Manifestations au Tchad: Retour sur une journée de contestation et de répression

704

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Au moins cinq personnes ont été tuées mardi lors des manifestations à Ndjamena et dans le sud du Tchad contre la junte qui a pris le pouvoir après la mort du président Idriss Déby Itno il y a une semaine. Le général Mahamat Idriss Déby, nouvel homme fort du régime, a promis d’organiser « un dialogue national inclusif » alors qu’un nouvel appel à manifester est lancé pour le mercredi  avril.

 

Dans un communiqué, la Convention Tchadienne des Droits de l’Homme dénombre un total de 9 morts et des dizaines de blessés et d’arrestations et se dit « profondément indignée par la répression sauvage barbare et criminelle des manifestations pacifiques ».

Le parquet évalue le bilan de la journée à cinq morts. Quatre dans la capitale dont une femme « tuée par les manifestants » et un à Moundou, dans le sud du pays.

Les témoignages qui reviennent des manifestations et des quartiers parlent d’une grande violence toute la journée. Les jeunes qui sont sortis protester ont été dispersés par des gaz lacrymogènes, mais aussi par des tirs à balles réelles. Des témoins indiquent également que des éléments de la garde présidentielle se sont introduits dans des concessions et ont frappé les personnes qui étaient dans leurs cours.

Selon Larim Bao, chargé de communication à l’Union Nationale pour la Démocratie et le Renouveau, les forces de l’ordre ont été débordées par l’afflux de manifestants. « Il y a eu une très grande population qui était sortie. Il y avait des femmes et des enfants. La foule était dense, donc, elles (les forces de l’ordre) craignaient que la foule compacte se constituait pour aller occuper un certain espace. C’est à ce moment qu’ils ont été débordés et ont commencé à tirer y compris avec des balles réelles. »

Selon notre correspondante à Ndjamena, Aurélie Bazzara-Kibangula dans certains quartiers, des pneus ont été brûlés, des pancartes brandies ; sur certains, on pouvait lire : « Non à la France ».  Une station Total a été vandalisée. Les manifestants dénonçant l’ingérence de la France dans les affaires intérieures du Tchad.

Pour Succès Mascra, président du parti des Transformateurs, le responsable de ces violences se trouve à la tête du Conseil Militaire de Transition. « Le fils, et son arsenal composé essentiellement de militaires, est en train de montrer au monde entier qu’il est pire que le père. Apparemment, on a utilisé des balles réelles. Ce sont des tueurs à gages qu’on a dispatchés à travers la ville depuis du matin. Ils tirent sur tout ce qui bouge ».

Ce mardi après-midi, le général Mahamat Idriss Déby, au pouvoir au Tchad depuis la mort de son père le président Idriss Déby Itno, a promis dans sa première allocution télévisée d’organiser « un dialogue national inclusif ».

Ce mardi soir, le calme semblait être revenu dans la capitale tchadienne. Mais la coalition Wakit Tama, qui regroupe opposants, organisations de la société civile, mais aussi syndicats, appelle à renouveler les manifestations mercredi matin avril. Son coordonnateur Maître Max Loangar, de la Ligue tchadienne des droits de l’homme, l’a dit ce soir sur la radio locale Liberté.

Mahamat Idriss Déby s’adresse aux Tchadiens après une matinée de violences

Une semaine après sa proclamation comme chef du comité militaire de transition, le fils du « Maréchal » s’est adressé aux Tchadiens, dans une intervention enregistrée et diffusée à la radio et à la télévision nationale alors que des violences ont eu lieu dans plusieurs villes du pays toute la matinée.

Il a d’abord tenu à partager son émotion après le décès de son père. Sanglé dans son uniforme sable de général de corps d’armée, béret quatre étoiles sur la tête, il a lu son discours en français, pendant une vingtaine de minutes. Il a exhorté ses compatriotes à ne pas causer un « grave préjudice à la nation » par des actes « contraires à l’unité, au vivre ensemble et à la paix ». Ce discours intervient après une matinée marquée par les violences à travers le pays. Des manifestants se sont réunis très tôt ce mardi matin à Ndjamena. En dehors de Ndjamena, on a surtout manifesté dans le sud du pays.

« Le Conseil militaire de transition obéit au souci cardinal de faire face à l’urgence absolue de devoir défendre notre Patrie contre l’agression qu’elle subissait, de préserver les acquis de paix et de la stabilité et de garantir l’unité et la cohésion nationale […] Le Conseil Militaire de Transition n’a pas d’autre objectif que d’assurer la continuité de l’État, la survie de la nation et l’empêcher de sombrer dans le néant, la violence et l’anarchie. Les membres du CMT sont des soldats qui n’ont d’autre ambition que celle de servir loyalement et avec honneur leur patrie. Toute autre attitude des membres du CMT sera une atteinte impardonnable à la mémoire du Maréchal et à l’engagement face au peuple ».

Promesse d’un « gouvernement de réconciliation nationale »

Pour ce qui est de la transition, il a promis la nomination à venir d’un « gouvernement de réconciliation nationale, composé d’une équipe soudée, compétente et représentative du Tchad pluriel ». Il a assuré qu’un dialogue national inclusif serait organisé, qu’il « n’éludera aucun sujet d’intérêt national » et que le Conseil national de transition serait mis en place de manière « consensuelle et concertée » pour travailler sur une nouvelle constitution.

L’objectif du processus est d’« organiser des élections démocratiques, libres et transparentes dans les meilleurs délais » avant de conclure par un appel à « l’union sacrée »

« Je serai le garant de ce dialogue qui n’éludera aucun sujet d’intérêt national selon un calendrier précis que le gouvernement sera appelé à dévoiler. Dans les prochains jours et après les consultations en cours, un Conseil National de Transition, représentatif de toutes les provinces et de toutes les forces vives de la Nation sera également mis en place, de façon consensuelle et concertée, pour permettre l’accompagnement législatif de l’action gouvernementale et de donner au pays les bases d’une nouvelle Constitution ».

 

rfi.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite