Gestion intégrée des frontières: L’Oim appuie le gouvernement du Bénin

417

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Mardi 8 juin 2021 à l’hôtel Nobila Airport de Cotonou, l’Organisation internationale pour les migrations (Oim), une agence des Nations unies pour les migrations, a procédé à la remise officielle de matériels de deux  projets au gouvernement béninois. Il s’agit des projets  « Renforcement de la gestion des frontières au Nord Bénin » et d’ « Appui à la gestion des frontières au Nord Bénin » qu’elle a mis en œuvre. Par la même occasion, et en vue d’assurer la continuité et l’harmonisation des procédures auprès des frontières, deux nouveaux projets ont été lancés. La cérémonie présidée par le ministre de l’intérieur et de la sécurité publique, Alassane Seidou a connu la présence de l’ambassadeur du Japon, du Coordonnateur résident du Système des Nations unies au Bénin et de la Chef de Mission de l’Oim, Abibatou Wane.

 

- Advertisement -

Mis en œuvre de mars 2019 à mars 2021, les projets « Appui à la gestion des frontières au Bénin » sur financement propre de l’Oim, et «Renforcement du mode de gestion des frontières au Nord Bénin » sur financement du Gouvernement du Japon, ont permis l’installation du Système d’information et d’analyse des flux migratoires (Midas) au niveau de deux postes de police frontière au Bénin, à savoir Igolo et Malanville. En effet, le ” Midas” est un outil développé en 2009 par l’Oim, opérationnel dans près de 27 pays et en conformité avec les normes internationales. Le gouvernement du Bénin a une propriété entière et exclusive de toutes les données enregistrées que ça soit au niveau de l’intégration avec les systèmes d’information préalable sur les voyageurs, de la compatibilité avec une solution e-visa ou de l’impression de vignettes visas et de cartes séjour temporaire. Selon Abibatou Wane, chef de Mission de l’Oim, ces projets ont permis l’interconnexion entre les postes de police frontière dotés de ”Midas” et la Direction de l’Émigration et de l’Immigration (Dei). « Grâce à cette interconnexion, l’échange de données entre tous les postes dotés de ”Midas” est possible, d’où un meilleur contrôle au niveau des frontières et une lutte plus efficace contre toutes les formes de criminalité transnationale organisée », renchérit-elle. Outre ces projets déjà exécutés et qui ont permis à l’Oim de remettre officiellement ”Midas” aux autorités béninoises, deux nouveaux projets, « Renforcement de la sécurité aux frontières Nord-ouest du Bénin » et « Renforcement de la sécurité frontalière et la résilience des communautés frontalières dans le Golfe de Guinée », financés par les gouvernements du Japon et de l’Allemagne ont été lancés à la même cérémonie. « Plus spécifiquement, ces 2 nouveaux projets s’attèlent à renforcer les capacités opérationnelles et techniques des structures et des acteurs en charge de la gestion des frontières pour qu’ils remplissent efficacement leur fonction de facilitation et de contrôle en améliorant les infrastructures et leurs équipements, y compris des solutions d’énergie renouvelable. Deuxièmement, soutenir la digitalisation de la gestion de l’information aux frontières terrestres grâce à l’installation du ‘’Midas’’. Troisièmement, renforcer l’engagement des communautés frontalières dans les stratégies de gestion des frontières grâce à la mise en place, entre autres, de mécanismes pour une meilleure coordination et dialogue entre elles et les agences de gestion des frontières ; et, enfin, l’amélioration de la capacité des acteurs de la gestion des frontières à répondre aux urgences transfrontalières, y compris les urgences de santé publique de portée internationale », a fait savoir la chef de Mission de l’Oim. Pour l’ambassadeur du Japon près le Bénin, Takahisa Tsugawa, c’est une joie pour lui de voir se réaliser ces importants projets qui s’inscrivent dans la nouvelle approche définie par son pays, pour la paix et la stabilité en Afrique. Procédant au lancement des deux projets, Alassane Séidou ministre de l’Intérieur et de la sécurité publique a exprimé sa gratitude aux gouvernements du Japon et de l’Allemagne pour leurs engagements et accompagnements constants au peuple béninois. « Dans le contexte actuel où évoluent les pays de la sous-région, je salue ces différentes initiatives, qui en même temps qu’elles traduisent l’excellence des relations que notre Etat entretient avec le Japon et l’Allemagne, contribuent au soulagement de nos vaillantes populations des localités frontalières affectées par différentes menaces », a déclaré le ministre qui a, par ailleurs, reconnu que la Gestion intégrée des frontières représente de nos jours, un enjeu capital pour les gouvernements des pays de la sous-région, le Bénin en particulier.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite