Campagne électorale: Un aperçu des projets des duos

317

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Message des candidats/Duo Soumanou-Hounkpè

- Advertisement -

DIAGNOSTIC

     Absence d’une politique industrielle cohérente;

     Environnement des affaires dégradé ;

     Déficit d’offre énergétique ;

     Coût élevé d’accès à l’énergie ;

     Coût élevé d’accès aux matières premières ;

MESURES CLEES

     Créer des pôles de transformation agroalimentaires avec des vocations définies anacarde, amande de Karité, ananas, palmier à huile, produits laitiers, riz, soja ;

     Relancer et moderniser les industries textiles ;

     Améliorer l’environnement des affaires ;

     Renforcer le système de la production énergétique ;

     Renforcer les infrastructures de soutien aux activités industrielles ;

     Faciliter l’accès aux financements ;

     Aménager et viabiliser les zones de développement économiques dédiées à l’accueil des investissements industriels.

 

Message des candidats/Duo Talon-Talata

UNE AGRICULTURE MODERNE, DES AGRICULTEURS EPANOUIS ET DE PLUS EN PLUS RICHES

L’agriculture béninoise, grâce au leadership éclairé du Président Patrice TALON, a réalisé de belles prouesses ces dernières années. Premier producteur de coton en Afrique, 2ème producteur de vivriers de l’UEMOA, des spéculations nouvelles qui montent, des niveaux de production record. Pour que cette dynamique se consolide et se maintienne durablement, un vaste programme de promotion agricole sera déployé au cours du quinquennat 2021-2026.

Dans cette perspective, un vaste programme de développement des grandes cultures traditionnelles (maïs, soja, coton, tubercules, etc.) sera initié. D’autres spéculations bénéficieront d’une attention toute particulière. Ainsi, de manière spécifique, l’Etat aménagera 50.000 ha de riz puis les mettra à la disposition des producteurs installés. Ceci vise à réaliser notre objectif de production d’un million de tonnes de riz d’ici les 3 prochaines années.

De même, s’agissant de l’ananas, de nouveaux aménagements seront faits pour accompagner le développement de cette filière en pleine expansion.

En outre, un ambitieux programme de promotion des grandes plantations sera lancé grâce auquel plus de 500.000 ha de terre seront aménagés, plantés, et mis à la disposition des entrepreneurs agricoles individuels ou en coopérative pour l’émergence de filières porteuses comme le cajou, le cacao, l’hévéa, la banane plantain, les fruitiers, le palmier à huile, etc.

Ces terres aménagées et plantées, l’Etat va les céder ensuite à des coopératives d’exploitation qui paieront plus tard, une modique contrepartie annuelle.

Avec un tel programme, il est clair que le travail de la terre ne pourra pas pertinemment continuer avec la houe. La mécanisation de l’agriculture sera donc fortement accélérée dans les 5 années à venir de sorte qu’à la fin du mandat, plus personne ne travaille avec la daba. Les agriculteurs seront formés et accompagnés, des équipements seront mis à leur disposition à des prix subventionnés.

Tout particulièrement les producteurs maraichers et de riz seront formés à la gestion de l’eau, l’irrigation des terres et financés pour les aménagements nécessaires de sorte à faire plusieurs récoltes dans l’année, y compris en saison sèche.

Tout cela vise à rendre nos agriculteurs de plus en plus riches et l’agriculture elle-même de plus en plus moderne et attractive.

Des financements adaptés

Grâce à l’action du gouvernement, les promoteurs agricoles pourront obtenir des financements sans être obligés de fournir des garanties. Déjà, au niveau du Fonds national de développement agricole (FNDA), un mécanisme innovant de financement du secteur agricole est en place. Il permet aux bénéficiaires d’avoir du crédit à un taux d’intérêt de 2% à 6% maximum par an. Mieux, les unités de transformation peuvent déjà obtenir le crédit sans intérêt (0%). Tout cela va se poursuivre.

La même sollicitude de l’Etat sera manifestée en matière d’élevage et de pêche. Pour poursuivre la modernisation de ce secteur, il sera question de réorganiser l’élevage des gros ruminants en mettant en place davantage de points d’eau ainsi que des aménagements pour cultures fourragères, et en fournissant aux éleveurs des compléments d’aliments à des prix subventionnés.

Idem pour les petits ruminants et la pisciculture. Ici, l’action va consister en un accompagnement technique, en l’encadrement sans oublier la mise en place de financements dédiés.

Globalement il s’agira de mettre à la disposition du Fonds National de Développement Agricole (FNDA) une dotation de plusieurs centaines de milliards pour les financements.

En outre, l’assainissement des plans d’eau sera poursuivi. Et, pour favoriser le développement des espèces halieutiques, il sera procédé à leur dragage avant de les ensemencer.

Des financements adaptés seront aussi apportés aux aquaculteurs en vue d’une plus grande production de poissons.

Des ambitions aussi manifestes commandent que nous fassions confiance au duo TALON-TALATA, le 11 avril 2021.

Message des candidats/Duo Kohoué-Agossa

Volets Artisanat, Culture et Tourisme

Pour véritablement promouvoir la culture, l’artisanat et le tourisme, nous proposons de :

  • Accroitre l’attractivité des sites touristiques à travers des campagnes de publicité et l’accessibilité des sites ;
  • Promouvoir les valeurs et le savoir-faire endogènes dans les politiques de développement, propres au Bénin. Ceci recommande une réappropriation de notre Culture ;
  • Soutenir les initiatives de promotion culturelle et touristique locales et nationales ;
  • Valoriser les arts plastiques ;
  • Promouvoir les formes de tourisme respectueuses de l’environnement, des cultures locales et de la santé des populations (écotourisme, agrotourisme et tourisme culturel);
  • Créer des salles de spectacles dans chaque département dont la gestion sera tripartite: l’Etat, les collectivités territoriales et les organisations professionnelles des hommes de culture ;
  • Valoriser les colonies de vacances à l’intérieur du pays ;
  • Introduire dans les programmes d’enseignements dans nos écoles et collèges l’appropriation de nos valeurs, de nos langues, de notre histoire, etc. ;
  • Renforcer les capacités des acteurs et les infrastructures pour une véritable promotion de la culture, de l’artisanat et du tourisme.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite