Soutien au régime de la Rupture: 5 ans après, que sont devenus les jeunes ‘’loups’’ ?

1 105

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

(Bilan à mi-parcours)

Ils étaient là en 2016. Certains étaient des soutiens de Première heure.  D’autres sont venus avec la vague de soutiens des candidats malheureux au 1er tour. Mais tous avaient  fait de l’élection de Patrice Talon, un défi générationnel. 5 ans après, que sont devenus ces jeunes « loups » de la Rupture. Matin Libre a fait l’enquête.

 

- Advertisement -

John Alexandre Tikpa (Le Sénateur )

Community manager et activiste très engagé dans les réseaux sociaux, John Alexandre Tikpa   (Le Sénateur) fait partie des premiers férus des réseaux sociaux, ayant commencé par vendre Patrice Talon par rapport à ses ambitions politiques de 2016. Membre de la team d’Oswald Homeky courant 2015, l’ancien candidat malheureux aux législatives sur la liste Peu était très suivi par les internautes, notamment sur sa page Facebook. Arguant de cette notoriété abondante teintée d’une crédibilité et adhésion certaines, il a eu le mérite d’en profiter aisément, pour pouvoir vendre Patrice Talon. Pendant la campagne électorale de 2016 en vue de la présidentielle, l’homme faisait partie des jeunes très restreints à accompagner le candidat sur tous les terrains sur lesquels, il devrait se rendre. Ceci, pour relayer toutes les activités de campagne du challenger de Lionel Zinsou, aux jeunes internautes. Une option qui a d’ailleurs été payante pour le candidat, vu la fourgue de ces nombreux jeunes béninois, pour son projet de société en son temps. Patrice Talon devenu Chef de l’État, Alexandre John Tikpa (Le Sénateur) qui a transformé donc une marque déposée dans la communication politique digitale, sera rapidement appelé aux côtés de son mentor. Membre de l’équipe de communication à la présidence, il est désormais un homme très discret mais toujours efficace. Dans cette discrétion, il va depuis plus de deux ans créer son propre site internet du nom de Mediapart Bénin, qui est une des machines d’information, de relai et de communication du gouvernement de la Rupture et du nouveau départ. Sa manière à lui en dépit donc de ses charges, de toujours être prêt à servir par tous les moyens, les causes de Patrice Talon, en vue de son second mandat.

Constantin Amoussou

Diplômé de l’Ecole nationale d’administration et de magistrature (Enam), Constantin Amoussou est un écrivain ayant à son actif, une kyrielle d’œuvres littéraires. Engagé dans la vie politique, il va, pour le compte de la présidentielle de 2016, militer pour le candidat Pascal Irénée Koukpaki, pour son accession à la magistrature suprême. Même si ce dernier n’a pas pu être auréolé par les électeurs, il sera quand-même nommé Ministre d’État, Secrétaire général de la présidence sous le nouveau maître des lieux, Patrice Talon. Ce qui a permis à certains jeunes ayant soutenu ce candidat malheureux, de l’accompagner dans ses nouvelles fonctions. En se démarquant de l’équipe quelques mois après, Constantin Amoussou à très tôt commencé par lancer des pics à la nouvelle mouvance. Décidément, il rejoint bien avant les législatives de 2019 le parti Usl de Sébastien Ajavon. Après plus d’un an dans l’opposition, l’ancien chroniqueur littéraire à l’Ortb et président du gouvernement des jeunes, fait marche arrière et se désolidarise de cette opposition. Ceci, à travers ses défenses pour Luc Atrokpo, dans le cadre des communales et municipales de 2020. Lancée en août 2020 en un moment où une nouvelle candidature du Chef de l’État était encore loin d’être une évidence, l’Association “La Dynamique continue” dont il est le Secrétaire national à la communication a conceptualisé et  lancé le mot d’ordre “La dynamique continue” qui a donc été repris en chœur plus tard,  par une grande partie de la classe politique et qui est devenu le thème de campagne officiel de Patrice Talon. Personnellement, il s’est investi, dans la période électorale et outre la mobilisation dans les actions d’apaisement des tensions qui s’annonçaient en conduisant des missions de sensibilisation des jeunes de tous les bords contre la violence en période électorale. À nouveau donc “Rupturien”, il a l’opportunité de mettre, au profit du régime et surtout du président de la Cour constitutionnelle Joseph Djogbénou, dont il est devenu très proche, sa verve et toute sa détermination.

Serge Nonvignon

Journaliste animateur puis Directeur de la radio Océan Fm avant la présidentielle de 2016, Serge Nonvignon avec les médias du Groupe de presse “Le Matinal” étaient beaucoup plus convaincus et engagés pour l’opposant d’alors, Patrice Talon. Depuis l’exil français du magnat du coton, la radio des défis avec l’onction donc de son premier responsable faisait feu de tout bois, pour laver l’honneur de cet exilé et par ricochet, critiquer vertement le régime de Boni Yayi. Devenu candidat à cette présidentielle, Serge Nonvignon dans sa peau de journaliste et nonobstant ses responsabilités trouvait toujours de créneaux pour défendre Patrice Talon,  au retour des nombreux débats circonstanciels, organisés sur cette station radio et ses campagnes de proximité dans Calavi, en tant que membre de la cellule de communication de l’homme. Juste quelques semaines après la prise de pouvoir de Patrice Talon, l’ancien protégé de Charles Toko a été appelé au palais de la Marina, pour faire valoir ses compétences dans l’équipe de communication du nouvel homme fort du Bénin. Dans ce rôle depuis 2016, il ne cesse de répondre aux appels des médias, afin de défendre et de soigner l’image du gouvernement, sur des sujets relatifs à l’actualité nationale. Également bras opérationnel entre le pouvoir et les médias, l’ancien Directeur général de la 88.6 Fm également très fréquent dans les réseaux sociaux demeure convaincu de son choix et n’est pas prêt à  laisser l’actuel locataire de la Marina. De la tournée de reddition de comptes à la campagne électorale de 2021, il a bien-sûr été sur tous les fronts pour la communication du duo Talon-Talata. Ceci, comme en 2016, même si les rôles ont changé.

Orden Alladatin

De la culture à la politique en passant par la Société civile, Orden Alladatin aura prouvé beaucoup de choses. Du Fitheb, il va ensuite avec Joseph Djogbénou et d’autres acteurs et personnalités, créer Alternative citoyenne, une organisation de la Société civile. Très acerbe envers le pouvoir de Boni Yayi et ayant toujours envie de dire plus, il va avec ses pairs, transformer cette plateforme en un parti politique. De là, Orden Alladatin à travers les mouvements comme “Mercredi rouge” et autres a réussi à devenir un acteur incontournable de l’opposition et défenseur ardent de Patrice Talon, muté depuis l’hexagone en chef de file de cette opposition. Coopté par l’Union fait la nation en 2014, l’homme va rapidement être fait conseiller municipal à Cotonou, à l’issue des communales. Ensuite devenu suppléant de Joseph Djogbénou au parlement en 2015 dans la 16ème circonscription électorale, le juriste de formation et acteur culturel va davantage s’illustrer en 2016, en investissant corps et âme pour l’élection de Patrice Talon. Devenu alors député après la nomination de son titulaire dans le gouvernement de celui pour qui il a pris faits et causes, l’ancien Directeur du Fitheb se montrera intraitable au parlement, quand il s’agit de défendre les projets du gouvernement. Mieux, son engagement à l’Assemblée nationale en tant que Rapporteur de la commission des lois  a permis à Patrice Talon de mener à bien ses réformes politiques, même les plus controversées. Redevenu député en 2019 sur la liste Union progressiste puis Président de cette même commission, Orden Alladatin ne va ménager aucun effort, toujours au profit de son leader. Il a encore au cours de la campagne électorale de 2021 vendu aux Cotonois son candidat comme ce fût le cas en 2016, tout en sensibilisant pour la paix. Le régime devra continuer à compter sur lui bien qu’au Parlement qu’à Cotonou, pour ses bons auspices.

Wilfried Léandre Houngbédji

Journaliste à La Nation, il était également présent sur l’émission “La Caravane du matin” de radio Tokpa animée par Benjamin Agon, où l’actualité politique nationale était au menu. Rhétoricien hors pair, ses principes et orientations politiques lui ont valu certains ennuis, dans son service. Repéré pour la clarté de ses opinions, il sera vite appelé par le candidat Pascal Irénée Koukpaki, pour l’accompagner dans la campagne présidentielle de 2016. Promu Directeur de communication au palais de la marina par Patrice Talon qu’il a rejoint au second tour avec son candidat, celui qui se fait affectueusement appeler “Wiléandre” deviendra ainsi, un des acteurs de communication les plus sollicités de l’équipe présidentielle. Tout au long du mandat du Chef de l’État, l’ancien homme des médias a souvent été présent sur des chaînes de radio et de télévision pour défendre l’honneur du Président de la république, expliquer et justifier certaines décisions et prises de position de Patrice Talon. Toujours dans sa peau de Directeur de Communication, Wilfried Léandre Houngbédji a été un des personnages clés de la victoire du duo Talon-Talata. Au-delà de ses tâches quotidiennes consistant à soigner donc l’image du Chef de l’État auprès des Béninois, il a, pendant la campagne électorale, coordonné et surveillé de près tout ce qu’il y a eu de médiatique, autour du duo. La viabilisation du projet de société de Patrice Talon et de sa colistière n’a non plus été faite, sans lui.

Oswald Homeky

Leader, Oswald Homeky a été un des jeunes les plus acquis à la cause de Patrice. Après son séjour dans le parti Abt, il a créé son propre mouvement dénommé Front pour l’alternance, pour mieux s’illustrer. Acteur et diplômé en communication, il a très tôt avec ce mouvement choisi son camp, qu’est Patrice Talon. Farouchement opposé au régime de Boni Yayi, il a combattu avec la dernière rigueur, la révision de la Constitution en son temps. Avec nombreux jeunes derrière, il a, toujours par le biais de ce mouvement, mobilisé un montant de 15 millions, afin de payer la caution du candidat, à cette présidentielle. Nommé Ministre de la jeunesse et des sports depuis le 6 avril 2016 par son candidat investi Président, Oswald Homeky n’a pas depuis ce moment bougé de ce poste. Aimant, il demeure un des Ministres les plus cotés du gouvernement. De la professionnalisation du championnat national de football à l’accalmie à la Fédération béninoise de football quant à son équipe dirigeante en passant par la construction de dizaines de stades omnisports sur toute l’étendue du territoire sans oublier les autres domaines qu’il a en charge notamment le soutien des jeunes, l’homme a toujours été prépondérant. C’est d’ailleurs sous lui que l’équipe nationale de football a atteint les quarts de finale, pour la précédente campagne de la Can. Malgré ces occupations, son combat politique n’a pas fléchi d’un iota. Membre fondateur de l’Union progressiste, il a été élu député en 2019, même s’il ne siège point. Après s’être illustré dans son Couffo natal lors de la tournée présidentielle et de la campagne de 2021 pour son leader, il a démontré à nouveau à Patrice Talon son engagement politique. Lequel devra compter sur son management, pour son second mandat.

Urbain Amégbedji

Influant et respecté membre de la société civile il y a quelques années, Urbain Amégbedji s’est illustré ensuite à travers sa détermination pour le candidat Patrice Talon. En créant Alternative citoyenne avec ses autres camarades, il a été une des figures de proue du mouvement “Mercredi rouge”, qui s’était farouchement opposé au régime de Boni Yayi. En jetant son dévolu sur Patrice Talon pour la présidentielle de 2016 après le désistement du chef de son parti Joseph Djogbénou en faveur du même candidat, l’homme a parcouru coins et recoins de son Mono-Couffo natal, pour rallier en 2016 les électeurs, à la cause du candidat. Mieux, ses interventions sur l’émission “La caravane du matin” animée par Benjamin Agon sur radio Tokpa ont fait de lui, un militant et opposant connu et dévoué. Après l’élection de son chouchou, Urbain Amégbedji sera envoyé par le nouveau Président à la tête de l’Agence nationale pour l’emploi (Anpe). Depuis près de cinq années, l’ancien coordonnateur du Centre Africa Obota y siège et continue de faire  parler de lui. Notamment, dans la gestion de carrière des milliers d’enseignants aspirants engagés par le régime de Patrice Talon. Tout ceci, associé à d’autres rôles capitaux dans la création et la promotion de l’emploi, qui demeurent un défi très précieux pour tout régime. En dehors donc d’accompagner le Chef de l’État dans ses missions à la tête du Bénin depuis son poste de Dg Anpe, Urbain Amégbedji n’est non plus resté en marge de la réélection du Président de la république, pour un second et dernier mandat. En y participant à travers des contacts avec les électeurs, c’est évident qu’il n’est pas prêt à abandonner son leader. Ceci, sûrement pour longtemps.

Guy Mitokpè

Il fait partie des acteurs de la victoire en 2016 de Patrice Talon, notamment sur le campus d’Abomey-Calavi et dans des cercles de jeunes. Mais la collaboration entre Patrice Talon et son mentor Candide Azannai n’aura duré qu’environ un an. Très tôt, Guy Mitopkè a incarné l’opposition parlementaire, pour sa première expérience à l’Assemblée nationale 7e législature. On se souvient encore des propos houleux avec le président d’alors Adrien Houngbédji. Son opposition à la révision de la Constitution lui a valu, comme tous les députés de la minorité parlementaire, de ne pas retourner au Parlement. Aujourd’hui, le secrétaire général du parti Restaurer l’espoir est engagé dans la Résistance face au pouvoir de la Rupture.

Nourou-Dine Saka Saley

Ayant milité aux côtés de Abdoulaye Bio Tchané, Nourou-Dine Saka Saley était attendu pour mettre son expertise à la disposition du nouveau régime. Sa nomination au poste de conseiller technique juridique du ministre d’Etat a confirmé cette prévision. Mais, cela n’a duré que le temps d’un feu de paille. Le 1er septembre 2016, le juriste fût limogé de ce poste pour avoir émis en privé un avis  sur la création de la Cellule d’analyse des arrêtés ministériels et préfectoraux. Ce qui, selon lui, allait créer un conflit d’autorité parce qu’on  mettrait le préfet et son ministre au même diapason. On l’a accusé de n’avoir pas faire preuve de réserve. Pour Nourou-Dine Saka Saley, « Quand on vous chasse de quelque part parce que vous avez dit la vérité, il faut remercier Dieu parce qu’on vous a chassé de la maison du mensonge”. Nourou-Dine Saka Saley a fait un passage rapide à la mairie de Cotonou, en tant que chargé de mission avant de démissionner après la suspension du maire Léhady Soglo. Aujourd’hui, celui qui se fait appelé « opposant Tchigan » est membre du parti d’opposition Les Démocrates.

Dônklam Abalo, de la vague ASG

Pour Dônclam Abalo, le soutien au régime du Nouveau départ a, très tôt, tourné au cauchemar. Son mentor Sébastien Ajavon, accusé de trafic de drogue, blanchi une première fois par la justice, puis ensuite condamné à 20 ans de prison par la Criet, s’est retrouvé finalement en exil. Sur place, Dônclam Abalo, désormais très critique à l’encontre du régime, a essayé de mener la lutte avec le parti Usl. Mais dépourvu d’existence légale pour avoir refusé de se conformer aux nouvelles lois sur le système partisan, l’Usl n’a pu participer aux différentes élections. Pour ce communicateur qui a fait ses preuves sur les antennes de radio Tokpa puis en tant que directeur de Soleil Fm, la lutte pour la restauration de la démocratie est devenue un son cheval de bataille. Même si ces derniers jours, on ne l’entend plus tellement, Dônclam Abalo reste un opposant au régime qu’il a contribué à installer en 2016.

Ouorou Richard Boni

Béninois de la diaspora, Richard Boni Ouorou est le président de Cabane club de Cotonou. Au départ directeur de communication de campagne de Robert Gbian à la présidentielle de 2016, l’homme a très tôt mis ses compétences au profit du candidat devenu président, Patrice Talon. Mais très tôt, les lois liberticides, les atteintes à la démocratie, à la liberté d’expression sont restées au travers de la gorge du politologue. La dernière qui a révolté Richard Boni Ouorou est l’arrestation de la candidate recalée du parti Les Démocrates Reckya Madougou. Le communicateur constate alors que ses nombreuses tribunes, ses lettres ouvertes au chef de l’Etat pour un changement de paradigme n’ont servi à rien. Toute chose qui fait qu’aujourd’hui, Richard Boni Ouorou se démarque de la gouvernance de la Rupture.

Wenceslas Teko

Tout comme Dônclam Abalo, Wenceslas Teko fait partie des jeunes de la vague ASG. Les infortunes rencontrées en cours de route par son mentor, l’ont éloigné de la gouvernance de la Rupture. Béninois de la diaspora, basé à Marseille, ‘’Viiins’’, comme l’appellent ses amis, fait partie des déçus du régime au pouvoir depuis 2016.

Apol Emérico Adjovi, Journaliste engagé du régime du Nouveau Départ

Journaliste engagé, ancien Directeur de publication du journal Le Matinal, Apol Emérico Adjovi est un passionné de la gouvernance de la Rupture. Même si de son engagement de 2016, où on le voyait presque toujours derrière le candidat Patrice Talon, les fruits tardent à tenir la promesse des fleurs, Apol Emérico Adjovi est aujourd’hui Commissaire à la Commission béninoise des droits de l’homme (Cbdh) où il occupe le poste de Trésorier général adjoint. Il y a été envoyé par ses pairs, au titre de journaliste-communicant.

Richel Adjovi

Proche de Lionel Talon, Richel Adjovi  est le fils du président de l’Aic, devenu député, Mathieu Adjovi. Il est le vice-président du Rassemblement de la jeunesse pour le renouveau et le développement (Rjrd) qui a pris fait et cause pour Patrice Talon en 2016. Après des études au Canada, Richel Adjovi évolue dans le monde des affaires.

Joël Ahofodji

Il fait partie des jeunes de la vague ASG qui ont soutenu Patrice Talon au second tour. Journaliste révélé par Golfe FM et Golfe TV, Joël Ahofodji a été directeur de Sikka TV. Après les mésaventures de Sébastien Ajavon avec le régime de la Rupture, ayant abouti à la suspension de Sikka TV pour non renouvellement de contrat, Joël Ahofodji fait valoir aujourd’hui ses talents à la Cedeao.

Shegun Adjadi Bakari

C’est aux côtés d’Abdoulaye Bio Tchané que Shegun Adjadi Bakari a fait ses armes en tant que conseiller à l’économie. L’ancien président des étudiants de l’Eneam et ancien leader actif de la Fédération nationale des étudiants du Bénin a contribué à la rédaction du projet de société d’ABT et facilité les rencontres avec les étudiants. Aujourd’hui, il fait ses preuves aux côtés du Président de la République du Togo Faure Essozimna Gnassingbé dont il est le Conseiller en Energie.

Sanny Moukaïla

Il n’a pas changé de domaine d’activité depuis 2016. Malgré sa proximité avec le régime de la Rupture, Sanny Moukaïla est resté dans le monde des affaires. Jeune opérateur économique spécialisé dans l’importation et la distribution des denrées alimentaires et ayant aussi des intérêts dans le domaine des TICs, Sanny Moukaïla est le neveu d’Abdoulaye Bio Tchané et gendre du Général Robert Gbian.

Cyprien Koboudé

Ancien secrétaire à la communication du Psd, Cyprien Koboudé est un proche d’Emmanuel Golou. Tout comme les jeunes ‘’loups’’ de la vague ASG, le soutien d’Emmanuel Golou à Sébastien Ajavon l’a fait éloigner de la gouvernance de la Rupture. Cependant, son engagement en politique, son sens de discernement, l’écoute des autres n’ont pas faibli. Il est toujours apprécié sur les réseaux sociaux pour ses prises de position. Avec le ralliement à la Mouvance de Emmanuel Golou, c’est peut-être maintenant que les choses commencent pour ce militant engagé qui vit à Ougadagou (Burkina-Faso).

Aziz Gomina

Il est un membre de la Cabane club de Cotonou dont Richard Boni Ouorou est le président en 2016. Ensemble, ils ont travaillé pour le Général Rober Gbian avant de rejoindre Patrice Talon. Comme les autres, il s’est donné à fond pour la victoire de l’apôtre de la Rupture. 5 ans, son engagement pour la cause du Nouveau départ n’a pas faibli.

Zinath Glèlè

Aujourd’hui Directrice d’une agence de communication, Zinath Glèlè était une collaboratrice dévouée d’Abdoulaye Bio Tchané. Ceci, malgré le fait qu’elle soit la fille de Ybatou Sanni Glèlè, membre influent du Parti du renouveau démocratique (Prd). Cette confiance qu’Abt a placée en elle lui a valu le poste de directrice de communication du candidat en 2016. Elle était, dans l’ombre, la cheville ouvrière de la belle campagne de communication du candidat Abt. Zinath Mittou Glèlè est toujours dans le système.

Ibrahim Fara

Ibrahim Fara est un opérateur économique de la région septentrionale. En 2016, quand peu de gens croyaient en la victoire de Patrice Talon, il avait bataillé dur pour lui engranger des voix. Il avait alors lancé un mouvement pour susciter l’adhésion des jeunes du septentrion à la cause de l’actuel chef d’Etat. 5 ans après, son militantisme est resté intact. La preuve, lors de la dernière présidentielle, Ibrahim Fara, face au risque de violences, il a invité ses compatriotes, amis et parents à sortir massivement pour exprimer leur choix dans le calme et la sérénité. Ce soutien des premières heures de Patrice Talon est resté engagé derrière son idole.

Corneille Atindéhou

Opérateur économique béninois résidant en Allemagne, Corneille Atindéhou déjà admirateur et acquis à la cause des réformes de Patrice Talon pour son premier mandat, n’a ménagé aucun effort pour montrer au Chef de l’État tout son engagement à continuer la dynamique avec lui. Dans le cadre de la campagne électorale en vue de la présidentielle de 2021,  l’homme a spécialement foulé le sol béninois, pour extérioriser davantage son choix. Ainsi, avec le mouvement Ac dont il est le président, Corneille Atindéhou va battre campagne pour le duo Talon-Talata, dans les contrées de la commune d’Abomey Calavi, où il est un repère et un exemple de réussite pour la jeunesse. De ce fait, ses meetings, ses campagnes de proximité et tournées, caractérisés par des concerts et instants de fête dans cette commune ont sonné le glas du côté des électeurs de la cité dortoir. Désormais et pour les cinq ans à venir, sa casquette de faiseur de roi ne  manquera point de résonner.

Lionel Talon

Inconnu du grand public jusqu’en 2016, l’élection de son père l’a propulsé au-devant de la scène. Mais, comparativement à d’autres enfants de chefs d’Etats de la sous-région, Lionel Talon est très discret. Pendant 5 ans, on l’a vu rarement. Mais il est toujours aux côtés de sa famille, lors des grands moments. On dit de lui, qu’il est fidèle en amitié. Son cercle ne serait constitué que d’anciens camarades de classe. Personne n’y entre, personne n’y sort, a-t-on appris.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite