Alliance Globale du karité/Conférence internationale 2021: L’avenir du karité et la résilience des communautés préoccupent

374

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

 

L’avenir du karité et la manière dont l’industrie peut construire des communautés du karité plus résilientes.​ Cette problématique a été au cœur de la conférence internationale du karité, qui s’est tenue du 27 au 29 avril 2021. Organisée par l’Alliance Globale du Karité, cette assise a été combinée avec la célébration du dixième anniversaire de l’organisation. Elle a enregistré plus de 500 participants, pour la plupart en ligne, issus de 52 pays.

- Advertisement -

Karité 2021:​ “Construire l’industrie de la prochaine décennie”. C’est en effet le thème de la conférence internationale 2021 du karité couplée avec la célébration du dixième anniversaire de l’Alliance Globale du Karité. Au cours des trois jours de travaux, les participants ont réfléchi sur la restauration des parcs à karité face à la crise climatique actuelle qui représente une menace considérable, les nouvelles réglementations qui influencent l’industrie du karité, la pérennisation des communautés productrices de karité, notamment leur résilience​ puis les perspectives de la demande à l’ère de la covid-19. Ce regard vers l’avenir, c’est-à-dire sur la prochaine décennie du karité a consisté à échanger autour de la production, la transformation, les nouveaux marchés et le comportement des consommateurs. Dans son discours au cours de la cérémonie d’ouverture officielle Ratnakar Adhikari, Directeur Exécutif du Secrétriat du Cadre Intégré Renforcé (CIR) a mis l’accent sur trois points fondamentalement. Il s’agit de l’importance stratégique du karité, les contraintes auxquelles sont confrontés les Pays les moins avancés en Afrique puis du soutien du FEI à la chaîne de valeur du karité en Afrique.​Pour ce qui est du Cadre Intégré Renforcé, son soutien en Afrique de l’Ouest est plus substantiel, avec notamment un projet lancé en partenariat avec l’Alliance Globale du karité. «​ En effet, il complète nos projets dans le secteur du karité dans quatre pays d’Afrique de l’Ouest : Bénin, Burkina Faso, Mali et Togo​ », a souligné le Directeur exécutif du Secrétariat du CIR. Il a ensuite mis en lumière quelques résultats de la collaboration CIR avec l’Alliance. Il en ressort qu’à ce jour, 16 655 femmes ont été formées au développement de coopératives, 9 000 au développement commercial, 78 Petites et moyennes entreprises (Pme) ont été formées aux pratiques de production de savon, 21 entrepôts ont été construits pour le stockage des amandes de karité et 29 sont en cours de construction. La Représentante Résidente des Nations Unies au Ghana, Dr. Angela Lusigi, a, à son tour, salué le travail que fait l’Alliance globale du karité. Avec ferme conviction, il a affirmé que ce travail de l’Alliance pour construire une industrie du karité durable et inclusive ouvre la voie dans la direction “verte”. « Il existe de formidables opportunités, et je suis sûr que les discussions des prochains jours mettront en lumière certaines d’entre elles. le Pnud continuera à jouer son rôle dans la “construction de l’industrie de la prochaine décennie” et en la reliant à l’agenda plus large du développement durable​ », a-t-il rassuré. Quant au Vice-président de la République du Ghana, H.E. Aladji Dr. Mahamudu Bawumia, il a félicité l’Alliance Globale du Karité d’avoir pris l’initiative audacieuse de créer un Fonds de restauration des parcs dans le cadre de l’Initiative pour les parcs à karité du Fonds mondial pour le climat. Ce fonds vise à mobiliser des ressources pour faire pousser 10 millions d’arbres et protéger 4 millions d’hectares de parcs à karité. «​ Je suis heureux une fois de plus de rejoindre la famille du karité pour lancer ce fonds. J’ai l’honneur singulier de déclarer que le Fonds de restauration des forêts-parcs est dûment lancé. Nous attendons avec impatience les résultats de la conférence de cette année pour orienter les politiques gouvernementales sur la manière d’accélérer le développement de l’industrie pour le plus grand bénéfice des producteurs primaires, des agents locaux et des petits entrepreneurs. Que ces derniers soient au centre des opérations du Fonds​ », a-t-il déclaré pour finir. Il faut es signaler que la conférence a connu également une plateforme virtuelle du karité avec la participation de plusieurs Pme du Bénin, du Burkina Faso, du Mali et du Togo. Cette foire virtuelle a été organisée en lien avec le Programme régional d’appui au développement commercial inclusif de la filière karité (PRADCIFK) financé par le CIR.

J.B

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite