Ministre-conseiller du président du Togo: Shègun A. Bakari lance son fonds d’investissement

687

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Jusque-là Ministre-Conseiller du Président de la République Togolaise, le flamboyant Shègun Adjadi BAKARI s’apprête à lancer d’ici le début de l’année prochaine un fonds d’investissement. Une nouvelle expérience qu’il entamera après une série de faits d’armes l’imposant comme un des béninois influents en Afrique.

 

Rarement ou presque jamais, on ne rencontre son allure enthousiasmée dans le silence feutré des couloirs décorés et des escaliers tapissés du Palais de Lomé où se situe son bureau. Tel un lévrier dans une course en sauteur des haies toujours plus hautes, Shègun Adjadi BAKARI bouge sans cesse et a bien des raisons de le faire.   Conseiller Principal du Président de la République Togolaise, Faure Essozimna GNASSINGBÉ sur des questions de financement du développement, il a, en plus de lui avoir apporté depuis 2016 des outils d’aide à la décision, conduit des actions concrètes. Mais ce ne sera désormais plus pour longtemps. Car selon les informations de Jeune Afrique Business+ en fin de semaine dernière, cet énarque va, à partir de ce mois d’octobre, prendre “progressivement recul en accord avec le Chef de l’État pour se concentrer sur le lancement d’un fonds d’investissement. Fin 2021, il aura cessé toutes ses activités au sein de la présidence”. Une information confirmée à Matin Libre par l’intéressé qui, sans le dire vraiment, se lance dans une nouvelle aventure à la hauteur de sa volonté et de sa passion. En clair, avec des associés, il mettra en place dès le début de l’année prochaine un véhicule financier de 100 millions de dollars avec pour cible des investissements dans le secteur – exclusif – de la transition écologique et la création d’une industrie décarbonée, qu’il s’agisse par exemple de production d’énergie renouvelable ou de mobilité verte. Un positionnement qui confirme d’ailleurs les défis actuels liés à la surexploitation des écosystèmes, la pollution et la pression démographique croissante… Enregistrée à Dubaï ou à Paris, la société financera prioritairement des projets en Afrique de l’Ouest.

Un profil, des expériences et une volonté

Nul doute alors que c’est un pari réussi pour cet ancien Directeur des financements structurés pour l’Afrique australe et le Nigéria à la Société Générale. Titulaire d’un Master en Mathématiques Appliquées aux Sciences Sociales de l’Université de Lilles, il est un des rares béninois sur le continent à savoir faire du mieux possible sans jamais renoncer à penser les choses. Bien avant son entrée au Palais de Lomé, il a fait l’essentiel de sa carrière au sein de la Société Générale en région parisienne. Déjà en mai 2013, il était en charge de la supervision de la relation bancaire avec des clients stratégiques du secteur automobile français tels que Peugeot SA, Faurecia, Valeo et Tarkett. Et ça, c’est après avoir conduit pendant cinq (05) ans la stratégie du pôle Banque de Financement et d’Investissement du Groupe (SG CIB). Il connaît très bien le marché financier, sent l’état d’esprit des investisseurs, maîtrise la structure des économies, les leviers du financement et l’incidence des réponses élaborées. Nullement étonnant donc de voir cet ancien conseiller à l’économie d’Abdoulaye Bio TCHANE, candidat à l’élection présidentielle de 2016 au Bénin, enfiler le profil de l’emploi sur des questions de financement et de l’énergie au Palais de Lomé. Sur ce dernier, Shègun Adjadi BAKARI n’a nullement été de tout repos.

Une expertise au-delà des frontières du Bénin

Du Plan National de Développement (PND 2018-2022) à la feuille de route gouvernementale 2020-2025, l’électrification est au cœur des attentes au Togo. Il a, à cet effet, piloté le projet d’électrification rurale Cizo qui permit aux ménages l’accès à l’énergie propre à partir de kits solaires. Lancé en 2017 avec la compagnie britannique BBOXX, le projet devrait d’ici 2022 permettre à 2 millions de togolais d’avoir accès à l’électricité et faire passer le taux d’électrification de 7% à 40%.  Dans le même temps, il a été chargé par le Chef de l’Etat togolais de superviser la stratégie d’électrification des zones rurales en lien avec les “différents ministères et administrations impliquées, mais aussi en étroite collaboration avec IFC (Pep Bardouille, Sergio Pimenta, Makhtar Diop), la BAD (notamment Amado Hott lorsqu’il était vice-président chargé de l’énergie), le cabinet de conseil McKinsey (Acha Le e) et le cabinet d’avocats Jones Day (Rémy  Fekete)”, selon Jeune Afrique Business+. Du coup, il ne fut dès lors pas étranger à la construction de la centrale photovoltaïque de Blitta (50 MW), réalisée par Amea Power, ainsi que la centrale thermique de Kékéli (65 MW) en partenariat avec Eranove. Cette dernière a la spécificité d’être à gaz à cycle combiné c’est à dire que la chaleur est récupérée et permet ensuite de produire 18 MW supplémentaires sans consommation d’énergie. L’expertise de Shègun Adjadi BAKARI n’est pas que dans le secteur énergétique. En 2019, il a été au cœur des négociations de l’Etat togolais avec le groupe Arise pour la construction de la Plateforme Industrielle d’Adétikopé (PIA), ainsi que celles liées à la cession des parts de l’Etat togolais dans la Nouvelle Société Cotonnière du Togo à Olam (actionnaire d’Arise). Shègun Adjadi BAKARI, c’est aussi les panels de haut niveau ou les grandes rencontres comme le Forum CIAN 2021 en juillet dernier à Paris. Quand cet homme heureux et raisonnable parle, il est si exubérant et si parfait qu’au bout de tant de statistiques et d’arguments avancés, la corbeille déborde, la gibecière se remplit et la constipation est évidente. Cela dit, on ferait mauvaise foi à s’en plaindre. “Nous sommes en train de mettre en place des briques et les différentes pièces du puzzle qui vont demain porter la croissance du Togo”, a-t-il dit au Forum CIAN. D’accord, patron. Sauf que maintenant, c’est l’Afrique.

M.M

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite