Fédération béninoise de lutte: Les défis du président Yves Azifan

559

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Elu nouveau président de la Fédération béninoise de lutte (Fébélutte) samedi 20 février 2021, Yves Azifan avec l’ensemble de son Comité exécutif ont des défis. Au-delà du fait qu’il place son mandat sous le signe de la réunification de toute la  famille de la lutte béninoise, le chantier pour redorer le blason de la lutte béninoise est un défi qu’il s’engage à relever.

 

Le président Yves Azifan a donc quatre ans pour mieux faire que le bureau précédent. Entouré d’une équipe jeune, les défis à relever sont nombreux. D’ailleurs, le président Yves Azifan, en prenant la tête de la Fébélutte, en est conscient. «Par cette marque de confiance, vous venez de me confier une tâche si noble et si lourde dont je mesure l’importance et la grandeur. Je vous promets la main sur le cœur que vous n’allez pas le regretter», dira-t-il quelques heures après son élection. Ainsi, avec l’ensemble de son comité exécutif, et pour l’atteinte des objectifs, ils feront en sorte de réunir tous les acteurs de la lutte, du Nord au Sud et de l’Est à l’Ouest. «Nous allons tous ensemble travailler la main dans la main pour la promotion et le développement de notre discipline commune», a-t-il indiqué. Et, avec le contexte actuel de la professionnalisation du sport au Bénin, les défis à relever sont bien grands. Porter la lutte béninoise au sommet de toutes les disciplines sportives doit être l’une des priorités de la Fébélutte.

« Au plan administratif, nous allons fortement impliquer les responsables de clubs dans la prise des grandes décisions fédérales et réorganiser la communication entre ces derniers et les membres du Comité exécutif. Nous allons mettre à jour le répertoire de tous les acteurs de la lutte et installer progressivement les Ligues. Au plan technique, la Direction technique sera mieux structurée et redynamisée. Notre priorité sera de détecter, de former et de promouvoir les jeunes talents en l’occurrence les filles des milieux scolaires et universitaires sans oublier les foyers de lutte. Nous allons continuer la formation et le recyclage des lutteurs, des arbitres, des juges et des entraîneurs. Durant les quatre prochaines années, nous travaillerons à développer véritablement les autres formes de lutte pour toujours continuer à bénéficier de la confiance et du soutien de la Fédération Française de Lutte et de l’Union des Fédérations Francophones de Lutte qui pour le moment restent nos seuls partenaires stratégiques. La nouvelle équipe va toujours continuer à  rechercher d’autres partenaires stratégiques nationaux ou internationaux capables de nous aider à développer cette discipline sportive», sont donc des défis à relever par Yves Azifan et son bureau exécutif.

A.F.S.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite