Abomey/Présidentielle du 11 avril dernier: La Haac évalue sa participation

192

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Les conseillers de la Haute autorité de l’audiovisuel et de la communication (Haac), les promoteurs des organes de presse et les représentants des institutions impliquées dans l’organisation de la dernière élection présidentielle se sont donnés rendez-vous à Abomey pour évaluer le chemin parcouru. C’était, hier jeudi 10 juin 2021,  à la faveur d’un séminaire de trois jours.

 

Jeter un regard rétrospectif sur le chemin parcouru, évaluer les forces et faiblesses de sa participation à l’élection présidentielle à l’aune de ses décisions prises pour règlementer la période de la précampagne et de la campagne électorale. Tel est l’objectif principal de cet atelier organisé par la Haute autorité de l’audiovisuel et de la communication (Haac). Il s’agira pour les participants de faire une analyse critique des différentes actions menées par la Haac dans le cadre de ladite élection, d’en déceler les forces et faiblesses  et faire des recommandations pertinentes allant dans le sens de l’amélioration du dispositif communicationnel pour consolider les acquis. Dans son intervention liminaire, Azaria Bagoudou Alassane, la directrice des relations avec les institutions et de la promotion des dynamiques sociales, représentante du garde de Sceaux, a décerné un satisfécit  au président de la Haac et son équipe pour avoir tenu le pari d’une bonne campagne médiatique de l’élection présidentielle. Elle a également salué les professionnels des médias pour l’équité, le professionnalisme et la transparence dont ils ont fait montre durant toute la période. Cependant, elle a exhorté les invités de la Haac à procéder à une évaluation objective et approfondie afin que sortent des réflexions des résolutions idoines pour pouvoir corriger les insuffisances constatées et permettre à l’institution de régulation d’accroître la qualité de ses interventions lors des prochaines consultations électorales. Géneviève Boco Nadjo, la vice-présidente de la Commission électorale nationale autonome (Céna) a abondé dans le même sens en reconnaissant le doigté de la Haac qui, selon elle, a fait un travail titanesque dans un contexte sensible marqué par la flopée des médias en ligne dont leur  implication et influence  deviennent de plus en plus grandissantes et ont tendance à se soustraire aux formes de régulation de la Haac. Dans un tel environnement on ne peut qu’être satisfaite de la discipline médiatique observée de la gestion de la présidentielle dernière. Après avoir exhorté les participants à l’assiduité, elle a souhaité que la collaboration entre les institutions soit beaucoup plus renforcée pour une démocratie apaisante. En ouvrant les travaux, le président de la Haac, Rémi Prosper Moretti  a indiqué que le présent séminaire revêt une importance capitale parce qu’il permettra de revisiter la structuration de la couverture médiatique pendant l’élection, d’en appréhender les insuffisances et de définir des perspectives appropriées pour faire face à de nouveaux défis. A en croire ses propos, les travaux vont donc consister à poser le diagnostic adéquat mais aussi à proposer des approches novatrices pour une meilleure organisation des prochaines campagnes médiatiques des élections. Selon lui, le bilan ne doit pas les plonger dans l’autosatisfaction. Mais, il doit être un tremplin pour de nouveaux espoirs.

- Advertisement -

 

Fernand Kinmahou

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite