Déclaration forte du Médiateur de la République du Sénégal

2 169

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

 << Nous avons le devoir de marquer une pause et de les écouter…>>

« (…) C’est notre responsabilité à nous tous de donner à cette jeunesse, les talents dont il a besoin pour pouvoir servir son pays à tous les niveaux. Je le dis et je le répète souvent, il n’y a aucune différence entre eux et nous. Sauf un nombre d’années plus important dans l’état civil, un ventre protubérant, je me suis rasé, ce matin, et des cheveux gris. Sinon, nous avons la même formation, la même envie de servir, la même envie de voir notre pays parmi les meilleurs au monde. Je l’ai crié urbi et orbi (…) partout qu’il faut que l’on arrête d’avoir un Sénégal à deux vitesses, un Sénégalais à part entière, et un Sénégalais entièrement à part. Ce n’est pas tenable. C’était prévisible qu’il arriverait un moment où le couvercle sauterait. Et si nous ne prenons garde, le couvercle va sauter éminemment et on aura du mal à le rabattre sur la casserole. Qui serait le perdant ? Chacun d’entre nous. L’on ne nous a pas confié ce pays pour que nous nous croisions les bras pour voir et observer ce pays aller en déliquescence. L’on nous l’a confié pour que nous puissions proposer des méthodes alternatives de gestion, d’amélioration du quotidien de nos concitoyens. Mais de compassion, d’amour et de tendresse. Que nous puissions répondre à ceux-là qui, il y a douze ans bientôt, nous ont confié leur sort, confondant celui-ci aux nôtre pour que nous fassions un seul et même peuple avec un seul but, avec une même foi. Mais je dois avouer avec vous que nous nous sommes écartés de ces objectifs. Nous nous sommes écartés de cette finalité. Et demain, quand le moment viendra de rendre compte, nous serons tous mal barrés pour paraître fiers à côté de vous. (…) Cette jeunesse s’est rappelée à notre souvenir. Nous avons le devoir de marquer une pause et de les écouter, arrêtez de les menacer et de les terroriser. Ça ne passe pas. (…) Ce n’est pas au bout de la baïonnette qu’on va vous obliger à faire vos devoirs. Ce n’est pas avec le bout de la baïonnette qu’on va vous convaincre que vous devez rester chez vous. (…) Les tortures n’ont pas arrêté, donc il est important que nous comprenions que nous devons marquer une pause et parler à notre jeunesse, parler à nos enfants, leur faire entendre le langage de la vérité, certes mais celui de la sagesse. Il est important que nous parlions également à nos autorités et qu’on leur fasse entendre le langage de la vérité mais également de la sagesse. Cela va dans tous les sens et nous sommes au bord de l’apocalypse. Il est vrai que pour faire de la surenchère, on nous a fait comprendre qu’il y a des terroristes, des djihadistes mais ce n’est pas chose nouvelle. (…) Combien serons-nous à partir sur fond de bêtise humaine avant qu’on se rende compte que nous avons fait fausse route. Combien ? Un seul serait parti que tout le monde serait parti. Ce n’est pas juste. Excellence Monsieur le président de la République, il est extrêmement important que nous renoncions à cette ferveur qui semble nous habiter lorsqu’à des moments comme celui-ci nous sommes poussés par la chicotte que par l’écoute. Nous avons l’obligation de marquer cette pause parce que nous sommes à votre disposition pour vous écouter et tendre votre parole. Mais c’est la vôtre que le peuple attend. C’est la vôtre que le peuple doit entendre. Les Sénégalais d’ici … de partout ailleurs veulent vous entendre. Pourquoi diable ne leur parlerait-on pas. Pourquoi ?…. »

Transcription : Worou BORO

 

Missions et pouvoirs du Médiateur de la République

Alioune Badara Cissé, avocat, est nommé Médiateur de la République par le Président Macky Sall, le 05 Août 2015. Autorité indépendante, il est nommé par décret pour une durée de six (06) ans non renouvelable.

Le Médiateur de la République a été créé dans le but de recevoir les «  réclamations concernant le fonctionnement des administrations de l’État, des Collectivités locales, Établissement Publics et tout autre organisme investi d’une mission de service public ». Et c’est dans le but d’améliorer les relations des citoyens avec l’administration).

Le Médiateur dispose aussi de certains pouvoirs :

  • un pouvoir d’auto-saisine (article 9 de la loi de 1999). ce pouvoir est souvent utilisé dans les situations de crises pouvant aboutir ou ayant abouti à l’interruption du Service public ;
  • un pouvoir de recommandations ; (dans la recherche de l’esprit des lois dans l’application des textes par les services publics, la recherche d’équité, art. 4) ;
  • un pouvoir de proposition (modification de textes législatifs et réglementaires, art. 11)
  • pouvoir de suggestion, à l’autorité compétente d’engager des sanctions disciplinaire, ou saisir la juridiction répressive compétente, à l’encontre d’un agent manquement grave à ces obligations professionnelles (art. 14) ;
  • pouvoir de mener une enquête ou investigation pour l’étude de réclamation ou de dossier. L’article 16 al. 1 instruit les Ministres et toutes autorités publiques à faciliter la tâche du Médiateur de la République. les alinéas 2 et 3 de l’article 16 et l’article 17 détaillent cette facilitation au Médiateur, à qui le caractère secret ou confidentiel des pièces ne peut être opposé. La seule limite est dans le cadre du secret dans l’instruction judiciaire, défense nationale la sureté de l’État et la politique étrangère.

SOURCE : mediaturedelarepublique.sn

Alioune Badara Cissé alias « ABC » : un parcours qui reflète l’acte posé !

Alioune Badara Cissé est un homme politique sénégalais. Membre de l’Alliance pour la République, il est ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur, numéro 2 du gouvernement, jusqu’en octobre 2012, où il est remplacé par Mankeur Ndiaye.

Après des études de droit aux États-Unis, Alioune Badara Cissé devient avocat. Parfaitement trilingue, il est également professeur d’anglais.

Membre du Parti démocratique sénégalais, il côtoie le Premier ministre Macky Sall dont il est en 2005 le directeur de cabinet puis le secrétaire général du gouvernement. Il le suit lorsque celui-ci démissionne en 2008 de l’Assemblée nationale. Ils fondent ensemble l’Alliance pour la République et préparent l’élection présidentielle sénégalaise de 2012.

Alioune Badara Cissé, dit « ABC », est élu premier adjoint au maire de Saint-Louis en mars 2009. Il abandonne cette charge en février 2012 à pour mener le combat de la campagne électorale auprès de Macky Sall1.

Coordonnateur national de l’APR et porte-parole de Macky 2012 lors de la campagne, il est nommé ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur. Succédant à Madické Niang, il prend le premier rang protocolaire du gouvernement, derrière le Premier ministre1. Le président le charge de redonner au Sénégal une place centrale dans la diplomatie africaine, en renouant avec les alliés traditionnels (Maroc, Mauritanie, Gambie…). Dans les premiers mois, il fait de multiples visites officielles, passant plus de jours à l’étranger qu’au Sénégal, et démet plusieurs ambassadeurs.

À la suite de différents avec le président Macky Sall, il est démis de ses fonctions et remplacé par Mankeur Ndiaye. En conflit larvé avec Macky Sall, il fait des tournées dans les pays étrangers auprès des membres de l’APR pour contester sa mise à l’écart et mobiliser des troupes à sa cause. Il finit par démissionner de ses fonctions dans son parti, redevient simple militant et décide de se présenter aux élections municipales, à Saint-Louis. Il est battu par Mansour Faye, beau-frère du Président et ministre de l’Hydraulique et de l’Assainissement. Il retourne alors aux États-Unis et rejoint le groupe d’avocats défendant Karim Wade, fils de l’ancien président, avant d’être rappelé en août 2015 pour occuper le poste de médiateur de la République en remplacement de Serigne Diop3.

Le 7 mars 2021, il lance publiquement un appel à écouter la jeunesse du Sénégal.

SOURCE : Wikipedia

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite