Burkina Faso: Le procès des auteurs présumés de l’assassinat de Sankara renvoyé au 25 octobre

335

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Le procès des auteurs présumés du meurtre, pendant le coup d’État de 1987, du révolutionnaire burkinabè Thomas Sankara, alors président du pays âgé de 37 ans, a été renvoyé ce lundi au 25 octobre prochain, à la demande de deux avocates de la défense, qui ont demandé plus de temps pour consulter les pièces du dossier.

 

À peine ouvert, ce lundi 11 octobre, le procès de l’assassinat du « père de la révolution burkinabè », Thomas Sankara, a été repoussé au 25 octobre prochain à 9 heures. Le président du tribunal militaire de Ouagadougou, M. Urbain Méda, a accepté une requête de deux avocates de la défense, qui estimaient ne pas avoir eu assez de temps pour consulter « les 20 000 pièces du dossier ». Elles avaient demandé un report d’un mois, au nom de « la manifestation de la vérité ». Elles ont obtenu deux semaines, alors que la capitale est actuellement sous haute sécurité pour ce moment important.

Commises d’office, relativement tard de surcroît, les avocates de la défense ont expliqué n’avoir obtenu le volumineux dossier d’instruction qu’un mois avant l’ouverture du procès, relate notre envoyée spéciale à Ouagadougou, Gaëlle Laleix. Toutes les parties sont donc convenues qu’un renvoi était raisonnable, compte tenu du peu de temps accordé à la défense pour prendre connaissance du dossier. « Nous voulons que ce procès soit exemplaire », a rappelé Guy Hervé Kam, avocat des parties civiles.

La plus grande partie de l’audience aura surtout été consacrée au tirage au sort des assesseurs militaires devant siéger aux côtés des deux juges civils. Ils sont au nombre de trois avec leurs suppléants. Et cela n’a pas été une mince affaire, car la plupart d’entre eux ont demandé à être excusés pour des motifs divers et variés, allant de la raison de santé à la relation personnelle entretenue avec les accusés, en passant par des impératifs professionnels. « J’ai l’impression que personne ne veut s’engager dans cette affaire », a fini par s’agacer le président de la chambre. « Je suis écœuré par l’attitude de ces officiers, a déploré un proche de victime. Ils sont tous amis, personne ne veut prendre ses responsabilités ».

La veuve du président Sankara, Mariam, qui a récemment accordé un entretien à RFI, était présente à l’ouverture du procès. « C’est un jour de vérité pour moi, ma famille et tous les Burkinabè », a-t-elle déclaré dans la matinée. Elle devra patienter encore un peu. En revanche, le principal accusé, l’ancien chef de l’État Blaise Compaoré, 70 ans, ne s’est pas rendu au tribunal. L’ancien compagnon d’arme, ami intime et ministre de Thomas Sankara, porté au pouvoir en 1987 et renversé en 2014, vit en Côte d’Ivoire.

Douze des quatorze accusés étaient pour leur part présents à l’ouverture. Parmi eux : le général Gilbert Diendéré, 61 ans, apparu en tenue militaire. Celui qui figurait parmi les principaux chefs de l’armée burkinabè lors du putsch, avant de devenir chef d’état-major particulier du président Compaoré, purge une peine de vingt ans de prison, pour une autre tentative de coup d’État, en 2015. Il est accusé, comme M. Compaoré, de « complicité d’assassinats », « recel de cadavres », « attentat à la sûreté de l’État ».

Des soldats de l’ancienne garde présidentielle de M. Compaoré, parmi lesquels l’ancien adjudant-chef Hyacinthe Kafando, chef présumé du commando ayant assassiné Thomas Sankara, et actuellement en fuite, sont également accusés dans ce procès. Le 15 octobre 1987, quelques années après avoir été porté au pouvoir par un coup d’État en 1983, le capitaine Sankara a été tué avec douze de ses collaborateurs, alors qu’il dirigeait une réunion au siège du Conseil national de la révolution (CNR).

Interdiction de filmer le procès

À noter qu’une autre question a été tranchée : l’autorisation de filmer le procès n’a pas été accordée. Les parties civiles estimaient qu’il serait bon pour le pays de conserver des archives audiovisuelles. Une disposition de la loi le prévoit dans les moments exceptionnels. Mais la cour en a décidé autrement. Maître Prosper Farama, avocat de la famille Sankara, ne cache pas sa déception. « C’est dans l’histoire une des rares fois où, pour un procès de cette dimension, un tribunal refuse l’enregistrement. Nous avions vraiment espéré pour l’histoire, la postérité, que cet enregistrement soit fait. Cela nous paraissait de plein droit, tout à fait naturel. »

Pour Maître Moumouny Kopiho, avocat de la défense, il est important de remettre les choses à leur place. Le tribunal doit rendre la justice et non écrire l’histoire. « Le tribunal militaire juge tout le monde dans les mêmes conditions. La vocation du tribunal n’est pas de construire des archives historiques. Aux historiens de trouver les moyens de constituer leurs archives. Si on doit extrapoler le rôle des institutions, on ne va jamais parvenir à la justice. »

Des proches de victimes et des associations avaient envoyé vendredi une lettre ouverte au président de la chambre pour demander l’enregistrement du procès. Le comité du mémorial Thomas Sankara en était signataire. Luc Damiba son secrétaire général. « C’est dommage, à l’avenir, nous n’aurons aucune trace historique pour les chercheurs. Les juges n’ont pas mesuré l’importance historique de ce procès, ni le besoin pour le continent africain de garder ces archives. Notre pays va manquer une page importante de son histoire »

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite