Entretien avec le secrétaire général de la Fébéma: «Nous plaçons notre mandat sous le signe de la réconciliation», dixit Mathias Combou

423

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Un nouveau bureau exécutif dirige depuis samedi 27 mars 2021, la Fédération béninoise de maracana (Fébéma). Dans un entretien qu’il nous a accordé, Mathias Combou, secrétaire général de la Fébéma, dévoile les chantiers de leur mandat. Lequel est placé sous trois signes développés dans l’entretien. Lisez-plutôt !!! 

 

- Advertisement -

On connaît désormais les membres du nouveau bureau de la Fébéma. Quelles sont vos premières impressions ?

Tout est bien qui finit bien. On remercie le Seigneur, tous les maracaniers béninois, tous ceux qui ont œuvré pour un dénouement heureux de cette crise qui s’installait. Un remerciement spécial au Ministre des sports et au Directeur du cabinet qui, durant tout ce long feuilleton, ont essayé de  jouer leur partition. Nous sommes partis de très loin et aujourd’hui, nous avons compris qu’il faut tout faire en respect des textes que nous avions votés en 2012. Ce sont ces textes que l’autorité a demandé que nous puissions appliquer. C’est vrai que dans une élection, il y a toujours des mécontents mais nous  avons essayé d’être dans la juste mesure de faire ce que l’autorité et la Fédération Internationale de Maracana Associations (FIMA) nous ont demandé de faire. C’est ça qui a abouti à l’élection du nouveau bureau et je pense que nous allons essayer dans la mesure du possible, de remettre d’aplomb la famille du Maracana. L’objectif principal, c’est l’intérêt supérieur du  maracana béninois. Rien ne peut se faire dans la division. Je pense que c’est ce que nous allons nous atteler à faire et rendre compte à l’autorité ministérielle qui nous dira la conduite à tenir après.

Alors, sous quels signes placez-vous ce mandat ?

Nous plaçons notre mandat, d’abord sous le signe de la réconciliation parce que, beaucoup d’eau a coulé sous les ponts. Aujourd’hui, il faut essayer de se remettre d’aplomb dans un certain nombre de choses et surtout mettre de l’ordre. Ensuite, nous plaçons le mandat sous le signe du travail en poursuivant les œuvres déjà entamées. Nous allons continuer la promotion du Maracana de l’Est à l’Ouest et du Nord au Sud. Nous allons faire en sorte que beaucoup de Béninois jouent le Maracana dans le respect strict des textes. Troisièmement, il faut qu’il ait l’esprit de solidarité, d’amitié entre nous car notre credo, c’est la convivialité, la fraternité et l’amitié.

Quels sont les grands chantiers pour ce nouveau mandat ?

Les grands chantiers, c’est d’abord celui du sponsoring. Ensuite, le chantier de l’affiliation. Nous devons faire en sorte que tous les clubs qui ont participé aux activités prennent langue avec la Fébéma pour que nous ayons des clubs affiliés dignes du nom. Nous n’allons pas continuer à jouer sous le sceau de l’amitié. Il faut que les clubs puissent s’affilier. Le Bénin pourrait organiser la CAN de Maracana en septembre 2021 et il faut qu’on essaie rapidement de commencer le travail pour que tous les maracaniers parlent le même langage car nous sommes une famille. Nous allons faire en sorte que le Bénin soit le pionnier du Maracana. C’est le deuxième pays à avoir une Fédération après la Côte-d’Ivoire dans le monde entier. Les petites dissidences peuvent laisser place à la paix pour que nous puissions faire le travail.

Donc, vous confirmez que le Bénin sera pays hôte de la Can de Maracana en septembre prochain ?

Ce sont les autorités étatiques qui pourront en décider. Je n’ai aucune force. La FIMA nous a donné la possibilité d’organiser la Can de maracana. Mais si le Conseil des ministres ne nous autorise pas, je n’en suis pas une voix autorisée. En son temps, nous allons nous rabattre sur les autorités ministérielles pour savoir ce qui va se passer. Si on n’arrive pas à l’organiser, nous allons nous désister et laisser l’organisation à un autre pays, et peut-être prendre l’organisation en 2022. Comme vous le savez, le Chef de l’Etat aime faire les choses en grand. Donc, il va vouloir que l’organisation soit d’une parfaite harmonie. Le Ministre Oswald Homeky va vouloir aussi d’une parfaite organisation. Et si toutes ces conditions ne sont pas remplies, ils ne voudraient pas que le Bénin prenne cette organisation. La dernière décision de  la tenue de cette organisation revient à l’autorité ministérielle. On est en pourparlers très avancés mais c’est l’autorité qui va décider.

 

A.F.S.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite