En préparation à une représentation théâtrale: ‘’Germe de pensées’’ et ‘’Kuckuck’’ se serrent les coudes

502

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Germes de Pensées et Kuckuck Productions, entourés des professionnels de l’humour, organisent des ateliers de formation, en vue de produire une pièce théâtrale, sur le thème : ‘’Benefiz, chaque Africain doit sauver un Européen’’.  Ainsi, la phase de recherche s’étale du 24 mars au 03 avril prochain, entre Cotonou, Ouidah, Parakou et Porto-Novo. Une période au cours de laquelle, sont prévues des séances de travail avec les acteurs comédiens méticuleusement sélectionnés pour l’occasion.

 

Depuis le mardi dernier, toute l’équipe de Germes de Pensées et Kuckuck Productions, se retrouve à l’Institut Français de Cotonou, afin de peaufiner le contenu d’une pièce théâtrale, sur le thème : ‘’Benefiz, chaque Africain doit sauver un Européen’’. Le texte originel autour duquel devrait être orienté les travaux, est une œuvre d’Ingrid Lausund. Elle peint toutes les réalités entre blanc et noir, en jouant sur la satire. L’objectif est de montrer, dans un sens comme dans un autre, l’utilité commune de cohabiter, en annihilant tous les préjugés existants. A cet effet, le comité d’organisation a mobilisé quelques artistes, auteurs et metteurs en scène pour des ateliers de formation dont Sophie Mètinhoué, Bardol Migan, Judicael Avaligbé ‘’Kromozom’’, Giovanni Houansou, Florisse Adjanohon, Carole Lokossou, Nathalie Hounvo-Yekpe et Carlos Zinsou. Sous la houlette de Roger Nydegger, directeur de Kuckuck Productions, et de Mariame Darra, directrice de Germes de Pensées, ils seront chargés, tous les jours, de neuf à quatorze heure, de s’approprier le texte d’origine, pour la première phase. La seconde sera exclusivement consacrée à l’improvisation, pour mettre tous les acteurs dans le bain, afin de recueillir de la matière, pour élaborer le texte final. Ensuite, cap sur Parakou, le dimanche 28 mars, pour rééditer le même exercice de recherche, mais avec une autre équipe d’acteurs, dans le septentrion. Comme à Cotonou, l’Institut Français, servira de cadre à ces travaux.

TG

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite