Négociations Gouvernement-Confédérations syndicales: La Csa-Bénin fait le point des échanges

440

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

PREMIERE SEANCE ORDINAIRE DE LA COMMISSION NATIONALE DE CONCERTATION, DE CONSULTATION

ET DE NEGOCIATIONS COLLECTIVES GOUVERNEMENT / CONFEDERATIONS SYNDICALES AU TITRE DE 2021

                                   ♦️COMPTE RENDU DE SEANCE♦

Trois (03) points sont inscrits à l’ordre du jour, ce vendredi 10 septembre 2021 à savoir :

  – Les diligences effectuées dans le cadre de la préparation de la rentrée scolaire et universitaire 2021-2022;

 – Examen des doléances des travailleurs reçues le 1er mai 2021;

 – Questions diverses.

Tour à tour, la parole a été donnée aux ministres de l’Éducation pour faire le point des activités de préparation de la rentrée du 20 septembre 2021. On retient que globalement, les actes ordinaires classiques de pré-rentrée ont été posés ou sont en cours. Il s’agit de publications des listes de mutation, de nomination, du paiement des primes, de l’organisation des journées pédagogiques, d’agenda pour la période de pré-rentrée, etc.

  Le MESFTP a annoncé la publication des nominations des chefs d’établissements secondaires au cours de cette journée du vendredi 10 septembre 2021.

  La question des Aspirants au Métier de l’Enseignement (AME) a retenu l’attention des organisations syndicales qui ont insisté pour savoir ce qui leur est réservé au cours de l’année scolaire.

 Le MEMP attend d’affiner ses statistiques sur le besoin en personnel pour décider ou non de nouveau test de recrutement. Toutefois, il dispose dans la base de données de 2850 aspirants déployables au primaire en cas de besoin.

  Le MESFTP a procédé à la stabilisation de la base de données. Il a annoncé :

 le maintien en poste des AME utilisés l’an dernier ;

  pour les nouveaux postes, la priorité est donnée aux AME qui sont déjà présents dans la base;

  un nouveau recrutement pour des disciplines ciblées;

  le test est prévu pour se dérouler samedi 11 septembre 2021.

  Sur l’extension de la durée du contrat des AME et la concrétisation de l’engagement à leur assurer la couverture sociale (CNSS), la réponse du gouvernement ne rassure guère car il subordonne toute nouvelle mesure en leur faveur à une évaluation de l’expérience AME. Toutefois, sur insistance de la CSA-Bénin, la question du contrat pourrait être examinée en conseil des ministres. Il faut retenir que :

 la base de données doit être considérée comme une liste d’aptitude et non un recrutement définitif;

 les ministères peuvent recourir à cette liste en cas de besoin ;

 le recours à cette liste tient compte en priorité de l’ordre du mérite. Toutefois, un aspirant moins bien classé peut être redéployé dans un autre département s’il accepte.

 Pour le MESRS, les échanges ont tourné autour de l’accueil des nouveaux bacheliers, de la publication des examens pour les étudiants, du processus de désignation des hauts responsables des universités publiques et des écoles. On retient que :

 seulement 86,3% des plus de 52.000 bacheliers ont fait le choix de filières ;

 la liste de leur répartition sera rendue publique sous peu ;

 les Conseils d’Administration des universités procèdent actuellement aux entretiens avec les candidats présélectionnés aux différents postes de responsables des universités publiques ;

 la rentrée universitaire aura lieu en début du mois d’octobre 2021.

 Par ailleurs, les Organisations Syndicales ont exprimé leur préoccupation sur la gestion de la pandémie et spécifiquement sur la question du pass vaccinal dont l’exigence par le gouvernement s’assimile à une violation des libertés individuelles. Elles ont également exprimé leur inquiétude sur les risques de propagation du virus dans les écoles et collèges.

🚨 La CSA-Bénin a exigé que le pass vaccinal cesse d’être la condition pour participer aux activités officielles. En lieu et place, elle demande plutôt un pass sanitaire qui prenne en compte soit la preuve de la vaccination, soit la preuve du test négatif. Ainsi, il ne sera plus fait obligation de faire le vaccin mais de prouver que l’on n’est pas une menace pour les autres participants. Cette première séance a connu la participation de huit ministres et ministères, des organisations d’employeurs.

 

 

Anselme Coovi AMOUSSOU .

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite