Incarcérée depuis 4 mois Madougou : des conditions de détention ‘’indignes’’

39 712

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Ses avocats déposent une demande de liberté provisoire

L’avocat français de Reckya Madougou Mario Stasi a rendu visite, la semaine dernière, à l’opposante béninoise incarcérée début mars pour des faits d’association de malfaiteurs et terrorisme. Face aux conditions de détention qu’il juge ‘’indignes’’, Mario Stasi affirme avoir déposé, vendredi 09 juillet dernier, au Procureur spécial près le Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (Criet) une demande de liberté provisoire.

 

C’est sur les antennes de Rfi que l’avocat français Mario Stasi a décrit les conditions dans lesquelles la candidate recalée du parti d’opposition Les Démocrates est incarcérée depuis 4 mois à la prison d’Akpro-Missérété. « C’est un véritable :isolement qu’on lui fait subir. Pas d’accès au téléphone, pas de radio, pas de télévision. Même l’interphone est cassé, au cas où elle aurait un pépin physique », a laissé entendre Mario Stasi. Pour lui, ces conditions sont indignes pour une pensionnaire qui, il y a quelques semaines, a fait un malaise cardiaque et une détresse respiratoire. « Pas de visite de la famille, une visite trois fois par semaine de sa mère qui ne peut qu’échanger un sac plastique avec de la nourriture et à qui elle n’a pas le droit de parler. La seule visite, c’est son avocat qui, une fois par semaine, fait 1 heure et demie d’aller-retour à la prison. C’est un véritable isolement dans une cellule avec 5 personnes, 5 femmes, vitre cassée, des rats, un bébé qui pleure dans 8m2 », a décrit l’avocat sur Rfi. Ce sont donc ces conditions de détention, l’analyse du dossier, la personnalité de Reckya Madougou, le fait que celle-ci répondra évidemment aux convocations judiciaires, et que sa remise en liberté, même sous contrôle judiciaire, n’entraverait en rien le déroulé de l’instruction, qui fondent la demande d’une liberté provisoire déposée vendredi dernier au Procureur spécial près la Criet. L’avocat déclare également avoir demandé une audience auprès du ministre de la justice, mais qui lui a été refusée. La réponse de la Criet devrait intervenir dans les deux semaines qui viennent.

 

M.M

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite