Bénin/Présidentielle controversée et vives tensions contre la rallonge du mandat: L’appel du « Coder » à une sortie de crise

777

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Face aux vives protestations contre la prolongation du mandat du président Patrice Talon et à l’escalade des violences nées de la contestation du processus électoral en cours pour l’organisation de la présidentielle du 11 avril 2021, le  Collectif pour l’ordre démocratique et républicain (Coder -Bénin) a donné de la voix. C’est à la faveur d’une conférence de presse en ligne que des membres du Mouvement, certains au pays et d’autres depuis l’extérieur, ont animé hier, jeudi 08 avril.

 

Que ça soit Charles Migan, Sonia Akpo, Arsène Chankoun, Chabi Patrick Mahamou et Célestine Zanou qui se sont prononcés sur les derniers développements de l’actualité sociopolitique au Bénin, la crise politique et les affrontements entre populations et forces de sécurité publique et de défense que vit le pays en cette veille de la présidentielle était prévisible. Le Coder avait vu venir la chose, et dans une anticipation en vue de la prévenir avait appelé le chef de l’Etat Patrice Talon à l’organisation d’une assise nationale. Malheureusement le Coder n’a pas été écouté. « Que les dirigeants prennent la mesure de la situation. Le sang humain a commencé par couler. Et pourtant le Coder a prévenu. On a fait le maximum pour qu’on n’en soit pas là », se désole Arsène Chankoun. Pour les différents membres du creuset, maintenant que ce qu’ils redoutaient est là, il faut dans l’urgence « trouver le chemin le plus court pour tenir ces assises ». Célestine Zanou, ancienne directrice de cabinet du feu président Général Mathieu Kérékou persiste et signe que ces assises sont capitales pour que les fils et filles du Bénin se parlent. Et celui qui doit faciliter ces assises, selon elle, c’est Patrice Talon puisqu’en dépit de tout, c’est lui qui tient encore les manettes. La démocratie, soutient Célestine Zanou, c’est le peuple et les gouvernants de l’heure notamment Patrice Talon ne doit rester sourd à l’appel de son peuple. Fort de cela, Charles Migan martèle que tout pouvoir qui se maintient par la force perd sa légitimité. Il ajoute qu’il est impératif pour les Béninois de s’asseoir pour penser leur vivre-ensemble, leur cohésion nationale.

Appel aux manifestants

Tout en ayant une pensée pour les victimes de ces vives tensions, les membres du Coder pensent que les manifestants sont dans leur droit de protester. Cependant, ils pensent qu’ils peuvent manifester sans s’en prendre aux biens publics et privés. Suivant la proposition de Célestine Zanou,  les manifestants peuvent opter à s’asseoir sur le goudron et protester sans rien casser.

Où est passé le Coder depuis le Manifeste ?

Célestine Zanou et les autres membres du Coder font du rétablissement de la démocratie et du retour à la Constitution de 1990 leur crédo. A ce titre, ils avaient fait l’option de s’adresser au président de la République à travers un Manifeste décliné en plusieurs axes sur la base de constatations sur le net recul démocratique sous sa gouvernance. L’objectif, c’est de parvenir à organiser une convention citoyenne, le tout couronné par un symposium. Ce symposium devrait être l’occasion de faire un plaidoyer pour la tenue d’assises, « la seule issue pour éviter à notre pays un bain de sang, éviter à notre pays des confrontations sanglantes ». Beaucoup de Béninois sans doute attendaient le Coder sur ces chantiers mais courant dernier trimestre 2020, et ce jusqu’à hier, il y a eu un mutisme des membres de ce Mouvement citoyen qui regroupe plus de douze têtes de pont rejointes entre temps par de milliers de personnes.  Quels constats depuis le Manifeste citoyen? Et quelles préconisations pour une sortie de crise ? Les membres du Coder ont essayé de répondre à ces questions. S’agissant du mutisme, Sonia Akpo a expliqué que ç’en n’était pas un. Le Coder n’a pas non plus disparu. Il y a juste eu une série de faits dont la crise sanitaire mondiale qui ont perturbé le cours normal des activités au niveau du creuset. Mais n’empêche, beaucoup d’autres choses ont été faites dans l’ombre dans la perspective du symposium. Des personnes ressources ont été rencontrées,  les partis politiques aussi, sans oublier les ambassades au Bénin et à l’extérieur. Le Coder insiste sur la convocation in fine des assises, car ses membres, c’est inacceptable qu’il y ait élection sans les exilés par exemple.

 

JB

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite