Perturbation des services de vaccination et Covid-19: Des millions d’enfants exposés à des maladies mortelles

385

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Communiqué de presse

Alors que les services de vaccination se remettent peu à peu des perturbations causées par la COVID-19, des millions d’enfants restent exposés à des maladies mortelles, ont averti aujourd’hui l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), l’UNICEF et Gavi, l’Alliance du Vaccin, à l’occasion de la Semaine mondiale de la vaccination. Les trois organisations ont souligné qu’il était urgent de renouveler l’engagement de la communauté mondiale pour améliorer l’accès à la vaccination et son acceptation.

« Les vaccins nous aideront à mettre fin à la pandémie de COVID-19, mais seulement si nous garantissons un accès équitable pour tous les pays et si nous mettons en place des systèmes solides pour les administrer », a déclaré le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l’OMS. « Et si nous voulons éviter de multiples flambées de maladies potentiellement mortelles comme la rougeole, la fièvre jaune et la diphtérie, nous devons veiller à ce que les services de vaccination de routine soient protégés dans tous les pays du monde. »

Une enquête de l’OMS (en anglais) a montré qu’en dépit des progrès réalisés par rapport à la situation en 2020, plus d’un tiers des pays qui ont répondu à l’enquête (37 %) déclarent encore subir des perturbations dans leurs services de vaccination de routine.

Les campagnes de vaccination de masse sont également perturbées. Selon de nouvelles données, 60 de ces campagnes vitales sont actuellement suspendues dans 50 pays, ce qui expose environ 228 millions de personnes, principalement des enfants, à des maladies telles que la rougeole, la fièvre jaune et la poliomyélite. Plus de la moitié des 50 pays touchés se trouvent en Afrique, ce qui souligne les inégalités persistantes dans l’accès des populations aux services de vaccination essentiels.

Les campagnes de vaccination contre la rougeole, l’une des maladies les plus contagieuses et qui peut provoquer de grandes épidémies partout où les gens ne sont pas vaccinés, sont les plus affectées. Les campagnes contre la rougeole représentent 23 des campagnes qui ont été reportées, ce qui touche environ 140 millions de personnes. Nombre de ces campagnes sont suspendues depuis plus d’un an. « Même avant la pandémie, des signes inquiétants montraient que nous commencions à perdre du terrain dans la lutte contre les maladies infantiles évitables, 20 millions d’enfants n’ayant déjà pas reçu les vaccins essentiels », a déclaré la Directrice générale de l’UNICEF Henrietta Fore. « La pandémie a aggravé une situation déjà mauvaise et à cause d’elle des millions d’enfants supplémentaires ne sont pas vaccinés. Maintenant que les vaccins sont au premier plan de l’esprit de chacun, nous devons maintenir cette énergie pour aider chaque enfant à rattraper son retard en matière de vaccins contre la rougeole, la poliomyélite et autres. Nous n’avons pas de temps à perdre. Perdre du terrain, cela signifie perdre des vies. »

Conséquences de lacunes dans la couverture vaccinale, de graves flambées de rougeole ont récemment été signalées dans plusieurs pays, dont le Pakistan, la République démocratique du Congo et le Yémen, et il est probable qu’elles se produiront ailleurs, car de plus en plus d’enfants ne reçoivent pas les vaccins vitaux, préviennent les trois organisations. Ces épidémies surviennent dans des régions en situation de conflit ou affectées par les interruptions de service entraînées par les mesures prises dans le cadre de la campagne actuelle contre la COVID-19.

L’approvisionnement en vaccins et autres équipements est également essentiel pour la vaccination des enfants. En raison des perturbations provoquées par le début de la pandémie de COVID-19, l’UNICEF a livré 2,01 milliards de doses de vaccins en 2020, contre 2,29 milliards en 2019.

- Advertisement -

« Des millions d’enfants partout dans le monde risquent de ne pas recevoir les vaccins de base car la pandémie actuelle menace de réduire à néant deux décennies de progrès en matière de vaccination de routine », a déclaré le Dr Seth Berkley, Directeur exécutif de Gavi, l’Alliance du Vaccin. « Pour soutenir le rétablissement après COVID-19 et lutter contre les pandémies de l’avenir, nous devrons veiller à ce que la vaccination de routine soit une priorité, tout en nous efforçant d’atteindre les enfants qui ne reçoivent aucun vaccin de routine, ou les « enfants zéro dose ». Pour ce faire, nous devons travailler ensemble – les organismes de développement, les gouvernements et la société civile – afin de garantir qu’aucun enfant ne soit laissé de côté ».

La nouvelle stratégie mondiale de vaccination vise à sauver plus de 50 millions de vies

Pour aider à relever ces défis et soutenir la reprise après la pandémie de COVID-19, l’OMS, l’UNICEF (en anglais), Gavi et d’autres partenaires ont lancé aujourd’hui le Programme pour la vaccination à l’horizon 2030 (IA2030) (en anglais), une stratégie mondiale nouvelle et ambitieuse visant à maximiser l’impact vital des vaccins sur les vies humaines grâce à des systèmes de vaccination plus solides.

Le Programme est axé sur la vaccination tout au long de la vie, de la petite enfance à l’adolescence et au troisième âge. S’il est pleinement mis en œuvre, il permettra, selon l’OMS, d’éviter environ 50 millions de décès, dont 75 % dans les pays à faible revenu et à revenu intermédiaire (tranche inférieure).

Les objectifs à atteindre d’ici à 2030 sont les suivants :

  • Atteindre une couverture de 90 % pour les vaccins essentiels administrés pendant l’enfance et l’adolescence[i].
  • Réduire de moitié le nombre d’enfants qui ne reçoivent aucun vaccin.
  • Achever 500 introductions nationales ou infranationales de vaccins nouveaux ou sous-utilisés, tels que ceux contre la COVID-19, le rotavirus ou le papillomavirus humain (PVH).

Une action urgente est nécessaire de la part de toutes les parties prenantes de la vaccination

Pour atteindre les objectifs ambitieux de l’IA2030, l’OMS, l’UNICEF, Gavi et leurs partenaires appellent à une action audacieuse :

  • Les dirigeants mondiaux et la communauté mondiale de la santé et du développement doivent s’engager explicitement en faveur de la stratégie de l’IA2030 et investir dans des systèmes de vaccination plus solides, avec des approches adaptées aux pays fragiles et touchés par des conflits. La vaccination est un élément essentiel d’un système de santé efficace et elle joue un rôle central dans la préparation et la riposte aux pandémies. C’est également un élément clé pour éviter de multiples épidémies lorsque les sociétés rouvrent leurs portes.
  • Tous les pays doivent élaborer et mettre en œuvre des plans nationaux de vaccination ambitieux, conformes au cadre de la stratégie de l’IA2030, et augmenter les investissements pour rendre les services de vaccination accessibles à tous.
  • Les donateurs et les gouvernements doivent augmenter les investissements dans la recherche et l’innovation, le développement et la fourniture de vaccins, en se concentrant sur les besoins des populations mal desservies.
  • L’industrie pharmaceutique et les scientifiques, en collaboration avec les gouvernements et les bailleurs de fonds, doivent continuer à accélérer la recherche et le développement de vaccins, à garantir un approvisionnement continu en vaccins abordables pour répondre aux besoins mondiaux et à appliquer les enseignements de COVID-19 à d’autres maladies.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite