Bénin: VIH/Sida, 60% des cibles à risque dépistés dans le pays de l’or sont positifs

909

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Le directeur départemental de la santé de l’Atacora, Dr Jacob Namboni, dans une interview accordée ce lundi à l’Agence Bénin Presse, a déploré les difficultés de communications en matière de santé, avec les populations du pays de l’Or, notamment à Kouaténa, dans l’arrondissement de Perma, et dont la conséquence directe est la propagation de plusieurs maladies, dont le Vih/Sida, avec un taux de prévalence très élevé.

Au nombre des maladies prioritaires qui déciment les populations des localités de Perma, où, l’on extrait l’or,
le directeur départemental de la santé, a énuméré les traumatismes avec blessures ou mort et des maladies
sexuellement transmissibles dont le VIH/Sida. « Nous avons un taux qui va jusqu’à 50, 60% parfois des cibles que nous avons dépisté », a illustré Dr Jacob Namboni. Il a aussi parlé des maladies à potentiel épidémique à commencer par la Covid-19. « Il est difficile d’amener cette population à observer le minimum de comportements. Les conditions d’hygiène sont à désirées à ce niveau, donc des cas de diarrhée chez les enfants, de paludisme chez les enfants et les femmes enceintes sont constamment observés », a indiqué le DDS. En dehors de ceci, le directeur départemental a évoqué également des maladies infectieuses, la gale et d’autres maladies de la peau, des grossesses non désirées avec ses corolaires. « Au niveau de Kouaténa, par exemple tout ce qui se fait n’est pas sain, la vie est à la dérive, les gens sont drogués, autant de choses qui font qu’il est difficile de faire passer un message ou une communication », a fustigé le directeur.

Sinon, a-t-il précisé « Comme les autres localités situées à au moins 5 kilomètres d’un centre de santé, elle bénéficie de tout le paquet minimum, à travers une stratégie avancée ». « Ce n’est pas une population que nous avons abandonné parce que si on la néglige, elle se mélange avec la population globale, donc on s’occupe autant que possible à offrir à cette population le paquet minimum de soins qu’une population doit avoir, mais ce sont des difficultés », a confié Dr Jacob Namboni.

Source : Abp

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite