Contestation de la prorogation du mandat du chef de l’Etat: Situation tendue à Parakou, Savè, Tchaourou…

1 558

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Des dégâts matériels enregistrés

La troisième ville à statut particulier du Bénin a enregistré de nombreux dégâts matériels dans la nuit du 5 au 6 avril 2021. Et pour cause, de nombreuses populations ont pris d’assaut les rues de la ville un peu après zéro heure munies de sifflets pour protester contre la prorogation du mandat du Président Patrice Talon, exiger la libération de Reckya Madougou et la tenue d’une élection inclusive.

 

De nombreux pneus brûlés au niveau des différents carrefours stratégiques de Parakou ; des affiches, le siège départemental Borgou du Bloc Républicain, le bâtiment abritant la Radio Urban et un bar restaurant dont on soupçonne un leader de la rupture d’en être le propriétaire saccagés ; des affiches de campagne du duo Talon-Talon détruites ; de débris de bouteilles, de mobiliers saccagés, etc. Tel est le bilan des violences enregistrées dans la ville de Parakou, le tout sur fond de slogans hostiles au régime de la rupture. La journée du 6 avril 2021 a enregistré quant à elle des manifestations publiques dans plusieurs artères. Plusieurs dizaines de jeunes, hommes et femmes des sifflets dans la bouche ont parcouru plusieurs quartiers scandant des slogans tels que : « 5 ans c’est 5 ans ! » ; « Talon démissionne ! » ; « Libérez Reckya Madougou !». Les manifestations se sont poursuivies toute la matinée de ce 6 avril 2021 dans les quartiers stratégiques de la ville. Ce qui a conduit à la fermeture des principaux marchés de la ville  et de certains services.

- Advertisement -

Pour les manifestants, le mandat du Président Patrice Talon est échu le 05 Avril 2021 selon la Constitution du 11 décembre 1990, parce que arrivée au pouvoir le 6 avril 2016. Ils disent ne pas reconnaître la prorogation de 45 jours supplémentaires contenue dans la Constitution révisée en 2019.  Il est à signaler que les mêmes manifestations ont été observées dans les communes de Kandi, Djougou, Tanguiéta, Tchaourou et Savè où le domicile du député André Okounlola a été incendié, le poste de péage de Diho saccagé. A Dassa-Zoumè, la voie inter-Etats a été bloqué pendant des heures. Le maire Nicaise Fagnon a dû essayer de négocier avec les manifestants. Précisons que pour le moment qu’il n’y a pas eu d’affrontement entre les forces de l’ordre et les manifestants.

 

Albérique HOUNDJO (Br Borgou-Alibori)

                   

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite