Décès de Dieudonné Lokossou: Les hommages de la Cosi et de l’Unstb

765

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

(Emmanuel Zounon témoigne et exprime des regrets)

Le monde syndical béninois pleure la disparition de Dieudonné Lokossou, ancien secrétaire général de la Confédération des syndicats autonomes (Csa-Bénin). Bouillant syndicaliste et ardent défenseur des intérêts des partenaires sociaux, Dieudonné Lokossou reste une grande figure du syndicalisme au Bénin. Dans les colonnes du quotidien Fraternité, les secrétaires généraux de la Confédération des organisations syndicales indépendantes (Cosi-Bénin), Noël Chadaré et de l’Union nationale des syndicats des travailleurs du Bénin (Unstb), Apollinaire Affewe ont rendu un hommage au disparu. « Le Camarade Dieudonné Lokossou nous a quittés, et je dois vous dire que je suis triste, assommé et dévasté par ce qui nous arrive, nous acteurs du milieu syndical. Vous savez que c’est un ami personnel, un grand frère avec qui je suis dans les moments difficiles, dans les moments de joie. C’est un ami de tous les moments, de tous les instants. Cette perte est énorme d’abord personnellement, parce qu’il vient de créer un grand vide autour de moi. Nous avons une fraternité qui a atteint un certain niveau. On ne fait pas deux jours sans se voir. Donc, il va me manquer énormément. Maintenant, c’est aussi une perte pour le milieu syndical, parce qu’il y a accumulé des expériences. On a besoin de ses conseils à des moments où des situations sont critiques. C’est de toute cette niche d’expériences que nous ne pouvons plus bénéficier. Donc, c’est une double perte pour moi. Cet homme a des qualités, c’est un vrai combattant, qui a des valeurs syndicales. Quand il est sûr et quand il est convaincu d’un combat contre l’injustice, il est prêt à aller jusqu’au bout dans ses combats pour le meilleur des travailleurs. Il faut aussi lui reconnaître son intégrité, sa sincérité dans les relations, son honnêteté et son courage. Il n’a peur de rien. Quand il pense à quelque chose, il le dit. Advienne que pourra. Il a été un grand lutteur. On a mené des luttes ensemble. Même à la retraite, il continue de faire le job. Il ne se lasse pas d’opiner sur les chaînes de télévision de la place sur l’actualité nationale, internationale. Il aurait pu faire d’économie, parce qu’il a fini d’être secrétaire général. Il a fini d’être secrétaire général central. Mais comme il le dit, quand on est habitué à quelque chose, on ne peut pas s’en passer. Donc, c’est le syndicaliste dont les luttes donnaient un sens à son existence. C’est un bel exemple de syndicalisme. C’est un syndicaliste chevronné, exceptionnel, parce qu’il ne se laisse pas tenter quand il s’agit de se battre pour les travailleurs. C’est une grande perte pour nous tous. Il est mort de façon brutale » a déclaré Noël Chadaré. Et au secrétaire général de l’Unstb de se dire consterné. « En ces heures douloureuses, le Bureau directeur et tous les militants de l’UNSTB unissent leurs voix à la mienne pour vous présenter nos vives et profondes condoléances. Nous nous souvenons tous de l’infatigable Général qu’il était, se rendant présent sur tous les fronts. Courageux et intrépide, il nous laisse un bel héritage de son combat à travers la sincérité et la détermination qu’il affichait. Consternés par une perte si énorme pour le monde syndical béninois, nous vous prions de lire dans ces lignes, l’expression compatissante de notre proximité priante. À sa famille biologique et syndicale, nous souhaitons beaucoup de courage dans cette dure épreuve. Je voudrais finir en nous invitant à l’appropriation de cette pensée de Jean d’Omersson : “Il y a quelque chose de plus fort que la mort : c’est la présence des absents dans la mémoire des vivants“ » a-t-il témoigné.

Emmanuel Zounon : “il est très émotif et pleure vite“

L’ancien secrétaire général de l’Unstb, Emmanuel Zounon a également rendu un hommage à Dieudonné Lokossou. « Que des Regrets. Il a été un frère. Et qu’il repose en paix…Dieudonné Lokossou  est un grand combattant… S’il (le défunt) est convaincu, il se lance dans la bataille pour la défense des travailleurs et il met les moyens pour gagner », a-t-il posté. A l’en croire, Dieudonné Lokossou est aussi « un grand lecteur et panafricaniste qui croit aux idéaux de la gauche ». Et au-delà de sa rigueur « il est très émotif et pleure vite », confie-t-il. Et de poursuivre « il n’est pas mort, il n’est passé que dans une autre chambre ». Et « son image restera graver dans les mémoires pour la lutte finale ».

A.B

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite