Covid-19: Est-il nécessaire d’obtenir une troisième dose d’un vaccin ?

301

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Que savons-nous de ces troisièmes doses du vaccin jusqu’à présent? Sont-ils sûrs et efficaces ? Quelles sont les personnes qui peuvent en avoir besoin ? Et le monde devrait-il envisager des injections de rappel à ce stade de la pandémie ? Le Dr Katherine O’Brien explique dans Science in 5. Lire l’interview

–              Dre Katherine O’Brien aujourd’hui, que disent les preuves jusqu’à présent, sur la sécurité et l’efficacité des injections de rappel ?

–              Eh bien, d’abord, je pense que nous devrions distinguer ce que nous entendons par injections de rappel. Ce dont nous parlons vraiment en ce moment, c’est : est-il nécessaire d’obtenir une troisième dose d’un vaccin si vous avez déjà reçu vos deux premières doses ? Et il y a vraiment trois raisons pour lesquelles nous pourrions vouloir donner une dose supplémentaire. La première est que si vous n’avez pas répondu, si vous faites partie d’une catégorie de personnes qui n’ont pas répondu adéquatement aux deux premières doses que vous avez reçues, nous avons des informations selon lesquelles pour les personnes immunodéprimées, il peut être nécessaire de recevoir une troisième dose parce que ces deux premières ne font pas ce qu’elles font chez des personnes par ailleurs normales et en bonne santé.

La deuxième raison pour laquelle nous pourrions administrer une troisième dose est que si, avec le temps, l’immunité que vous avez reçue et obtenue grâce à la vaccination commence à décliner, elle commence à se détériorer ou à diminuer avec le temps. Et en fait, les preuves montrent actuellement que les vaccins résistent extrêmement bien pour vous protéger contre une maladie grave, une hospitalisation ou même la mort. Nous ne voyons donc pas de preuves solides conduisant à la nécessité de fournir une troisième dose aux personnes qui ont déjà été vaccinées.

La troisième raison pour laquelle nous pourrions vouloir donner une troisième dose est si les performances des vaccins sont moindres ou inadéquates contre certaines des variantes préoccupantes qui ont émergé. Et encore une fois, les vaccins que nous avons actuellement contre les variantes et que nous surveillons très attentivement résistent extrêmement bien à l’extrémité grave du spectre de la maladie. D’une manière générale, les vaccins fonctionnent très bien.

–              Existe-t-il un scénario où certains groupes de personnes pourraient avoir besoin de cela pour une dose de rappel ?

–              À l’heure actuelle, nous avons des preuves qu’il y a une petite proportion de personnes, ces personnes qui souffrent d’une maladie immunodéprimée grave qui ne semblent pas répondre aux deux premières doses de la même manière que les personnes qui n’ont pas de maladie immunodéprimée font ce dont ils ont besoin, c’est d’une troisième dose, mais c’est vraiment pour leur réponse principale. C’est parce qu’ils n’ont pas répondu adéquatement aux deux premières doses. Mais à part la protection qu’une dose de rappel offre aux gens, il y a d’autres considérations que nous devons connaître. L’administration d’une troisième dose augmente-t-elle réellement la réponse immunitaire ? Et nous voyons des preuves que c’est vrai, et nous nous attendrions à ce que ce soit vrai sur la base de ce que nous savons sur le fonctionnement des vaccins. Mais l’autre problème est de savoir si ces doses doivent être administrées ? Comme je l’ai déjà mentionné, les preuves sont faibles pour soutenir cet argument. Nous ne voyons certainement pas de preuves concluantes qu’une dose de rappel chez la majorité des personnes qui ont déjà été vaccinées soit nécessaire. Et le troisième problème est la sécurité. L’administration d’une troisième dose doit être surveillée pour les problèmes de sécurité, et nous aimerions voir une base de données de sécurité avant de faire une telle recommandation. Et ces preuves sont également en train de s’accumuler, mais nous n’en sommes pas encore là.

–              Mais la question demeure : le monde devrait-il envisager des injections de rappel à ce stade de la pandémie ?

–              En ce moment, nous sommes dans une situation où, comme je l’ai dit, les preuves montrent que les vaccins que les gens ont reçus résistent très bien pour vous protéger contre les maladies graves, contre l’hospitalisation et contre la mort. Et c’est vraiment l’objectif principal des vaccins. Ce que nous constatons également, c’est que nous sommes actuellement dans une situation vraiment inéquitable quant à savoir qui a déjà reçu la première et la deuxième dose pour assurer une protection contre les conséquences graves dans les pays à faible revenu et les pays à revenu intermédiaire à faible qu’ils n’en sont qu’à environ un pour cent, deux pour cent, cinq pour cent de la population ayant déjà reçu le vaccin.

Et cela se compare à de nombreux vaccins déployés dans les pays à revenu élevé et les pays à revenu intermédiaire de la tranche supérieure. L’approvisionnement doit donc maintenant se concentrer sur la protection

des personnes qui ne sont pas encore protégées du tout par les vaccins. Cela réduira la transmission, cela réduira la probabilité que davantage de variantes émergent, et cela nous donnera le temps de voir plus de preuves quant à savoir si des doses de rappel seront éventuellement nécessaires. Personne n’est en sécurité tant que nous n’avons pas tous la possibilité d’être vaccinés, d’être protégés contre le virus alors que la couverture vaccinale augmente.

Et ce que cela signifie vraiment, c’est d’obtenir des doses maintenant dans les parties du monde qui n’ont pas eu jusqu’à présent un approvisionnement suffisant. Pendant que nous faisons cela, il est vraiment important de poursuivre les autres mesures qui réduisent la transmission du virus. Cela comprend le port du masque, le lavage des mains, le fait de ne pas se rassembler en grandes foules lorsque vous êtes à l’intérieur, d’être dans des espaces bien ventilés. Ce sont les choses qui, avec les vaccins, vont vous protéger à la fois de la maladie et de la transmission du virus.  Et c’est ce que l’accent est mis en ce moment. C’est ce qui va mettre fin à cette pandémie.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite