En détention pour “Association de malfaiteurs et terrorisme”: Des Avocats de Reckya Madougou ne croient pas au droit qui est dit à la Criet

1 160

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Deux des avocats conseil de Reckya Madougou à savoir Me Renaud Agbodjo et Me Paul Kato Attita ont animé, vendredi 5 mars 2021, au Chant d’oiseau de Cotonou, une conférence de presse relative à l’interpellation de l’ancienne Ministre de la justice. Instant pour eux d’expliquer ce pour quoi les démêlés judiciaires que connait depuis peu leur cliente relèvent beaucoup plus d’une question politique que juridique.

 

- Advertisement -

L’opposante béninoise Reckya Madougou depuis mercredi 3 mars, n’est plus libre de ses mouvements. Gardée à vue à la Brigade économique et financière (Bef) et déposée en prison deux jours plus tard, après ses passages devant le procureur spécial de la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (Criet), la candidate recalée au poste de Présidente du parti “Les Démocrates” pour le compte de la présidentielle du 11 avril est incarcérée à la prison civile d’Akpro-Missérété pour “Association de malfaiteurs et terrorisme”. En attendant son procès ainsi que celui de ses co-accusés, les spéculations vont bon train. C’est donc dans cette atmosphère que deux de ses avocats à savoir Me Renaud Agbodjo et Me Paul Kato Attita se sont prononcés devant les professionnels des médias. Dans ses dires, Me Renaud Agbodjo explique que pendant que sa cliente devrait être interrogée à la Bef à Cotonou, ils découvrent que le procureur anime un point de presse dans son bureau à Porto-Novo. Une des nombreuses anomalies qui a jonché ce dossier, selon lui. Puisque pour lui, le procureur met la charrue devant les bœufs. « L’enquête de police se mène avec loyauté. Quand on a été juge d’instruction, substitut de procureur, procureur de la république et puis procureur spécial, on doit faire preuve d’une certaine prudence dans ce dossier. Même dans sa déclaration, le procureur spécial n’a pas daigné préciser que Madame Reckya Madougou bénéficie de la présomption d’innocence. Puisque sans attendre les confrontations, les enquêtes, le procureur jette en pâture Madame Reckya Madougou qui quand-même a été Ministre de la justice, garde des sceaux. Le problème, c’est que quand ceux qui ont créé la Criet décident de vous coller le titre de terroriste, vous ne pouvez pas vous y échapper. Puisque des magistrats sont aussi emprisonnés pour terrorisme », poursuit l’Avocat. En balayant de revers les accusations contre les deux proches de Reckya Madougou emprisonnés et en dénonçant ce qu’il qualifie de vice de procédure dans tout le dossier, Me Renaud Agbodjo affirme que le député Rachidi Gbadamassi n’a pas été sincère en accusant Reckya Madougou comme il l’a fait. En définitive, il fait savoir qu’en s’écartant de l’essentiel, c’est la justice qui est en train de compromettre la paix et non les béninois ou encore l’opposition. À sa suite, Me Paul Kato Attita a également pris la parole. Quant à lui, le dossier Madougou tel qu’il est monté n’est plus de l’ordre juridique. « L’Avocat n’est pas un faiseur de miracle », a-t-il lancé. Dans ses propos, priver quelqu’un de sa liberté à la base de rien que du conditionnel sort déjà des prérogatives du droit. C’est pourquoi il insiste que le dossier est beaucoup plus politique que juridique. << C’est un combat des politiques et non des Avocats. Les Avocats n’y croient plus puisque la Criet est un tombeau >>, révèle le praticien de droit. Car l’homme estime que c’est juste sous couverture du droit que la Criet opère. En la qualifiant de juridiction d’exception souvent créée suivant une doctrine donnée, Me Paul Kato Attita relève que les magistrats qui y siègent sont dans un autre monde qui n’est pas celui des magistrats des juridictions de droit commun. Ainsi, il réaffirme que loin de se désolidariser de sa cliente, il est opportun que les populations sachent que Reckya Madougou a besoin plus des hommes politiques et de leur soutien que celui des Avocats. « Même s’il y a terroriste, ça n’est pas Reckya Madougou,  mais c’est eux », a-t-il notifié.

J.G

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite