Reckya, je ne te lâcherai pas et tu le sais: À 18h50, la nouvelle tombe

8 168

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Mercredi 03 mars 2021, 18h50 Mme Barkatou SABI-BOUN, ma Directrice de Cabinet monte à la Tribune sur l’estrade et me dis : « Président, il paraît qu’un fort détachement de la Police Républicaine est à la sortie pour vous arrêter ». À sa grande surprise, je lui ai répondu « C’est parfait. Allons-y, je suis prêt ». Quelques minutes plus tard, Franck OKE, un de mes jeunes conseillers juridiques qui venait d’échanger avec les policiers vient à son tour me souffler à l’oreille « Fofo, la police est dehors et aurait reçu pour ordre de t’arrêter ». Je lui ai dit Franck, « Pas de problème je suis là ». Immédiatement, le Ministre Saliou AKADIRI m’envoie un papier sur la Tribune qui me confirme mon arrestation imminente.

- Advertisement -

À cet instant, je me tourne vers Reckya MADOUGOU, lui souffle l’information et lui montre le papier que venait de m’envoyer le Ministre AKADIRI. Reckya MADOUGOU me dit « pourquoi, qu’est ce que tu as fait ? », je lui ai dit « toi aussi, sans doute pour l’ensemble de mon œuvre politique pour la démocratie ». Il est vrai, dans le contexte actuel, depuis le « dialogue Itinérant », depuis un an, j’ai dû préparer mes enfants, ils sont encore tout petits, que mes opinions pouvaient me coûter ma liberté et que je pouvais ne pas rentrer un soir ».

Au moment où tout le monde nous proposait de nous exfiltrer par une porte dérobée, nous avons dit ensemble « Jamais », mais d’un « Jamais » ferme. Reckya MADOUGOU se lève pour attacher son bout de pagne à la hanche et me dit « Joël, allons y ». Nous avons donc décidé de sortir normalement non pas pour affronter la police mais pour assumer nos opinions et nos actes.

Nous avons donc décidé avec Reckya MADOUGOU et Nadin KOKODÉ de nous tenir par les bras pour fendre cette foule immense, surexcitée et décidée à nous protéger et à nous défendre.

Une fois sur le Pont, le fameux Pont de Porto-Novo, quand je me suis retrouvé éjecté de la voiture, seul, abandonné par la Police au milieu de l’embouteillage, j’ai compris que la Police a fait diversion en faisant croire qu’elle est venue m’arrêter alors que son plan visait mon amie, ma sœur.

J’ai été impressionné par le sang froid et le courage de Reckya MADOUGOU durant cette épreuve.

Reckya, je ne te lâcherai pas, et tu le sais.

 

Frédéric Joël AÏVO

DECLARATION DU SECRÉTARIAT GÉNÉRAL DES AFFAIRES FÉMININES ET SOCIALES DU PARTI LES DÉMOCRATES AU SUJET DE LA DÉTENTION DE Mme RECKYA MADOUGOU

Béninoises, Béninois,

À l’orée de la journée du 08 mars ; Journée Internationale des Droits de la Femme ; nous venons joindre nos voix à celles de toutes les Femmes du monde entier éprises de PAIX, de Justice, de LIBERTÉ et de leurs Droits constitutionnels ainsi que toutes autres formes de violence à leur égard pour dire ” PLUS JAMAIS ÇA !

Mme Reckya MADOUGOU, candidate recalée à l’élection présidentielle d’avril 2021 a été victime d’une agression et d’un kidnapping qui ne dit pas son nom dans la journée du mercredi 03 Mars 2021 à Porto-novo à son retour d’une activité avec le Front pour la Restauration de la Démocratie FRD.

Depuis lors, des manoeuvres de tout genre ne cessent de se multiplier contre elle dont : l’initiation de réseau d’association de malfaiteurs et terrorisme _ des actes d’incitation à la violence et la liste est longue.

Des accusations montées de toutes pièces pour en découdre avec l’opposante avérée dont le courage et la détermination ébranlent le pouvoir en place qui est allergique à toute voix discordante et à l’appel à une élection libre, ouverte et apaisée.

Par ces actes d’intimidation, le pouvoir en place pense pouvoir émousser les ardeurs pour faire passer son match amical qu’il appelle élection présidentielle de 2021. Mais non, il ne le réussira point.

Nous nous rapelons encore, le combat de cette brave dame dans son mouvement 《Touche pas à ma constitution》. Un mouvement bien conduit et qui fait d’elle aujourd’hui une leader hors paire. Une leader  qui a à cœur le bien-être de nos populations et le rayonnement de notre chère patrie le Bénin. Comment comprendre donc que, malgré cette conviction, l’on puisse la soupçonner de méditer du mal contre ce peuple qu’elle aime si tant. Nous avons beaucoup à dire et à faire pour notre chère patrie le Bénin. Cependant, les conditions actuelles ne nous permettent par de réagir au-delà de ce que nous faisons déjà. Et nous,  FEMMES DEMOCRATES, nous avons une certitude, celle d’un jour nouveau, car le moment viendra où nous nous ferons entendre. Nous avions  oser croire, comme bien d’autres que l’arrestation de notre candidate et sœur combattante n’était juste qu’aux fins d’enquêtes et qu’elle allait être  relaxée.  Mais hélas  grande à été notre surprise quand elle a été purement et simplement conduite en prison à Missereté, donc désormais privée de sa liberté.

Malgré tout, nous continuons de croire en notre justice qui est et doit rester impartiale. C’est vraiment dommage pour nous et pour le peuple d’en arriver là, mais il est une certitude: la vérité finit toujours par triompher.

Chères DEMOCRATES,  ne perdons pas courage,  continuons le combat tout en restant bien déterminées à l’objectif fixé.

 Dieu garde notre pays !

Fait à Cotonou le 06 mars 2021.

Le Secrétariat des Affaires féminines du Parti Les Démocrates :

– Mme Naomie AZARIA HOUNHOUI

– Mme Julia AKPAKI

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite