Installation de la coordination départementale du Caev à Abomey: Le message de l’ambassadrice de paix aux enseignants

532

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Les membres de la coordination départementale Caev duo Talon-Talata du Zou ont été officiellement installés dans leur fonction, hier dimanche 14 mars 2021, à Abomey. C’était à la faveur d’une cérémonie solennelle présidée par la marraine de ce mouvement des enseignants des trois ordres, Mariam Chabi Talata Zimé Yérima, la première vice-présidente de l’Assemblée nationale. Porteuse d’un message de paix, l’ambassadrice a exhorté ses collègues enseignants dont elle a le soutien, à la culture de la paix.

 

« Il faut rompre avec le passé. Il ne faut pas permettre aux évènements douloureux de notre passé de ressurgir dans le présent. » C’est en effet, la raison fondamentale qui justifie la tournée entreprise par la première vice-présidente de l’Assemblée nationale dans certaines localités en proie ou non aux violences pour sensibiliser les populations à la culture de la paix. Notre pays est un Etat de droit qui a entamé le processus démocratique depuis 1990. Dans son parcours nous sommes considérés comme des modèles au niveau de la sous-région, du continent et même dans l’ensemble du monde. » fait savoir Mariam Talata Zimé, Malheureusement, cette célébrité dont on nous connait a été entachée par les violences électorales enregistrées en 2019 à Savè, Tchaourou, Parakou, Bassila et à Bantê. C’est pour que ce passé ne s’invite plus dans la présidentielle prochaine et même dans d’autre élections que l’ambassadrice de la paix a pris son bâton de pèlerin pour aller conscientiser les jeunes. A Abomey, elle s’est aussi livrée à cet exercice bien que la cité des Houégbadjavi soit considérée comme un peuple pacifique.  » Je suis venue m’entretenir avec vous pour vous dire que les périodes électorales, partout au monde, sont porteuses de tensions avant, pendant ou après (…) Nous nous sommes rendu compte que ce n’est pas en Afrique seule  que les élections peuvent donner lieu à des conflits. Pas Plus tard, il y a quelques mois, les Etats-Unis d’Amérique, une démocratie vieille  de plus de deux siècles nous ont donné à voir un spectacle qui nous a étonné. On a constaté au niveau de ce grand pays démocratique que la violence en période électorale n’est  pas le fait des pays de merde » a-t-elle souligné. Autrement dit, la violence en période électorale peut survenir dans n’importe quel pays au monde si l’on ne prend pas des précautions nécessaires. « Ce n’est donc par le propre de l’Afrique, c’est une réalité humaine » qu’il faut chercher à maîtriser en mettant l’accent sur sensibilisation en vue de prendre des précautions pour  prévenir la nature imprévisible de l’homme que nous sommes. De contrer les éventuelles velléités qui se préparent dans l’ombre pour mettre en péril l’élection.  Et c’est là toute l’importance de la démarche de Mariam Talata Zimé. Elle a demandé aux enseignants d’être les partenaires dans son combat pour la non-violence, dans la lutte pour la paix sans laquelle aucun projet, aucun développement n’est possible. « Entend qu’enseignants, nous avons l’obligation d’aider nos enfants, nos parents à protéger leur vie dont l’importance n’est plus à démontrer. Au nom de ses collègues enseignants et des membres de la coordination départementale, Isidore Agnoun-Basso, le coordonnateur Caev Zou a promis mettre tout en œuvre afin que la prochaine joute électorale se déroule dans la paix et la convivialité. Au-delà de la mission qu’elle s’est assignée, ses pairs l’ont investi d’une autre en lui offrant une clé, une recarde et un bonnet traditionnel. Une fois qu’elle sera élue vice-présidente de la République, Mariam Talata Zimé aura à œuvrer pour la valorisation de la fonction enseignante et le mieux-être de l’enseignant béninois.

Fernand Kinmahou

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite