Bénin/Baccalauréat 2021: Place au casse-tête du classement des « génies »

7 278

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Le Baccalauréat Bénin session de juin 2021 a connu son épilogue. Les résultats définitifs sont connus depuis quelques jours et les lauréats sont situés sur leur sort en termes de moyenne d’admission et de mention. La particularité cette année est que le record de réussite d’il y a une cinquantaine d’années a été battue sous le pouvoir de Patrice Talon. Presque 65 % des candidats ont pu, cette fois-ci, tirer leur épingle du jeu contrairement aux années antérieures où ils n’étaient que 30, 40 ou 50%. C’est certainement bien pour le moral des impétrants et de leurs parents qui ont dû saigner financièrement pour en arriver là. La communication au niveau étatique a également montré, malgré les difficultés d’encadrement dénoncées le long de l’année scolaire, que les réformes paient. Tant mieux ! Passée l’euphorie de quelques jours, place à présent aux gymnastiques à opérer pour que ceux-là qui ont réussi, tout au moins avec la mention assez bien, soient casés quelque part dans une école ou une Faculté digne. Les structures compétentes du ministère de l’enseignement supérieur et de la Direction de l’Office du Bac sont certainement habituées à cet exercice annuel. C’est une routine, déclareraient certains. Mais l’autre particularité à ne pas perdre de vue cette année, il y a un fort taux de « génies » qui ont pu passer les mailles. Les statistiques font écarquiller les yeux. Autrefois, on pouvait les compter au bout des doigts les admis avec mention Assez bien, Bien et  Très bien. Visiblement, à cette édition du Bac 2021 au Bénin, les mentions « Très bien » seules semblent battre le record des mentions toutes catégories confondues. Près de 260 Mention Très bien. C’est du lourd et on a envie de se demander le sort qui leur sera réservé dans les prochaines semaines dans les écoles. Après le peu qui sera récupéré et pris en charge directement par les parents nantis, soit pour poursuivre à l’extérieur ou dans les écoles publiques comme privées au pays, combien seront-ils dans le lot de la crème des crèmes à être d’office classés dans les écoles de leur convenance ? A combien l’Etat va-t-il attribuer des bourses au-delà des frontières ? S’ils sont déjà près de 260 uniquement pour la mention Très bien, qu’en est-il des mentions Bien et Assez bien ? Ne s’y trouveront pas des lauréats qui très tôt seront désillusionnés à cause de l’incapacité de l’Etat à les mettre à la place qu’il faut ? Les responsables en charge du sous-secteur de l’enseignement supérieur ne doivent pas avoir le sommeil facile, ces jours-ci.

 

W.B

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite