Vaccin anti-Covid-19/Projet Covax: Après le Ghana, la Côte-d’ivoire reçoit les premières doses

433

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

La Côte-d’Ivoire devient le deuxième pays bénéficiaire des vaccins Covax contre la Covid-19. Après le Ghana qui a reçu ce mercredi, 24 février 2021, la première livraison mondiale de vaccins du dispositif Covax, la Côte d’ivoire a reçu ce vendredi, 26 février 2021, les premières doses du vaccin anti-Covid-19.

- Advertisement -

Deuxième pays bénéficiaire du projet Covax et premier pays francophone d’Afrique a recevoir les premières doses du vacin, la Côte-d’Ivoire a reçu vendredi, 504.000 doses de vaccins COVID 19 sous licence par le Serum Institute of India (SII) en Inde et 505.000 seringues. Les doses de vaccins ont été réceptionnées à l’aéroport international d’Abidjan par le Ministre ivoirien de la Santé et de l’Hygiène Publique, Dr Eugène Aka Aouélé. Le COVAX est co-dirigé par Gavi, l’Alliance du Vaccin ; l’OMS, la Coalition pour les innovations en matière de préparation aux épidémies (CEPI) et l’UNICEF qui dirige l’achat et la livraison des vaccins. C’est la seule initiative mondiale qui travaille avec les gouvernements et les fabricants pour garantir que les vaccins COVID-19 soient disponibles dans le monde entier, tant pour les pays à revenu élevé que pour les pays à faible revenu, renseigne l’Unicef.  Malgré les progrès enregistrés dans la riposte contre la pandémie, l’introduction d’un vaccin permettra, selon l’Unicef, d’éviter des pertes s’élevant à 375 milliards de dollars US dans l’économie mondiale, chaque mois. L’accès mondial et équitable à un vaccin qui protègera en particulier les agents de santé et les personnes qui encourent le plus grand risque de contracter la maladie, constitue l’unique moyen d’atténuer l’impact de la pandémie en santé publique et au niveau économique. Après le Ghana, la Côte-d’Ivoire devient donc le deuxième pays africain à recevoir des doses de vaccin COVID-19 acheminées via le mécanisme COVAX. ” La Côte-d’Ivoire est heureuse et fière d’être le deuxième pays africain après le Ghana à bénéficier des vaccins fournis à travers la facilité COVAX. Cela est une importante étape dans notre lutte commune contre l’ennemi commun qu’est la COVID-19. La pandémie a fait beaucoup de dégâts à travers le monde et notre pays n’est pas en reste. Plus de 32 000 personnes vivant en Côte d’Ivoire ont été infectées par la maladie, et 188 en sont mortes. C’est une tragédie. Je voudrais m’incliner devant leur mémoire. Les vaccins que nous venons de réceptionner ce jour, vont nous permettre de contenir la pandémie et d’améliorer la santé de nos populations ” a indiqué le ministre ivoirien de la Santé et de l’Hygiène publique. Pour Marie-Ange Saraka-Yao, directrice générale, Gavi, l’Alliance du Vaccin, “c’est un moment important pour la Côte-d’Ivoire, le continent africain et COVAX, nous rapprochant tous de notre objectif commun d’accès équitable aux vaccins COVID-19“. Quant à Marc Vincent, Représentant de l’Unicef en Côte-d’Ivoire, il a rappelé que dans “l’esprit de la couverture maladie universelle, nous ne devons laisser personne derrière.”

Le Covax prévoit des millions de vaccins en Afrique

« Le COVAX a informé les pays en Afrique de l’allocation estimée du nombre de doses pour la première phase de livraison de vaccins contre la COVID-19. L’initiative globale menée par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), Gavi l’Alliance du vaccin et la Coalition pour les innovations en matière de préparation aux épidémies (CEPI) a pour objectif de commencer l’expédition de près de 90 millions de doses de vaccins contre la COVID-19 vers le continent en février. Il s’agira de la plus grande campagne de vaccination de masse en Afrique. Le déploiement du vaccin AstraZeneca/Oxford AZD1222 dépend encore de l’inscription du vaccin sur la Liste d’utilisation d’urgence (EUL) de l’OMS. L’organisation examine actuellement le vaccin et les résultats de cet examen seront bientôt connus. Dans un contexte de demande croissante en vaccins contre la COVID-19, les expéditions finales dépendront des capacités de production du vaccin par les fabricants et de l’état de préparation des pays. Il est demandé aux pays récipiendaires de soumettre leurs plans nationaux finalisés de déploiement et de vaccination afin de recevoir les vaccins à travers le mécanisme COVAX….De plus, environ 320 000 doses du vaccin de Pfizer-BioNTech ont été allouées à quatre pays africains – le Cap Vert, le Rwanda, l’Afrique du Sud et la Tunisie. Ce vaccin a été inscrit sur la Liste d’utilisation d’urgence (EUL) de l’OMS, mais nécessite que les pays soient capables de stocker et de distribuer les doses à -70 degrés Celsius » précise l’Unicef dans un communiqué. La phase initiale de livraison de 90 millions de doses aidera les pays à vacciner 3 % de la population africaine ayant le plus besoin d’une protection, notamment les travailleurs de la santé et d’autres groupes vulnérables, dans la première moitié de 2021. Rappelons que le Ghana vient de bénéficier de 600 000 doses du vaccin AstraZeneca/Oxford, fabriqué par le Serum Institute of India et expédié par l’Unicef depuis Mumbaï. Ce nombre devrait atteindre 2,4 millions d’ici la fin de juin. Mais la route est encore longue, souligne Dr Richard Mihigo, coordinateur du Programme régional pour la vaccination et de développement de vaccins au bureau régional de l’OMS pour l’Afrique. « Le Ghana, aujourd’hui, ce n’est que le début d’un long processus de distribution de vaccins. L’Afrique a déjà pris beaucoup de retard. 215 millions de doses de vaccins ont été administrées à travers le monde. Et en Afrique, 3 millions de doses ont été administrées » a-t-il déclaré. Il est donc prévu, dans les tout prochains jours, une distribution des doses dans les centres de santé à travers tout le pays, en priorité dans les villes d’Accra, Kumasi et Obuasi, où le nombre de contaminations est particulièrement élevé. Notons que la première phase de vaccination est prévue le 02 mars 2021. Et le premier qui sera vacciné serait le président ghanéen, Nana Akufo-Addo. Seront ensuite vaccinés les professionnels de santé en première ligne dans la lutte contre le Covid-19, les personnes à la santé fragile et celles âgées de plus de 60 ans. Mais aussi un panel de hauts responsables politiques et religieux triés sur le volet.

Dans un second temps, les vaccins seront administrés au reste de la population.

A.B

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite