Financement OUMANDERA: Wadagni mobilise des fonds pour l’appui des startups

501

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

 Faire des startups, des multinationales de demain. C’est le but visé par le Financement OUMANDERA mobilisé par le Ministre de l’Economie et des finances Romuald Wadagni. Vendredi 14 mai 2021, à Cotonou, il a été procédé à la remise de chèque de 11 startups sélectionnées pour recevoir cet important appui du Gouvernement béninois.

 

Le numérique, comme l’un des quatre domaines de concentration des investissements en vue de la transformation structurelle de l’économie béninoise. C’est l’objectif que vise le Financement OUMANDERA.

Il s’agit clairement de faire du pays le « hub numérique » de l’Afrique de l’Ouest.  Convaincu du fait que « financer les startups aujourd’hui, c’est travailler à mettre sur pied au Bénin, des multinationales de demain ; donc assurer le développement économique du pays», le Ministre de l’Economie et des Finances Romuald WADAGNI, sous l’impulsion du Chef de l’Etat Patrice TALON à travailler à la mobilisation des ressources pour mettre à la disposition de des jeunes entreprises qui opèrent par le numérique.

Empêché à la cérémonie de remise de chèque,  mais représenté par son directeur de cabinet Hermann Orou TAKOU, Romuald WADAGNI a concrétisé son leitmotiv de voir ses petites entreprises de type nouveau dotées de moyens à travers le financement OUMANDERA (il m’a aidé en Bariba. «il» mis pour gouvernement).

- Advertisement -

En présence de la Ministre du numérique et de la digitalisation Aurélie ADAM SOULE, le Fonds d’Appui à l’Entrepreneuriat Numérique, sous l’égide de Jessica GARBA, a remis ces financements aux lauréats.

D’une valeur comprise entre cinq (05) millions et cinquante (50) millions de Francs CFA par bénéficiaire, le OUMANDERA est une subvention que l’Etat béninois a décidé d’octroyer à des startups, dans le but de les aider à démarrer une nouvelle phase du développement de leurs activités. Suite à un appel à candidature lancé en octobre 2020, 114 dossiers ont été reçus par le FAEN. Les 11 meilleures startups ont été retenues au terme d’un processus de sélections en trois phases à savoir : une présélection, une évaluation écrite des dossiers et des pitch devant une commission d’évaluation. Les bénéficiaires pourront récupérer les appuis après la signature d’une convention de partenariat avec le Ministère du Numérique et de la Digitalisation. Les modalités de réception du financement et les obligations des deux parties sont précisées dans ladite convention. Les startups lauréates entreront, en effet, dans un programme local d’accélération pour peaufiner leurs projets en vue de recevoir leurs financements respectifs.

Hermann Orou TAKOU, Directeur de Cabinet du Ministre de l’Economie et des Finances, a, au nom du Ministre, rappelé que le développement des startups béninoises est au cœur des préoccupations du gouvernement. Le financement OUMANDERA est le démarrage d’une initiative qui va perdurer et se renforcer. « Il y a un milliard de francs CFA qui est prévu dans le budget national pour les startups », a-t-il poursuivi.

Les startups  (GO MEDICAL, BFT, FEDAPAY, GOUNOU, YLOMI, TIC AGRO BUSINESS, OLA MEDICAL SERVICES, AFRICA PUZZLE, JINUKUN, MEDOM BENIN, TECH IT ALL ENGENEERING) lauréates du financement OUMANDERA, ont, à travers leur porte-parole, Amos AVOCE, promoteur de BFT, remercié le gouvernement pour ces subventions qui, au-delà du numéraire, constituent une reconnaissance et un encouragement de l’Etat pour leur développement dans la sous-région et à l’international.

« Aujourd’hui, nous sommes à la fin d’un processus mais ce n’est pas la fin de tout, c’est le début d’autre chose : le début d’un suivi que nous allons mettre en place. », a précisé la Ministre du Numérique et de la Digitalisation, en les rassurant de l’engagement du gouvernement pour le développement du secteur du numérique. A l’en croire,  les nombreux investissements dans les infrastructures numériques, la modernisation de l’administration et les applications mises en place dans le cadre de la dématérialisation, doivent être accompagnés du développement de l’initiative privée.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite