriens, maliens. Après avoir évoqué le cadre institutionnel et juridique, elle a souligné quelques bonnes pratiques de protection asilaire notamment l’autorisation donnée aux réfugiés de postuler pour le recrutement dans le corps enseignant, l’institution de la clinique légale, l’affiliation des réfugiés à la caisse mutuelle de santé et de prévoyance sociale, la sensibilisation périodique des agents de la police et des élus locaux au niveau des frontières etc. Toutefois, les dispositions légales en vigueur présentent des faiblesses ou insuffisances. Il s’agit entre autres de la non-institution du principe du non-refoulement, la protection des enfants non accompagnés et séparés puis des personnes à besoins spécifiques, la perte de statut par annulation, révocation ou cessation, la réunification familiale, l’expulsion du réfugié, la naturalisation, les solutions durables. Des insuffisances que vient corriger le projet de loi. Selon Mélanie Yekpe, le projet de loi garantit une protection efficace, la reconnaissance collective, la prise en charge des personnes à besoins spécifiques, la mise en œuvre des solutions durables, préserve l’unité familiale, évite le risque de refoulement. Ainsi, le vote de ladite loi est plus qu’un défi pour la société civile notamment pour Amnesty international Bénin. La stratégie de plaidoyer définie au terme de l’atelier devrait permettre l’adoption du projet de loi pour le bonheur des réfugiés et demandeurs d’asile au Bénin.

 

A.B

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite