Bénin/Après un calme apparent: L’insécurité bat à nouveau son plein au Bénin

1 056

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

(Des morts se comptent de plus en plus)

- Advertisement -

Alors que la quiétude  avait commencé par renaître dans les grandes villes du Bénin, force est de constater que les forcenés ont encore repris de plus bel, leur traintrain quotidien. Des actes qui entraînent depuis dans le pays, une insécurité à nouveau grandissante. Pis, cette insécurité qui n’épargne aucune ville du pays est caractérisée par des morts, dans le rang des victimes. Au-delà des plaintes et coups de gueule contre cette situation qui menace la quiétude des citoyens, plusieurs exemples palpables de cette insécurité grandissante sont constatés. C’est le cas d’Hervé Amoussou, qui a froidement été abattu samedi 27 mars, par des malfrats non identifiés. D’après certains proches de la victime, vers 6 heures ce matin, il a réveillé sa femme pour lui montrer le terrain acheté à la sortie de Parakou. Ainsi, après la prière matinale, le couple prend la route sur une Moto de marque Haoujoue. C’est alors qu’il a aperçu à quelques minutes des lieux, au moins deux individus portant des cagoules. En freinant, il dit à sa femme de descendre de la moto et de fuir très loin. À en croire les mêmes sources, les braqueurs ont couru vers eux. Après lui avoir arraché son portable Android, son permis de conduire, sa carte d’identité, la moto, il a été criblé de sept balles. À l’instar de la région  septentrionale du pays, celle méridionale est aussi frappée. Avant le cas Hervé Amoussou, c’était Alfred Vinou, précédemment en service au Ministère de l’Agriculture. Lequel, d’après ses collègues de service, a été charcuté à Porto-Novo samedi 27 mars, avant que sa moto ne lui soit arrachée. 24 heures avant ce dernier, le même sort avait également été réservé à un jeune à Cotonou plus précisément à Agla, où son engin a aussi été arraché par ces hors la loi, devant son portail. La situation devient si préoccupante, car elle ne se limite plus au vol. À l’instar de cette forme d’insécurité et les braquages, les kidnappings teintés de demandes de rançons prennent d’ampleur. Tout ceci, faisant régner une certaine frayeur dans le rang des citoyens. La Police républicaine qui ne manque pas de jouer son rôle en essayant de garantir la sécurité aux béninois au dépens de ces braqueurs et hors la loi, a encore du boulot.

 

J.G

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite