Assemblée générale Extraordinaire de Adenap: Simon Bodéa nouveau président pour relever les défis de l’élevage

519

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

L’Association nationale des paraprofessionnels vétérinaires du Bénin a tenu le vendredi 26 Février 2021, son assemblée générale extraordinaire dans la commune de Parakou. C’est la salle de conférence de la direction départementale de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche du Borgou qui a abrité les travaux à l’issue desquels Simon Bodéa a été élu pour relever les défis du sous-secteur élevage.

 

Simon Bodéa est désormais celui-là qui va conduire les destinées de l’Association des diplômés du sous-secteur élevage non agents permanents de l’Etat (Adenap) pendant les trois prochaines années. Il succède ainsi à Gabriel Anagonouvi.  Il a été élu pour diriger un bureau de 13 membres aux termes des travaux de l’assemblée générale de l’association qui a permis aux participants de poser le diagnostic des problèmes qui minent le sous-secteur élevage mais également de procéder au renouvellement des instances de leur creuset.

« Historique du mouvement associatif dans le sous-secteur élevage de 1986 à l’avènement de l’OIF ». Tel est le thème retenu pour les échanges au cours des travaux de l’assemblée générale. Il s’est agi pour les participants, tous des vétérinaires non agents permanents de l’Etat, venus de tous les départements du Bénin de réfléchir sur l’amélioration de leurs conditions de vie et de travail.

- Advertisement -

A l’ouverture des travaux, Simon Bodéa président du comité d’organisation de l’assemblée générale a indiqué que c’est le moment plus que jamais pour les participants de poser les vrais problèmes du sous-secteur élevage afin que des solutions soient trouvées pour son développement. Tandis que Damien Hounkpèvi, le directeur départemental de l’agriculture du Borgou, procédant à l’ouverture des travaux, a remercié les paraprofessionnels vétérinaires du Bénin pour le travail que ces derniers abattent dans les communes par rapport au contrôle des animaux et la vaccination de masse des animaux. Tout en souhaitant pleins succès à leurs travaux, il n’a pas manqué de les exhorter à plus de professionnalisme et de rigueur dans l’accomplissement de leur travail sur le terrain. Pour Damien Hounkpèvi, les paraprofessionnels vétérinaires du Bénin viennent pallier le déficit d’effectifs de vétérinaires au Bénin. C’est pourquoi, la collaboration doit s’inscrire dans le cadre du partenariat public-privé, parce que l’Etat a besoin de ces derniers, a-t-il indiqué.

 

Albérique HOUNDJO (Br Borgou-Alibori)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite